Violences faites aux femmes : plus de budget

13 Décembre 2019
199 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Sénat a adopté le 29 novembre à main levée le budget Solidarité, insertion et égalités des chances, après avoir augmenté d'un million d'euros les crédits dédiés à la lutte contre les violences faites aux femmes, indique l’AFP. Au nom de la commission des Finances, Arnaud Bazin (LR) a défendu une mesure « largement symbolique », mais qui « sera utile ». « Mettez les moyens », a exhorté l'ex ministre PS Laurence Rossignol, aujourd’hui sénatrice, à l'adresse du gouvernement, cinq jours après la clôture du « Grenelle contre les violences conjugales ». La secrétaire d'Etat Christelle Dubos a assuré que « plus d'un milliard d'euros seront mobilisés en 2020 » pour l'égalité entre les femmes et les hommes, s'attirant les foudres de Laurence Rossignol. « Ne nous refaites pas le coût du milliard ! », a-t-elle lancé, affirmant que « 75 % de ce milliard » relèvent, en fait, de l'aide au développement, par exemple pour financer un puits dans un village africain. Ce milliard comprend aussi les salaires des enseignants chargés des cours sur l'égalité entre filles et garçons, a abondé le rapporteur spécial Arnaud Bazin. Enfin, le Sénat a encore adopté un amendement LREM visant à consacrer un million d'euros à l'expérimentation de distribution gratuite de protections périodiques dans les centres d'hébergement d'urgence, associations caritatives, etc., pour répondre à « la précarité liée aux règles ». La ministre a demandé le retrait de cet amendement sur un « sujet majeur », indiquant que le gouvernement y travaillait. Il a été maintenu par le sénateur LREM Julien Bargeton, qui a reçu le soutien de la droite comme de la gauche. Le budget de la mission Solidarité, insertion et égalités des chances s'élève à 25,49 milliards d'euros, en hausse de près de 1,6 milliard par rapport à 2019. Cette hausse s'explique par la revalorisation de la prime d'activité annoncée par Emmanuel Macron en décembre 2018 pour répondre à la crise des gilets jaunes et par l'augmentation de l'allocation aux adultes handicapés, fixée à 900 euros depuis le 1er novembre.