VIH : les chiffres de PACA… affolent

2 Juillet 2011
14 910 lectures
Notez l'article : 
0
 
chiffres_hausse.png

Avec 7555 cas de sida déclarés, la région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA) est la deuxième région de France touchée par le VIH/sida. Deux départements sont particulièrement concernés : les Bouches-du-Rhône et les Alpes Maritimes, selon le centre régional d'information et de prévention du sida qui considère que la situation est alarmante alors qu'en France l'épidémie se stabilise. Une des explications serait le "un relâchement dans les comportements". Concrètement, on note "une augmentation des découvertes de séropositivité entre 2008 et 2009, augmentation qui se confirme et s’accentue sur les six premiers mois de 2010. Les nouveaux cas de séropositivité diagnostiqués en Provence-Alpes-Côte d’Azur sont liés à des contaminations par relations sexuelles. En 2009, 60% d’entre elles sont liées à des rapports homos et 39% à des rapports hétéros. Les 20-29 ans représentent plus de 23% des découvertes de séropositivité".

 

Commentaires

Portrait de ouhlala

de l'héroïne (le pire en terme de risques de contamination) qui a diminué depuis une quinzaine d'années, au profit de la substitution, de la fumette, et d'autres drogues qui ont le vent en poupe (cocaïne, ekstasy etc...). D'ailleurs les décès par surdose (95% liés à l'injection d'héroïne) ont été divisés par 10 en 11 ans ! 564 en 94, 57 en 2005, pour la France (Source: Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants, Ocrtis)

Parmi les injecteurs encore actifs, mon point de vue peut sembler hard, mais j'aurais tendance à dire que le mal est fait depuis 20 ans, que ceux qui devait se contaminer le sont déjà, hélas. D'ailleurs, les quelques contaminations observées en France en relation avec l'usage de drogue (2 à 4% des nouveaux dépistages ?), sont souvent le fait de nouveaux injecteurs, qui se contaminent avant d'acquérir les bonnes pratiques d'injection. Ce qui n'empêche que les Caarud font du bon travail, qui limite aussi la propagation du VHC.

   Je ne crois pas me tromper en disant que les chiffres citées dans l'article le sont sur la base des chiffres communiqués par les services spécialisées, et donc par les corevih auxquels ils appartiennent, et centralisés par l'Invs. Franck.

Portrait de communard2011

INVS cité par l'article wrote:

Les nouveaux cas de séropositivité diagnostiqués en Provence-Alpes-Côte d’Azur sont liés à des contaminations par relations sexuelles. En 2009, 60% d’entre elles sont liées à des rapports homos et 39% à des rapports hétéros.

Je pose un et je retiens deux... Il me semble qu'il y a une erreur dans les chiffres de l'article. En effet, en 2009, en Paca, il y a eu 1139 nouveaux cas de séropositivité déclarés par rapport homos et 1702 cas par rapports hétérosexuels.

Par quelle astuce statistique, 1139 deviennent 60 %  et 1702 deviennent 39 % des cas totaux, soit 4622 nouveaux cas déclarés pour 2009 en Paca (dont 1680 non renseignés) ?

Portrait de ouhlala

Tu es allé sur le site de l'Invs? Ça sent l'inversion... 40 et 60 % des cas renseignés
Portrait de communard2011

Ou acte manqué ?

En tout cas, comment ne pas faire le lien entre un article d'un responsable de Aides sur le site dans un article récent sur la peur que suscite toujours le vih qui écrit ceci :

"Malheureusement, tout le monde n’a pas renoncé à utiliser la peur de l’autre comme levier de changement de comportement ou comme motivation d’une politique publique. Le meilleur et plus tragique exemple est..." peut-être cette erreur sur ces statistiques...


M Pokora - "A Nos Actes Manqués"
Portrait de frabro

Ci-dessous le lien vers le site de l'INVS et ses tableaux croisés de surveillance de l'épidémie http://www.invs.sante.fr/surveillance/vih-sida/default.htm J'en ai extrai ceci : Région PACA découvertes séropositivité 2009 : Homosexuels 109 39 % Usagers de drogue 2 Héterosexuels 70 25 % Mère enfant 1 Autres 2 Inconnus 95 34 % Total 280 100 % Personnellement ce qui m'inquiète c'est que les chiffres montent (voir tableau évolutif d'années en années) et que 34 % des contaminations soient d'origine "inconnue"... Pour le reste l'interprétation abusive des chiffres dans un sens ou dans l'autre par la manipulation des pourcentages est stupide puisque chacun peut vérifier par lui même.
Portrait de romainparis

inconnue ?
Portrait de BALTHAZAR

les contaminations d'origine inconnue sont des contaminations qui servent à faire ressortir faussement un taux de population particulière à risque pour lui attribuer le maximun de pognon Plus grande est la confiance, plus terrible est la déception
Portrait de ouhlala

concernent des personnes dépistées, dont le questionnaire rempli à l'occasion de la déclaration obligatoire de séropositivité ne permet pas de connaître l'origine de la contamination. Soit que la personne n'était pas en état ou n'a pas voulu répondre à ce questionnaire, soit que la question n'est simplement pas renseigné par le déclarant (cdag, médecins, services hospitaliers etc.) Le nombre de nouvelles contamination repose sur un dispositif de recueil qui est une usine à gaz, vu la diversité et le nombre de déclarants. D'où des doublons, des dépistages non déclarés, qui font que les chiffres publiés font l'objet d'une "cuisine" statistique (redressements notamment, la tendance est à majorer les chiffres recueillis). On ne peut pas mieux faire. La "cuisine" est destinée à approcher au mieux la réalité (par exemple on va faire une étude de contrôle sur quelques zones géographiques et on va s'apercevoir, que la sous-déclaration avoisine le 20 ou 30%, il est donc tout à fait normal de redresser les chiffres nationaux).

Comme l'ecrit Sonia, il existe des données publiques issus des files actives des services hospitaliers spécialisés appartenant aux corevih qui sont disponibles et certainement plus précis et fiables.

D'autre part, l'article me pose un autre problème en évoquant 7 555 cas de sida déclarés. Si 7 555 cas de SIDA DECLARES (en 2009 ? depuis le début del'épidémie?), combien de séropos au total en PACA, 100 000 ??? Petits soucis de précision et de terminologie on dirait.

Portrait de ouhlala

Le CRIPS, JFL, les provencaux ?

Le nombre de sida déclarés est lui issus des données hospitalieres, DMI12 et repris dans les statistiques des files actives produites par les corevih et publié dans le BEH. Reste à rapporter ce 7 555 (aujourd'hui ? c'est très peu probable) 

Portrait de frabro

http://paca.lecrips.net/spip.php?article267

Donne les éléments sur lesquels le journaliste de Seronet s'est appuyé. or, ces chiffres sont contradictoire avec ceux de l'INVS...

"Avec 7 755 cas de sida déclarés au 30 juin 2010, la région PACA ..."Nombre de cas de sida cumulés depuis le début de l'épidémie. "Sur les 7 755 cas de sida déclarés au 30 juin 2010 en PACA, 4 497 sont décédées" (toujours en nombre cumulé depuis le début de l'épidémie). A noter que 4300 de ces décès sont survenus avant 2003, et que le nombre de décès diminue d'année en année : 18 en 2009, 3 au 1er semestre 2010 : ce qui va contrarier ceux qui trouvent bon de dire que les traitements ne sont pas efficaces.

Le taux de 60% homos vs 40 % hétéro est calculé en négligeant les contaminations d'origine inconnue...ce qui évidemment fausse considérablement l'analyse.

Portrait de Sophie-seronet

Bonjour,

La brève prend bien ses sources dans l'article du Crips. Mais attention, le premier tableau de l'article, dont Communard2011 tire ses chiffres et ses conclusions concerne les nouvelles déclarations de séropositivité en France et non en région Paca.

Sophie