Vieillissement et VIH, le sujet intéresse l’Onusida

17 Janvier 2017
4 410 lectures
Notez l'article : 
5
 

Vieillissement et VIH. C’est le sujet qu’a traité le 8 décembre dernier la 39e réunion du Conseil de coordination du programme (CCP) de l’Onusida. Une occasion de revenir sur quelques chiffres et quelques enjeux. Sur les 36,7 millions de personnes qui vivaient avec le VIH en 2015 : 5,8 millions étaient âgées de 50 ans ou plus. Pour les participants à la réunion : "Une riposte au sida couronnée de succès doit permettre d’"étendre l’accès équitable au traitement en proposant des services de santé intégrés centrés sur les individus et adaptés à leur âge". "Les personnes de plus de 50 ans doivent bénéficier d’un accès identique à la protection sociale, à l’emploi et à l’intégration sociale", a avancé le CCP. Les participants ont abordé la question sous deux angles principaux : les enjeux pour les personnes vivant avec le VIH et les enjeux pour celles qui sont séronégatives. Concernant ces dernières, le CCP a insisté sur la "vulnérabilité au VIH des personnes de plus de 50 ans et l’importance des programmes de prévention, de dépistage et d’orientation vers les soins qui soient adaptés à l’âge. "Les personnes de plus de 50 ans ont les mêmes besoins que les plus jeunes en termes de prévention", explique un communiqué de l’Onusida qui mentionne les "besoins spécifiques des seniors qui consomment des drogues et exercent en tant que professionnel(le)s du sexe, ainsi que les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et les personnes trans". L’attention apportée aux personnes vivant avec le VIH de plus de 50 ans a porté sur "les leçons à tirer" de leurs expériences et "les manières d’appliquer les leçons acquises pour une riposte au sida efficace. Pour les participants, l’un des enjeux concernant les personnes séropositives qui avancent en âge est la mise en place d’une "approche tout au long de la vie" et celle d’un "système bien équipé pour la santé qui anticipe et réponde aux besoins des personnes vivant avec le VIH et exposées au risque à mesure qu’elles avancent en âge".

Commentaires

Portrait de unepersonne

le VIH altere et fait vieillir l'organisme plus rapidement qu'une personne seronegative, il va de soi qu'un VIH de 50 ans ou plus est plus vulnerable face à la maladie car plus faible organiquement plus faible immunitairement , plus faible intellectuellement alors quand je lis que le sida est une maladie chronique, ok, elle l'est que pour ceux qui n'ont pas 30 années d'ARV dans le sang

je precise car on est sur seronet, ce n'est pas la majorité des quinqua qui sont en bout de piste ,  etre VIH à 20 ans et etre VIH à 50 ans ou plus n'est pas comparable