Vaccins : Amnesty accuse les labos

30 Septembre 2021
2 802 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans un rapport publié mercredi 22 septembre, Amnesty International estime que les fabricants, qui ont reçu « des milliards de dollars » d'aide publique, font obstacle à la fabrication du vaccin dans les pays les moins avancés. L'ONG accuse les groupes pharmaceutiques qui produisent les vaccins contre la Covid-19 d'alimenter une « crise des droits humains sans précédent ». Elle réclame l'octroi de deux milliards de doses pour les pays pauvres. Le rapport de l’ONG intitulé : « Une double dose d'inégalité : les compagnies pharmaceutiques et la crise des vaccins contre la Covid-19 » affirme que la plupart d'entre elles ne donnent pas la priorité aux pays les plus pauvres. Cette publication intervient alors qu'un sommet mondial sur les vaccins était prévu le 22 septembre. Le président américain Joe Biden a promis d'annoncer des engagements supplémentaires pour la vaccination des pays dont les programmes de vaccination contre la Covid-19 sont les moins avancés. « Vacciner le monde est notre seule voie pour sortir de cette crise. Il devrait être temps de saluer ces entreprises, qui ont créé ces vaccins si rapidement, comme des héros », a rappelé, dans un communiqué, la secrétaire générale d'Amnesty, Agnès Callamard. « Au lieu de ça, à leur grande honte et notre chagrin collectif, le blocage intentionnel du transfert de connaissances par Big Pharma et leurs manœuvres en faveur des États riches ont engendré une pénurie de vaccins tout à fait prévisible et tout à fait dévastatrice pour tant d'autres », a-t-elle dénoncé. L’ONG estime qu'« à divers degrés, les six développeurs de vaccins n'ont pas respecté leurs responsabilités en matière de droits humains ». Sur 5,76 milliards de doses administrées, seules 0,3 % l'ont été dans des pays à « faibles » revenus, 79 % allant dans des pays aux revenus « moyens supérieurs » et « élevés ». L'ONG appelle entreprises et gouvernements à « changer de cap » pour fournir deux milliards de vaccins aux pays à revenus faibles et moyens.