VIH : le Sénégal s’engage pour le traitement dès le diagnostic

1 Janvier 2016
1 007 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le ministre de la Santé et de l’action sociale du Sénégal semble se mettre au rythme des recommandations de l’Onusida. Selon le "Quotidien du Sénégal" du 5 décembre, le ministère a adressé une circulaire aux médecins leur demandant de "commencer immédiatement le traitement aux personnes testées positives au VIH". Autrement dit plus question d’attendre une baisse des CD4, mais proposition de mise sous traitement ARV dès le diagnostic posé. Pour le journal, la lutte contre le VIH franchit, avec cette décision, un "nouveau pas". Devraient bénéficier prioritairement de cette stratégie, les personnes diagnostiquées séropositives et appartenant à des groupes où la prévalence est particulièrement forte : hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, les professionnel-les du sexe, les personnes consommatrices de drogues injectables, les femmes enceintes diagnostiquées séropositives et les couples séro-différents. Cette annonce a été saluée par les associations locales de lutte contre le sida qui réclament cette mesure depuis des années. C’est notamment le cas du Réseau des personnes vivant avec le VIH du Sénégal. "Les personnes vivant avec le VIH se plaignaient du fait qu’entre la période où elles sont testées positives et le début du traitement, il se passait beaucoup de temps. Ce qui, selon elles, dégradait leur qualité de vie. Maintenant avec cette mesure, elles peuvent prétendre à une meilleure qualité de vie et aussi limiter les risques de contamination", a expliqué le Réseau.