Volet santé du CNR

8 Décembre 2022
559 lectures
Notez l'article : 
5
 
0

Une première réunion de bilan des contributions de terrain au volet santé du Conseil national de la refondation (CNR) aura lieu en janvier, a indiqué (25 novembre) l'entourage du ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun.  Lancé début octobre avec l'objectif d'améliorer l'accès aux soins, le « CNR santé » pourrait avoir totalisé 300 réunions territoriales —  associant soignants-es, élus-es et usagers-ères — à la fin de l'année, se félicite-t-on au cabinet du ministre. Quatre sujets sont abordés dans toutes les réunions : l'accès à un-e médecin traitant-e, l'organisation de la permanence des soins entre l'hôpital et la médecine de ville, l'attractivité des métiers de la santé et la prévention.  Une première remontée de ce qui se sera passé dans les réunions territoriales sera partagée, mi-décembre, lors d'une réunion du « CNR plénier », avant un « bilan d'étape » du  CNR santé » dans le « courant du mois de janvier », selon le ministère, cité par l’AFP.  Sans attendre, François Braun a décidé de débloquer en 2023, dans le cadre du fonds d'intervention régional (FIR), une enveloppe de 30 millions d'euros destinée à « des initiatives locales qui ont besoin d'être accompagnées ». « On n'attend pas la synthèse finale du CNR pour faire avancer les projets, on a dit aux agences régionales de santé : toutes les initiatives bonnes à accompagner doivent l'être », a commenté l'entourage du ministre.  François Braun a assisté à plusieurs restitutions de réunions territoriales, comme il doit le faire encore en début de semaine prochaine lors d'un déplacement à La Réunion et à Mayotte. Dans la capitale où il, a participé à une réunion, le ministre s'est montré particulièrement intéressé par l'expérimentation des « médiateurs en santé » menée notamment dans les quartiers nord de Marseille. Cette initiative consiste à confier à des médiateurs-rices associatifs-ves la mission « d’aller chercher les gens éloignés du soin et de la prévention », a souligné François Braun.  Le ministre a d’ailleurs confié au médecin Philippe Denormandie une mission pour « faire le point » sur ce dispositif avant, éventuellement, de « l'exporter dans l'ensemble des territoires ».