Violences conjugales : conserver des preuves

2 Décembre 2020
447 lectures
Notez l'article : 
0
 

La fédération France Victimes a lancé lundi 23 novembre, sous l'égide du gouvernement, un site internet, Mémo de Vie, qui permet aux victimes de violences, notamment conjugales, de sécuriser en toute discrétion photos et témoignages des agressions subies. La plateforme permet à l'utilisateur-rice de créer un compte sécurisé où il-elle peut tenir un journal, évaluer son sentiment de danger, mais aussi conserver des photos, des enregistrements sonores ou des documents officiels et médicaux. « Il faut garder des traces, même si ce qui est inscrit dans « Mémo de Vie » ne constitue pas une preuve, dans une enquête ça permet de confronter le mis en cause avec des éléments », explique la porte-parole de France Victimes, Olivia Mons. Afin d'assurer la sécurité de ses utilisatrices-eurs, « Mémo de Vie » peut être quitté rapidement, par un bouton qui renvoie vers le site de Météo-France. Le site centralise aussi des contacts d'associations et des ressources juridiques visant à informer la victime de ses droits. « Mémo de Vie », lancé sous l'égide du ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, d'Élisabeth Moreno, ministre déléguée à l'Égalité entre les femmes et les hommes, et de Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, sera déployé à plus grande échelle au premier semestre 2021 avec pour objectif d'aider, à terme, 20 000 victimes par an.