Vietnam : l’ONU fait les gros yeux

12 Septembre 2011
2 321 lectures
Notez l'article : 
0
 
Vietnam.jpg

L’ONU a annoncé (6 septembre) avoir demandé au Vietnam de modifier les principes de détention des personnes prostituées et consommatrices de drogues et de respecter les procédures légales internationales en la matière. Les agences des Nations Unies installées dans le pays "implorent le gouvernement du Vietnam de réviser de toute urgence la pratique de la détention obligatoire de ceux qui font usage des drogues, et des travailleurs sexuels", dans un document posté sur le site internet de l'ONU au Vietnam. Comme l’indique l’AFP, le texte n'a pas précisé le nombre des détenus concernés, mais les chiffres officiels font état d'environ 150 000 personnes consommatrices de drogues et 30 000 travailleurs et travailleuses du sexe. Ce pays, toujours communiste, continue de classer ces personnes dans la catégorie des "fléaux sociaux". La loi vietnamienne autorise la détention des prostituées pour des peines entre trois et dix-huit mois. Les personnes consommatrices de drogues peuvent pour leur part être enfermées jusqu’à quatre ans dans des centres officiellement décrits comme des centres de soins. Une des choses qui choque l’ONU, c’est que les personnes détenues "n'ont pas d'accès à une audience ni une représentation ou conseil juridiques", en violation de la loi internationale, précisent les signataires.