VIH et vaccins : nouveau calendrier

15 Septembre 2021
522 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le dernier calendrier vaccinal (édition 2021) a paru, il y a quelques semaines. Parmi les nouvelles recommandations (page 6 du document), un point sur la vaccination contre les infections par les papillomavirus humains (HPV). Elle est recommandée chez les garçons de 11 à 14 ans révolus avec un schéma deux doses (selon un schéma à 0 et 6 mois) avec un rattrapage possible chez les adolescents et les jeunes hommes de 15 à 19 ans révolus selon un schéma à trois doses (selon un schéma à 0, 2 et 6 mois). Toute vaccination chez le jeune garçon doit être initiée avec le vaccin Gardasil9 (contre neuf souches du papillomavirus humain/HPV : ce qui est plus protecteur vis-à-vis des cancers). La recommandation est applicable depuis le 1er janvier 2021. Pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), la vaccination HPV par Gardasil9 est recommandée jusqu’à l’âge de 26 ans, en prévention des lésions précancéreuses anales, des cancers anaux et des condylomes. Dans cette situation, la vaccination peut être proposée dans certains Cegidd (centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic des infections par le VIH et les hépatites virales et les infections sexuellement transmissibles) et dans certains centres publics de vaccination (page 26). Trois doses sont administrées selon un schéma à 0, 2 et 6 mois. Pour les personnes immunodéprimées : la vaccination contre le papillomavirus est recommandée chez les garçons comme les filles aux mêmes âges que dans la population générale, avec un rattrapage jusqu’à l’âge de 19 ans révolus (page 26). Concernant les vaccins contre les hépatites A et B (pages 18 et 20), le vaccin de l’hépatite A reste recommandé aux HSH et aux personnes atteintes d’une maladie du foie susceptible d’évoluer vers une maladie du foie chronique (notamment due au virus de l’hépatite B, de l’hépatite C ou à une consommation excessive d’alcool). Pour le vaccin anti-VHB, la vaccination est hautement recommandée pour les « personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples, exposées aux IST ou ayant une IST en cours ou récente », « les personnes usagères de drogues par voie parentérale ou intranasale, les personnes de l’entourage d’une personne atteinte d'hépatite B aigüe ou chronique (personnes vivant sous le même toit), les partenaires sexuels d’une personne infectée par le virus de l’hépatite B ou d’un porteur chronique de l’antigène HBs, les personnes détenues qui peuvent cumuler un certain nombre de facteurs d’exposition au virus de l’hépatite B, les personnes porteuses d’une hépatopathie chronique et les personnes infectées par le VIH ou le virus de l'hépatite C ». Pour les personnes vivant avec le VIH (page 39), il existe des recommandations spécifiques de vaccination. Elles sont intégralement détaillées sur les tableaux (colonne en rose sur les pages 65 à 67), vaccin par vaccin. On y trouve aussi bien les vaccins qui sont contre-indiqués (à ne pas faire donc) et ceux qui sont indiqués ou recommandés. La vaccination contre la grippe saisonnière reste notamment recommandée. Le document fait un point sur la vaccination contre la Covid-19 (page 11).