Vieillir : le défi des homosexuels et des personnes séropositives

27 Décembre 2013
1 123 lectures
Notez l'article : 
5
 

Précarité, isolement, discrimination : pour les personnes LGBT et/ou séropositives, vieillir pose des difficultés particulières que le gouvernement promet de prendre en compte dans sa politique du vieillissement et de l'autonomie. A quelques jours de la Journée mondiale de lutte contre le sida organisée dimanche, la ministre déléguée aux Personnes âgées Michèle Delaunay a affirmé (27 novembre) que le gouvernement devait "tout faire pour accompagner" dans le vieillissement les personnes LGBT et séropositives, "nombreuses, spécifiques et parfois écorchées". Sur cette question et ses enjeux, la ministre avait missionné le Groupe SOS, SOS Homophobie et AIDES pour qu’ils réalisent un rapport. C’est ce rapport assorti de 23 propositions pour améliorer les conditions de vieillissement de la communauté LGBT et/ou séropositive qui a été remis officiellement le 27 novembre. Dans ce rapport, les associations suggèrent, par exemple, d'adapter la formation et l'accueil en établissement pour personnes âgées, d'y offrir du matériel de réduction des risques sexuels ou de lever l'interdiction des soins funéraires au motif de l'infection par VIH ou hépatite. Le rapport demande aussi la création de maisons de retraites homosexuelles, car certains craignent d'être confrontés "encore aux LGBTphobies, à la sérophobie, aux stigmatisations et jusqu'au bout ne pas pouvoir s'épanouir dans l'âge" dans un établissement classique, où de surcroit le personnel n’aurait pas été formé. "Nous pourrions les expérimenter, cette question va être discutée", a commenté la ministre, comme l’indique l’AFP. Les propositions des associations seront intégrées à la concertation très large, lancée le 30 novembre par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, sur la future loi d'orientation et de programmation "pour l'adaptation de la société au vieillissement", a indiqué Michèle Delaunay. Selon ce rapport les personnes LGBT vieillissantes et séropositives" sont victimes de discriminations à plus d'un titre" : homophobie, sérophobie, âgisme... "La peine est donc particulièrement lourde" pour cette population.