Violences contre les femmes : le HCE appelle à faire plus

24 Novembre 2017
699 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 25 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, interviendra sur les violences faites aux femmes à l’occasion du lancement de la grande cause du quinquennat pour l’égalité femmes-hommes. Dans un communiqué, le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (HCE) pointe que, ces dernières semaines, les "violences sexistes et sexuelles ont fait l’objet d’une mobilisation citoyenne sans précédent et d’une prise de conscience collective". "La hausse de 30 % des plaintes déposées en gendarmerie en octobre est un signal positif : ce mouvement doit être accompagné et amplifié", souligne d’ailleurs l’institution. Si le HCE a salué l’annonce d’un projet de loi visant à mieux condamner les violences sexuelles, il note que, dans ce domaine, "les besoins sont massifs et les attentes très fortes en matière de moyens humains et financiers". L’organisme officiel demande ainsi un accroissement des moyens financiers dédiés, en particulier, aux associations spécialisées qui accompagnent les victimes au quotidien et font face à un déferlement d’appels, suite au mouvement "#MeToo" et "#BalanceTonPorc". Or, cette augmentation n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement. Le HCE pointe que la France sous finance son plan de lutte contre toutes les violences faites aux femmes. Le cinquième plan interministériel sur le sujet qui couvre la 2017-2019 est doté d’un budget de 100 millions d’euros. C’est très peu, souligne le HCE qui rappelle que l’Espagne a voté un pacte contre les violences au sein du couple, doté d’un budget de 1000 millions d’euros sur cinq ans. De même, fin octobre, le gouvernement québécois a annoncé le déblocage immédiat de 700 000 euros supplémentaires aux organisations spécialisées. Un choix budgétaire que la France ne fait pas. Le HCE croise les doigts en attendant le discours du 25 novembre 2017.