VIH : les six groupes selon l’importance de la prévalence

30 Août 2015
1 754 lectures
Notez l'article : 
0
 

Très régulièrement, Seronet publie des informations qui mentionnent la prévalence du VIH dans tel ou tel pays. Interrogé sur le site Atlantico (juillet 2015) à l’occasion de la publication du dernier rapport de l’Onusida sur la situation mondiale de l’épidémie de VIH/sida, le docteur Stéphane Gayet, médecin infectiologue (CHRU de Strasbourg) a expliqué quels étaient les groupes de pays selon les niveaux de prévalence. "La prévalence de l'infection par le VIH varie grossièrement de 1 à 300 dans les différents pays du monde, ce qui est énorme. On peut distinguer schématiquement 6 groupes de pays", explique le médecin, qui n’oublie pas de préciser que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas les moyens de les vérifier et que certaines données sont parfois sujettes à caution ; de plus, certains états ne fournissent pas de données. Il y a six groupes explique Stéphane Gayet : "Le groupe 1 de prévalence très faible (moins de 0,1 %) : Finlande, Turquie, Algérie, Egypte, Chine, Mongolie ; le groupe 2 de prévalence faible (de 0,1 à 0,5 %) : la plus grande partie de l'Europe de l'Ouest, Canada, Mexique et l'essentiel de l'Amérique du Sud ; le groupe 3 de prévalence moyenne (0,5 à 1 %) : Etats-Unis d'Amérique et Colombie, ainsi que des pays africains comme la Mauritanie, le Mali et le Niger ; le groupe 4 de prévalence élevée (1 à 5 %) : une grande partie de l'Afrique de l'Ouest, ainsi que l'Angola, les deux Congo, le Soudan, le Tchad, l'Ethiopie et, en Asie du sud-est, la Thaïlande ; le groupe 5 de prévalence très élevée (5 à 15 %) : l'Ukraine et la Russie, ainsi que bon nombre de pays de la partie sous équatoriale ou équatoriale de l'Afrique, à savoir le Gabon, l'Ouganda, la Tanzanie, le Zimbabwe, la Namibie, la Zambie et le Mozambique, auxquels il faut ajouter le Kenya et le Cameroun ; enfin, le groupe 6 de prévalence majeure (15 % à 28 %) : l'Afrique du Sud et le Botswana". Reste que c'est l'incidence (nombre de nouveaux cas par période de temps) qui est le reflet précis, soit de l'efficacité, soit au contraire de l'inefficacité, des politiques de prévention d'une région ou d'un pays.