VIH et tuberculose : traiter tôt

7 Novembre 2011
642 lectures
Notez l'article : 
0
 
globules_rouge.jpg

Ces cinq dernières années, une étude, baptisée CAMELIA, a été réalisée au Cambodge. Elle posait la question : "Quand faut-il débuter les antirétroviraux chez les patients co-infectés par le VIH et la tuberculose ?" Les résultats de cet essai sont clairs : pour réduire la mortalité, il faut débuter le traitement antirétroviral de façon précoce, soit deux semaines après le démarrage des médicaments antituberculeux, chez les personnes sévèrement immunodéprimées. Pour l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), promoteur de cet essai avec des partenaires américains et cambodgiens, la mise en place rapide de mesures opérationnelles qui découlent directement des résultats de cette étude pourrait réduire le nombre de décès d'environ 50 000 à 100 000 par an. L’ANRS estime que les "résultats de cet essai vont justifier une révision des Recommandations de l'Organisation mondiale de la santé en 2012".