Vie affective et sexuelle pendant le confinement

21 Avril 2020
675 lectures
Notez l'article : 
0
 

Crash sanitaire ? Oui, assurément ! Crash économique ? Pareil ! L’épidémie actuelle de Covid-19 que nous subissons, débouchera-t-elle également sur un « crash affectif et sexuel » ? C’est la question que se posait récemment la journaliste et chroniqueuse, Maïa Mazaurette, sur le site du journal Le Temps. Elle explique que l’épidémie met en lumière « les inégalités entre ville et campagne, entre riches et pauvres, entre femmes et hommes (les femmes meurent moins du virus), entre Blancs et personnes de couleur (les Noirs et les Latinos, aux États-Unis, sont victimes d’une surmortalité importante par rapport aux Blancs). On voit aujourd’hui apparaître des « fractures entre célibataires et couples, entre couples cohabitants et non cohabitants et, bien sûr, entre grands amoureux et unions malheureuses ». Dans un premier temps, le confinement a débouché sur une interruption de la vie sociale et, concomitamment, sur une forme d’abstinence sexuelle, particulièrement si on est confiné-e seul-e. C’était jouable durant quelques temps, mais le confinement se prolongeant… cela peut devenir de plus en plus difficile à tenir. En couple, la situation est différente et dépend de bien des paramètres : vieux ou jeune couple, en osmose, à distance, en conflit, etc. Alors où en est votre vie sexuelle et affective ? À quoi avez-vous renoncé ? Qu’avez-vous imaginé, inventé, seul-e ou avec d’autres ? C’est autour de ces questions que Seronet vous propose d’échanger pendant le chat thématique, mardi 21 avril à 21 heures.