VIH, âge et polymédication

8 Octobre 2017
2 985 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 21 septembre dernier, un communiqué de France Assos Santé, Clairsanté et le journal "60 millions de consommateurs" appelaient à la vigilance sur les ordonnances médicales à rallonge chez les seniors et les risques que les personnes âgées de 65 ans et plus prenaient lorsqu’elles étaient en situation de "polymédication", soit le fait de consommer beaucoup de médicaments de manière régulière. Tout récemment, c’est le site Info VIH qui s’intéressait à la polymédication, mais cette-fois en traitant des enjeux chez les personnes vivant avec le VIH, dans la recherche clinique antirétrovirale. Le Docteur Pascal Pugliese, un des médecins rédacteurs du site, a ainsi présenté (19 septembre) une revue de la littérature concernant la problématique de la polymédication chez les patients âgés infectés par le VIH et les implications sur le développement futur des antirétroviraux. Beaucoup de personnes qui vivent avec le VIH, âgées sont en situation de polymédication avec la prise des ARV, plus celle de médicaments pour les comorbidités. Une étude rétrospective récente trouve que 58 % des personnes vivant avec le VIH âgées de 50 à 64 ans prenaient au moins cinq traitements associés, en plus de leur traitement antirétroviral, rappelle le docteur Pugliese dans son article, qui passe en revue les principales infos dans ce domaine. "Concernant le développement futur des ARV, il est souligné l’importance de proposer des schémas antirétroviraux qui n’interagissent pas avec les traitements des comorbidités associées, plus particulièrement chez les PVVIH lourdement prétraités et dont les options thérapeutiques sont limitées", explique le médecin. A noter un second article du même auteur : "Vieillir avec le VIH : Les perspectives sur le modèle de prise en charge". "Le vieillissement des patients vivant avec le VIH (PVVIH) va confronter les cliniciens avec une augmentation des pathologies associées à l’âge dans cette population, note le docteur Pugliese. Ainsi la prise en charge multidisciplinaire des PVVIH va devoir intégrer en routine la médecine gériatrique". L’objectif de cet article est de fournir un "cadre conceptuel pour une prise en charge intégrée du VIH et des besoins gériatriques, permettant, au-delà du contrôle virologique, de caractériser au mieux les symptômes gériatriques, les capacités fonctionnelles et la mesure du handicap avec évaluation de son état physique, cognitif, de sa santé mentale, du contexte social et environnemental".

Commentaires

Portrait de basique

Rien de bien nouveau. On sait depuis longtemps les effets délétères de la polymédication, encore plus chez le suje âgé .

Un argument de plus toutefois pour l'allègement et l'individualisation des posologies antiVIH.