VIH : 60% de personnes sans traitement en Asie

15 Septembre 2011
839 lectures
Notez l'article : 
0
 
Asie_Pacifique.gif

Si le nombre de nouvelles infections est en baisse et celui des personnes traitées en hausse, la lutte contre le VIH-sida en Asie-Pacifique est compromise par des programmes inadaptés et insuffisants vis-à-vis des personnes les plus à risque et le manque de financements. C’est ce qu’indique un rapport de l’ONUSIDA rendu public à l’occasion du 10e congrès sur le sida dans la région Asie-Pacifique qui s’est tenu fin août en Corée du sud. Il s’agit, après le continent africain, de la région la plus touchée par le VIH. Selon le rapport, la région comptait, en 2009, 4,9 millions de personnes infectées. Ce chiffre est relativement stable depuis 2005. Entre 2001 et 2009, le nombre de nouvelles infections a diminué de 20%, passant de 450 000 à 360 000. Ce sont les politiques conduites au Cambodge, en Inde et en Thaïlande qui ont conduit aux progrès les plus spectaculaires. Le forcing a notamment été fait chez les travailleurs et travailleuses du sexe et leurs clients. Le rapport note aussi une autre avancée notable : l’accès au traitement. Le nombre de bénéficiaires a triplé depuis 2006, pour atteindre 740 000 personnes. Le Cambodge se distingue puisqu’il est l’un des huit pays au monde à fournir une thérapie à plus de 80% des candidats au traitement. Le bel exemple cambodgien ne doit pas masquer que plus de 60% des personnes atteintes de cette région ne dispose pas de traitements.