Vaccin curatif : l’ANRS dénonce les fausses promesses

18 Mars 2016
4 570 lectures
Notez l'article : 
0
 

Des titres flagorneurs, des annonces tonitruantes, des médecins qui se rêvent déjà prix Nobel de médecine… alors que les résultats de leurs travaux n’ont pas encore été publiés dans une revue scientifique. Cela fait désormais trois jours que le Barnum de la start-up française Biosantech tourne à plein. Ce n’est certes pas la première fois, mais cette fois, la communication a mis le paquet faisant miroiter l'espoir d'un vaccin thérapeutique efficace. Conséquence, de nombreux médias ont titré sur le mode : "Sida : premiers espoirs de guérison", sans aucune distance critique, ni prudence. Le phénomène a été tel que le directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) est monté au créneau pour ramener tout le monde sur terre, ce qui est rare. Interrogé par le journal "Le Généraliste", le professeur Jean-François Delfraissy a expliqué, après avoir pris connaissance de l'article que les auteurs doivent publier dans la revue "Retrovirology" : "Il n'existe aucune donnée en faveur de ce candidat vaccin. Quelle que soit la dose administrée, aucune différence significative entre les doses de vaccin n'apparaît, notamment en matière de résultats sur la charge plasmatique virale. De plus, il n'existe aucune donnée solide sur l'effet de ce vaccin sur les cellules infectées et le DNA proviral (…) Il est de notre responsabilité à nous chercheurs de ne pas provoquer de faux espoirs en matière de sida. Je suis donc furieux de la présentation qui a été faite de ce qui n'est qu'une hypothèse qui reste à démontrer". Manifestement, Biosantech n’est pas prêt d’ouvrir le champagne, et a tort de susciter de faux espoirs. Cette société a déjà procédé dans le passé à des annonces intempestives, elle n’est d’ailleurs pas la seule à communiquer ainsi sans s’encombrer d’éthique. Sur cette question de l’éthique en communication, on vous conseille la lecture de l’article "Le "vaccin du sida", ce serpent de mer... Pour une éthique de la communication", publié par le Crips Ile-de-France.

Commentaires

Portrait de éclaireur

Pourquoi s acharner sur Biosantech ????

Juge et partie ......est ce possible ???

Le dessous de cartes ???

Comment "PRENDRE CONNAISSANCE" d 'une parution scientifique .....avant sa parution...

Pourquoi ne pas attendre......la parution ?

Bien étrange colère !!!! Alors que le role de L' ANRS serait plutot de financer TOUT les labos 

ou les strat-up consacrées à la recherche sur le VIH.

Encore plus lorsque elles sont FRANCAISE.

Peut etre  est il préférable de conservé son fauteuil douillet .....et toutes les prérogatives qui sont lié à la fonction.

Avant de chercher la paille dans l oeil de son voisin .....il faut peut etre retirer la poutre que l'on a dans le sien .

http://www.cisscorse.fr/774-le-virus-des-conflits-d-interets-touche-les-experts-de-l-hepatite-c

https://blogs.mediapart.fr/formindep/blog/180415/le-systeme-d-influence-des-laboratoires-pharmaceutiques

Et l'Elysée s'est même fendu d'un communiqué ! Les responsables sont peut-être des conseillers qui méconnaissent les règles scientifiques, à savoir le directeur de l'Inserm, Pr Yves Lévy, et le responsable de la task force Ebola, le Pr Jean-François Delfraissy... triste aventure que de faire croire que le traitement du virus Ebola existe... même si le message est prudent, c'est ce que va croire le public, alors que les investigateurs n'ont rien confirmé. Les revues scientifiques et les agences d'enregistrement des médicaments sont bafouées, voire embobinées,...


DE  QUOI SE POSER QUELQUES QUESTIONS ????????                CLAUDE LIGER DE VERNEUIL.       éclaireur ......

Portrait de lucie06

Ok  Jean-François Delfraissy est le directeur de  l'ANRS...mais cet organisme travaille avec d'autres labos privés (ROCHE) pour trouver un vaccin...est-il vraiment objectif ?

Pour info  l’AP-HM (CHU de la Conception où ont eu lieu les essais cliniques) , qui est l’organisme officiel qui a délivré à Biosantech le rapport statistique en fin de l’essai clinique a fait son propre communiqué (santelog.com) de façon totalement indépendante à celui de Biosantech : vous pourrez y lire des informations qui viennent contredire les propos tenus par le Professeur Delfraissy.

La publication des résultats et leur interprétation par des personnes "neutres" sera plus convaincante...à suivre