VIH : Thabo Mbeki, responsable de 333 000 morts ?

13 Novembre 2008
666 lectures
Notez l'article : 
0
 

Selon une étude de santé publique de l'Ecole d'Harvard, 333 000 décès seraient imputables au refus de Thabo Mbeki (l'ancien président d'Afrique du Sud) de faciliter l'accès aux traitements contre le sida dans son pays, au prétexte que ces médicaments étaient toxiques et dangereux. Selon cette étude, publiée en octobre dernier, "environ 35 000 bébés sont nés séropositifs entre 2000 et 2005.  En effet pendant toutes ces années, les maternités n'ont pu prescrire aux femmes enceintes de la nevirapine un médicament qui réduit fortement la transmission du VIH de la mère à l'enfant", rapporte la BBC. Les auteurs de cette étude affirment que "le gouvernement du président Mbeki a limité la distribution de dons de médicaments antirétroviraux et que des programmes financés par le Fonds mondial pour combattre le sida, la tuberculose et le paludisme, ont été bloqués pendant plus d'un an".