Vigilance en Outre-mer

25 Janvier 2021
234 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les voyageurs-ses arrivant sur les deux îles de Guadeloupe et Martinique doivent depuis le 18 janvier, respecter un isolement de sept jours et présenter un test PCR négatif. L’objectif des autorités de santé est d’éviter l'arrivée du variant anglais sur ces territoires français outre-mer. Depuis le 18 janvier, tous-tes les voyageurs-ses arrivant en Guadeloupe, à l'exception de celles et ceux provenant de Martinique, devront s'engager « sur l'honneur » à respecter un isolement de sept jours, a annoncé la préfecture dans un communiqué. « Il s'agit d'éviter l'introduction du variant anglais par un voyageur qui serait porteur du virus mais n'aurait pas été testé positivement avant le départ », explique la préfecture. Les voyageurs-ses arrivant en Guadeloupe, qui doivent déjà présenter un test PCR négatif, seront « soumis à un isolement de même nature que les cas contacts » (sept jours) et devront réaliser un nouveau test sept jours après leur arrivée sur le territoire, précise le communiqué, cité par l’AFP. « Cette disposition s'appliquera pour les voyageurs de toutes les provenances, à l'exception de la Martinique », ajoute le texte. Les voyageurs-ses entre la Guadeloupe et les îles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy) ou la Guadeloupe et la Guyane doivent aussi justifier, dans les deux sens, d'un motif impérieux pour embarquer. La Martinique a mis en place, elle aussi, un durcissement des conditions d’entrée sur son territoire, avec (depuis le 18 janvier) une mise à l'isolement obligatoire de sept jours pour les voyageurs-ses de toutes provenances. Désormais « les voyageurs-ses de toutes les provenances notamment de l'Hexagone et de la Guyane » devront, en plus du test PCR négatif obligatoire, « rester au domicile pendant sept jours, réduire les sorties au strict minimum (courses alimentaires, rendez-vous médical), réaliser un test sept jours après l'arrivée sur le territoire », a indiqué le préfet. Seuls-es les voyageurs-ses en provenance de Guadeloupe ou s'y rendant depuis la Martinique n'auront pas à suivre ces nouvelles mesures. En revanche, compte tenu de la situation sanitaire qui s'aggrave en Guyane, le communiqué précise que « les flux aériens avec la Guyane seront restreints ». Une partie du département sera confinée à partir de 19 heures le samedi soir, et l'autre à partir du dimanche à minuit, dans les deux cas jusqu'au lundi à 5 heures. Les trois hôpitaux de Cayenne, Kourou et Saint-Laurent-du-Maroni sont par ailleurs placés en plan blanc, indique l’AFP. « C'est un très gros effort qu'on demande aux Guyanais, mais la partie vaut le coup d'être jouée, on va économiser des vies », a plaidé le préfet Thierry Queffelec, évoquant « un département qui souffre sanitairement ». Le taux d'incidence moyen du coronavirus en Guyane était lundi de 258 cas pour 100 000 habitants. Mais ce taux atteint 400 dans certaines zones très touchées comme Cayenne ou Saint-Laurent du Maroni. Le gouvernement avait déjà annoncé le 14 janvier plusieurs mesures, notamment un renforcement des contrôles aux frontières.