Vaccins et formes graves

21 Octobre 2021
285 lectures
Notez l'article : 
0
 

La vaccination contre la Covid-19 réduit de 90 % le risque d'hospitalisation et de décès chez les plus de 50 ans et semble aussi efficace face au variant Delta, sur lequel on manque toutefois encore de recul, selon une vaste étude française en vie réelle dont les résultats ont été publiés le 11 otobre, indique l’AFP. « Cela signifie que les personnes vaccinées ont 9 fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder de la Covid-19 que les personnes non vaccinées »,a  expliqué à l'AFP l'épidémiologiste Mahmoud Zureik, directeur de la structure Epi-Phare, qui associe l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM). Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs-ses d'Epi-Phare ont comparé les données de 11 millions de personnes vaccinées de plus de 50 ans avec celles de 11 millions de personnes non-vaccinées dans la même tranche d'âge, sur une période allant du 27 décembre 2020 (début de la vaccination en France) au 20 juillet dernier. À partir du 14e jour après l'injection de la seconde dose, les chercheurs-ses ont observé « une réduction du risque d'hospitalisation supérieure à 90 % ». Ce constat vaut pour les vaccins de Pfizer/BioNtech, Moderna et AstraZeneca. « Cette réduction est du même ordre de grandeur pour le risque de décès au cours d'une hospitalisation pour Covid-19 », selon Epi-Phare. Cette efficacité sur les formes graves de la maladie « ne semble pas diminuer sur la période de suivi disponible, qui allait jusqu'à 5 mois ».