VIH et emploi : la loi du mutisme

8 Décembre 2013
1 263 lectures
Notez l'article : 
0
 

Selon une enquête réalisée par l’Université de Gand et Sensoa, un centre d'expertise flamand pour la santé sexuelle, la moitié des personnes vivant avec le VIH n’ose pas en parler au travail. L’étude a été réalisée auprès de 54 répondants, indique le journal belge "De Standaard" qui y consacre un article (25 novembre). "La plupart des participants taisent leur état au travail par crainte des conséquences professionnelles telles qu’un licenciement ou une perte de clients, mais également de peur des répercussions sociales", explique le journal. Mais il y a un paradoxe… que mentionne Sophie DeGroote (Université de Gand), la chercheuse qui a mené l’étude : "La majorité des personnes qui racontent qu’elles sont atteintes du virus déclarent qu’elles bénéficient de plus de compréhension au travail ou qu’il n’y a rien qui change, ce qui est positif. Les patients qui en parlent au travail peuvent éventuellement demander certaines adaptations, ils peuvent parler ouvertement d’une visite médicale ou du fait qu’ils ne se sentent pas bien. Comme ils ne doivent pas vivre avec ce secret, leur qualité de vie est améliorée".