VIH : l’OIT étudie le cas de la Tanzanie

14 Août 2018
1 820 lectures
Notez l'article : 
0
 

À l’occasion de la conférence d’Amsterdam, l’OIT (Organisation internationale du travail) s’est intéressée à la situation du VIH en Tanzanie. L’organisation y mène un projet qui aide les femmes à gagner leur indépendance financière tout en les formant à la prévention du VIH. En Tanzanie comme dans de nombreux autres pays d’Afrique subsaharienne, de très nombreux jeunes gens ont encore du mal à accéder aux services de santé, phénomène souvent exacerbé par une situation sociale et économique difficile, explique l’OIT. Selon l’enquête de 2016-2017 sur l’indicateur du VIH en Tanzanie, seuls 52,2 % de la population vivant avec le VIH âgée de 15 à 64 ans connaissent leur séropositivité. La Tanzanie a récemment lancé une campagne de dépistage du VIH à l’échelle nationale, qui devrait durer six mois, destinée à inciter tous les citoyens-nes surtout les hommes et les jeunes, à se faire dépister et à entamer un traitement précoce s’ils sont diagnostiqués positifs. Dans son dernier rapport de mai 2018, l’OIT a montré que la plus forte mortalité liée au sida parmi les travailleurs-euses concerne les travailleurs-euses d’une trentaine d’années qui sont au sommet de leur vie productive. Et pas uniquement en Tanzanie.