Vaccination grippe

5 Juin 2020
327 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Haute Autorité de santé (HAS) a été saisie en urgence par le Directeur général de la Santé (DGS) afin de définir la stratégie de vaccination contre la grippe saisonnière pour la saison 2020-2021 dans le contexte de l’épidémie Covid-19. « En l’absence d’éléments justifiant un ajustement des recommandations en vigueur, la HAS considère à ce stade que la campagne de vaccination antigrippale doit être réalisée conformément à la stratégie actuelle et souligne l’importance d’augmenter la couverture vaccinale dans les populations cibles », indique un communiqué (2 juin). En France, la grippe saisonnière entraîne, chaque année, un nombre important de passages aux urgences et d’hospitalisations, et provoque de nombreux décès ; au cours des trois dernières saisons, entre 8 000 et 14 500 personnes par an ont succombé des suites de cette infection virale, principalement des personnes à risque de complications et notamment les personnes de 65 ans et plus. Malgré les campagnes de vaccination annuelles, la couverture vaccinale dans ces populations reste très insuffisante, bien en-deçà de l’objectif de 75 % fixé par l’Organisation mondiale de la santé, rappelle la HAS Pour la saison 2019-2020, seules 45 % d’entre elles s’étaient fait vacciner, dont à peine plus de la moitié des plus de 65 ans (52 %), et moins d’un tiers des moins de 65 ans souffrant d’une affection longue durée (31 %), précise un communiqué de presse. Avant de rendre son avis, la HAS a pris en compte trois éléments : l’impact sanitaire important de la grippe saisonnière en France, qui concerne notamment les personnes vulnérables (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes ayant des facteurs de risque, dont celles qui vivent avec le VHI ou une hépatite virale chronique) qui sont également (selon certains critères pour le VIH et les hépatites virales) particulièrement touchées (ou exposées) par l’épidémie de Covid-19 ; la limitation du risque de tension sur le système de santé, déjà très lourdement impacté par l’épidémie de Covid-19, par la vaccination antigrippale, qui permettrait de réduire le recours aux soins pour des complications de grippe saisonnière ; la difficulté, pour l’heure, d’anticiper l’impact éventuel d’une circulation concomitante du Sars-CoV-2 (qui cause l'infection à Covid-19) et des virus grippaux, ou les conséquences potentielles d’une co-infection ». « En l’état actuel des connaissances, et sous réserve que la France ne connaisse pas une nouvelle vague épidémique de Covid-19, la HAS estime « que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière doit être réalisée conformément à la stratégie recommandée dans le calendrier des vaccinations 2020 », et « cibler les populations à risque de complications et les professionnels de santé. Son élargissement à d’autres populations n’est, en revanche, pas justifié actuellement ». La HAS recommande, par ailleurs, aux personnes identifiées comme contacts possibles d’un cas de Covid-19 et éligibles à la vaccination contre la grippe saisonnière de reporter cette vaccination à l’issue de la quarantaine de 14 jours recommandée en l’absence d’apparition de symptômes. La HAS considère dans le contexte épidémique actuel, que la période de lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière pour la saison 2020-2021 doit rester inchangée par rapport aux saisons précédentes. Soit mi-octobre pour la France métropolitaine et les départements-régions d’Outre-mer des Amériques (Martinique, Guadeloupe, Guyane). À Mayotte, la HAS préconise que cette campagne démarre plus tôt, idéalement en septembre, dès que les vaccins seront disponibles. Pour La Réunion, la HAS a confirmé (5 mai dernier) le besoin de maintenir le lancement de la campagne de vaccination au 1e juin 2020. La HAS n’exclut pas de reconsidérer ces recommandations, notamment si la France devait subir une nouvelle vague de Covid-19 susceptible de remettre en cause le moment du lancement de la campagne de vaccination.