VIH : traitement par injection

8 Janvier 2021
577 lectures
Notez l'article : 
5
 

Bonne nouvelle ! Les derniers résultats de l'étude Atlas-2M publiés dans The Lancet, le 19 décembre, montrent, à 48 semaines d'observation (phase 3), la non infériorité de la bithérapie associant les antirétroviraux cabotégravir + rilpivirine, sous sa forme injectable à libération prolongée tous les deux mois en comparaison avec une injection tous les mois. Cela veut dire que six injections par an sont aussi efficaces que douze injections annuelles. L’étude Atlas-2M est destinée aux personnes vivant avec le VIH ayant déjà pris des traitements anti-VIH. Les participants-es à cette étude ont déclaré préférer une injection tous les deux mois et le niveau de tolérance observé était similaire aux injections mensuelles. Sur la base de ces résultats, les chercheurs-ses déclarent qu’il faudrait étudier cette bithérapie en injection tous les deux mois dans d’autres populations comme les personnes adultes et adolescentes qui ont des soucis d’observance aux traitements par voie orale. Dans la foulée de cette bonne nouvelle, le laboratoire pharmaceutique ViiV Healthcare (groupe GSK) a annoncé, le 21 décembre, l'autorisation de cette bithérapie rilpivirine + cabotégravir, dans l'Union européenne chez les adultes, dont la charge virale est indétectable. Ces deux molécules sont commercialisées sous le nom de Rekambys (rilpivirine) et de Vocabria (cabotégravir) dans l'Union européenne. Pour la première fois, des personnes vivant avec le VIH en Europe vont être en mesure de recevoir un traitement injectable à action prolongée qui supprime la nécessité de prendre des comprimés oraux quotidiens, après la phase d'initiation orale, commente le laboratoire dans un communiqué.  La prochaine étape avant l’accès à ce nouveau traitement est la négociation entre ViiV Healthcare et les 27 États membres de l'Union européenne sur le prix. Chaque État va décider, pour lui-même, des conditions d’accès, du prix et du niveau de remboursement de cette bithérapie. Encore un peu de patience donc, mais les choses avancent.