VIH en France : 9 678 euros par an et par personne

14 Septembre 2019
638 lectures
Notez l'article : 
5
 

Chaque année, l’Assurance Maladie publie son rapport Charges et produits. Il s’agit d’un document important qui fait des « propositions relatives à l'évolution des charges et produits au titre de l'année suivante » (ici, 2020) et aux « mesures nécessaires pour atteindre l'équilibre prévu par le cadrage financier pluriannuel des dépenses d'assurance maladie ». Se fondant sur des analyses réalisées sur l'évolution des dépenses et des pratiques, et en s'appuyant sur les recommandations françaises et internationales, ce rapport présente « des propositions et des pistes de réflexion visant à améliorer la qualité et l'efficience des soins, et à optimiser les dépenses de santé ». Pour faire simple, c’est la contribution de la Cnam (caisse nationale d’Assurance maladie) à la réflexion sur la transformation du système de santé. On en trouve généralement la traduction dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). La première partie dudit rapport expose la cartographie des dépenses, élaborée à partir du système national des données de santé (SNDS) (la métabase de données qui regroupe les données existantes en santé publique). Elle présente notamment les principales pathologies prises en charge en 2017, les dépenses remboursées affectées à leur prise en charge, et l’évolution que l’on observe sur la période 2012-2017. Dans l’édition 2019 (sortie en juillet dernier), le rapport Charges et produits fait un focus sur le VIH/sida. « La dépense moyenne par patient a baissé depuis 2012, où elle était en moyenne de 11 000 €. Ceci résulte notamment d’une baisse importante de la dépense du poste « médicament » (-11 %) entre 2016 et 2017, à la suite de baisses des prix et de l’arrivée de génériques. Du fait de cette diminution de la dépense moyenne, on observe que la dépense totale a peu augmenté entre 2012 et 2017 (+9 millions d’euros) alors que le nombre de patients concernés a augmenté (+16 800) », explique le rapport. Selon les chiffres de 2017, le total des remboursements Sécu concernant le VIH est de 1,3 milliard d’euros pour 2017 (ce poste a augmenté de 0,1 % en moyenne par an depuis 2012). En 2017, 131 800 personnes étaient concernées (ce chiffre a augmenté de 2,8 % en moyenne par an). La dépense moyenne remboursée par an et par personne est de 9 678 euros ; ce chiffre est en baisse de moins 2,6 % par an en moyenne depuis 2012 (la baisse est de moins 9,6 % entre 2016 et 2017). En 2012, ce montant est de 11 000 euros.

Commentaires

Portrait de BOUCLETTES

On oublie de préciser que cette baisse, est aussi liée, à tous les patients, qui, officiellement ou non, pratiquent l'allègement de leur traitement. Il serait d'ailleurs, fort intéressant que des efforts sérieux soient entrepris, par les pouvoirs publics pour que des protocoles soient davantage mis en place pour étudier cette piste intéressante d'allègement, qui permet de réaliser des économies de près de 50% par patient !!. En plus, il en va de la santé des sépo + puisque à défaut, pour l'instant, encore de trop nombreux patients s'empoisonnent, avec une surmédication. Si officiellement  les allègement était officialisés et étudiés en profondeur, on n'est serait pas là... Mais il faut sans doute préserver la santé financière des labos. 

Alors ce type de publication, me fait un peu bondir Yell