VIH et enfants : les chiffres de l’Onusida

3 Octobre 2021
634 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les nouvelles infections au VIH chez les enfants ont diminué de plus de la moitié (54 %) entre 2010 et 2020, principalement grâce à l’augmentation de la fourniture de traitements antirétroviraux aux femmes enceintes et allaitantes vivant avec le VIH, explique l’Onusida (27 septembre). Selon l’agence onusienne, cette dynamique s’est considérablement ralentie, laissant des lacunes particulièrement importantes en Afrique occidentale et centrale ; dans cette partie du continent africain se trouvent plus de la moitié des femmes enceintes vivant avec le VIH qui ne sont pas sous traitement. Dans le monde, en 2020, près de la moitié (46 %) des 1,7 million d’enfants séropositifs n’était pas sous traitement. Près de 150 000 nouvelles infections au VIH ont été enregistrées chez les enfants, soit quatre fois plus que l’objectif de 40 000 nouvelles contaminations pour 2020. Le nombre d’enfants sous traitement dans le monde a diminué depuis 2019, laissant près de 800 000 enfants (âgés de 0 à 14 ans) vivant avec le VIH sans traitement antirétroviral en 2020. Seulement 40 % des enfants vivant avec le VIH avaient une charge virale supprimée, contre 67 % des adultes. Selon l’Onusida, 35.000 nouvelles infections chez les enfants sont survenues parce qu’une femme a été contaminée par le VIH pendant la grossesse ou l’allaitement.