VHC : L’Espagne aussi est à la peine avec les nouveaux traitements

9 Janvier 2015
3 904 lectures
Notez l'article : 
5
 

Comme d’autres pays européens, l’Espagne a autorisé la mise sur le marché de traitements anti-VHC dont les coûts sont particulièrement élevés ; des traitements qui sont délivrés de façon très restrictive par les médecins des services publics de santé espagnols. Et même lorsqu’ils sont prescrits, ces traitements mettent un long moment avant d’arriver aux personnes malades. C’est cette situation qu’ont récemment dénoncé des militants et des personnes malades devant un hôpital de Madrid. Les militants demandent aux autorités de santé et au gouvernement d’être plus généreux sur le plan financier afin qu’aucun malade ne soit privé de traitement. "Nous ne pouvons accepter une mort de plus", a ainsi expliqué Damian Caballero, vice-président d’une association de soutien aux personnes vivant avec une hépatite C (Plataforma de Afectados de Hepatitis C). La fille de ce militant, âgée de 27 ans, vit avec l’hépatite C, comme le précise le quotidien espagnol "El Pais". 800 000 personnes vivraient avec une hépatite C en Espagne, 35 000 d’entre elles auraient développé une cirrhose, selon les chiffres de l’association. Selon le quotidien, le prix de Sovaldi en Espagne serait de 25 000 euros. Il est de  41 000 euros en France par mois de traitement. Le gouvernement espagnol a prévu à son budget des financements pour le traitement de 4 900 personnes, d’où les protestations des militants espagnols.