Mon ressourcement chez les Sœurs de la perpétuelle indulgence

Publié par Natalie le 12.01.2013
5 328 lectures

Brouillard à couper au couteau à notre arrivée à la Maison de Bonneuil. Les Sœurs de la perpétuelle indulgence sont notre premier rayon de soleil. Les voir enfin à nouveau et leurs sourires et leurs baisers pour nous accueillir sont déjà pour moi une grande bouffée d’oxygène.

Je découvre immédiatement les deux maisons du site qui n’en sont qu’une. Je dépose mes valises dans une jolie et grande chambre que je vais partager avec Annie. Une autre copine, Carole, est juste à côté. Sœur Kékette, une des Sœurs de la perpétuelle indulgence, a la première chambre de l’étage… pour nous chaperonner. Je me rends dans les chambres des Sœurs pour parler de mes allergies alimentaires et du régime particulier dont j’ai besoin - merci le cholestérol !

Nous sommes arrivées et tout est à partager, découvrir tous ceux qui sont présents ; nos vies, etc. Vient le temps du premier repas,  c’est un Gentil Bénévole de l’association qui nous a préparé de super petits plats. Alors que nous sommes tous attablés, Sœur Rose lit un texte et nous interpelle : "A qui est cette maison ?" Réponse en chœur : "A tous !" Sœur Rose, pétillante, étonnante, nous accompagne d’une bénédiction sur le "bel et bien manger".

Le combat des Sœurs, l’amour qu’elles me donnent, le fait d’être à mes côtés, c’est une grande force qu’elles m’apportent. Une grande force dans laquelle, aujourd’hui, je suis venue me ressourcer, me reposer, me poser, partager, rire, pleurer et tout lâcher ! Oui, lâcher prise !

Le lendemain, le soleil m’a suivie et éclaire de façon magique la piscine. Nous sommes pourtant le 21 octobre en Picardie. Un coin de la France profonde où comme un espace spatiotemporel particulier nous permet de nous baigner… en automne. Température extérieure 20° et piscine à 25°… tout va bien comme si j’étais chez moi dans le Sud. Les filles partagent mon bonheur ainsi que Gégé… Que c’est bon de partager aussi de la joie entre sœurs de combats.

Un premier atelier nous est proposé par les Sœurs : "Atelier tchatche". On dépose nos costumes, nos façades et là je rencontre des humains. Echanger pour moi est le propre de l’Homme. On apprend de ses proches, de la société sinon comment avancer ? Alors j’écoute ces vies et Sœur Kékette se livre un peu : 20 ans d’engagement, d’amour, d’écoute, de partage, mais aussi la perte d’êtres chers. A tous, nos anges on ne vous oublie pas ! Les perles des Sœurs autour de leurs cous sont comme des larmes versées pour ceux qui sont partis.

L’odeur de la cheminée est partout, mais ce qui me saisit surtout ce sont les rires et le bonheur qui imprègnent les murs de cette maison. Cela me submerge alors je pars découvrir le jardin immense, fleuri, qui comprend un potager et même un petit banc au fond pour admirer le paysage et plus probablement méditer devant la beauté de la nature. Le deuxième atelier proposé par Sœur Rose et Sœur Maria Culasse est consacré au chant. Nous sommes plus nombreux. On apprend à se découvrir au travers d’exercices de respiration. On se détend en pensant à chaque partie de notre corps. On commence par scander des sons comme Pa… Pa... Là, encore mes blessures remontent. Et je pars de l’atelier, mais c’est en me refugiant dans le jardin que je me livre à Sœur Maria Culasse… je parle de ma vie, mes espoirs, mes peines et surtout du bonheur de vivre… En fin de compte du temps, de l’air.

L’amour et tant d’attentions, d’écoute de la part des Sœurs, cela fait du bien de se sentir en famille… Les repas sont préparés dans la grande cuisine commune. Et là, rien de tel pour rassembler et partager. Le soir, nous nous retrouvons devant la cheminée… cela ne réchauffe pas que le corps. Je vous le dis sincèrement, je me suis sentie chez moi. La soirée faite de rires, de palabres, qui se terminera tard pour ceux qui le souhaitent… car il y a les Sœurs du matin et celles du soir - pas toujours les mêmes !

Sommeil de bébé, aucun bruit, les oiseaux chantent. Petit déjeuner dans la grande salle à manger et puis Sœur Rose me propose de me masser. Oh oui, quel bonheur et quelle détente ! Plusieurs Sœurs massent. C’est un vrai bien être tout comme les ballades l’après-midi… Fous rires garantis. Tous ces instants de respect, de tolérance et de joie m’ont remplie d’énergie, mais surtout d’amour.

Durant le séjour, Sœur Crystal nous propose un atelier Scrapbooking et la personnalisation de nos vêtements, sur deux après-midi. Plusieurs participantes dont moi s’y essaient car cela nous permet de nous concentrer sur autre chose que la maladie. Et ça, c’est essentiel et en plus cela permet de laisser parler la créativité de chacun. Je reçois une jolie boite à secrets de la part de Nicolas et je lui en offre une. Chacun de ces moments de partage était un souffle nouveau dans mon ressourcement ; l'amour et la joie aussi. Je remercie Sœur Samyaza pour sa joie de vivre et j'emporte chacun en mon cœur.

Voilà bientôt cinq jours sont passés. Le ressourcement va s’arrêter, mais je sais que je ne suis plus seule car leurs prières, leur bienveillance, leur énergie face à notre combat, c’est plus que tout cela… JE VOUS AIME MES SŒURS DE LA PERPETUELLE INDULGENCE ! Nous avons passé des moments inoubliables ; nous nous sommes déguisés. Nous avons chanté, dansé… mais avant tout, nous nous sommes sentis heureux de partager entre nous tous. J’ai toujours pensé qu’ensemble nous sommes plus forts ! Au-delà de ce que je croyais, je suis ici chez moi et c’est plus que cela… Je vous encourage toutes et tous, seul ou accompagné, à aller frapper à la porte des Sœurs où qu’elles soient, pour une manifestation comme le 1er décembre, dans un rassemblement comme celui que j’ai connu avec FSA (Femmes séropositives en action à Angers) ou dans des lieux festifs. Je vous souhaite d’aller vers elles. Ce sentiment de ne plus être seule face à la maladie, je le vis depuis que j’ai passé la porte d’une asso. Et depuis je n’ai jamais cessé d’ouvrir mon cœur et mon âme.

Commentaires

Portrait de carotte

je ne savais pas quelles avaient un couvent ou l on pouvait sejourner ton temoignage est vraiment super !!!!!je vais me renseigner ! merciiiiiiiiiiii

Portrait de Did94

Bonjour à vous toutes et tous,

1 petite précision s' impose: la Maison des Amis de Bonneuil n' est pas 1 Couvent qui appartient aux Soeurs de la Perpétuelle Indulgence, mais 1 Maison de Famille pour Gays et Lesbiennes, 1 Maison de Campagne mise à Notre Dispisition, le temps d' 1 weekend ou plus, moyennant 1 coût pour chaque repas, chaque nuitée, 1 Maison située à 108 Kilomètres au Nord de Paris, accessible par le Train et en Voiture.

C'est 1 Endroit Magique, Convivial, 1 Maison dans laquelle il fait Bon vivre tous ensemble le Temps de 2/3 jours!

Pour plus d' infos: http://maisondebonneuil.free.fr , c'est 1 Maison qui " vaut le Déplacement"!!!!

D' ailleurs, j'y retourne en Mai ou Juin cette Année.

Bises.

Did94.

Portrait de NathanaëlSero

Pourrais tu m'en dire plus  par MP Nathalie SVP  ?

J'ai besoin d'un lieux tranquille ou je pourrais me reposer et voir des gens sympa et loin très très loin de Montpellier si possible.

J'ai 30 ans, au boulot j'ai quelques soucis avec ma supérieur et j'ai perdu mon meilleur ami au début de l'année, rajouté à ça, mon insomnie chronique est en train de me tuer à petit feux en ce moment, je ne trouve presque plus le sommeil si bien que parfois je part travailler avec 1 heure de sommeil a peine.

Depuis la mort de mon meilleur ami c'est encore pire, ça avait commencé déjà avant son décès ce n'est pas uniquement dut à sa disparition c'est autre chose je ne sais pas un tout générale. je n'en parle a personne ni à ma famille ni à mes autres amis, ni même que je suis séropositif, il le savent mais je n'en parle jamais à personne sauf aux personnes de seronet car je suis d'un naturel plutôt timide sur mes emotion.

je voudrais voir des gens qui me sont étranger, des gens à l'écoute et qui ne me jugerons pas car je dois l'avouer je crois que je suis en train de sombrer, je vais plus tenir longtemps comme ça, si je fais pas quelques chose.


je le sent en moi comme quelques chose qui est prèt a exploser et si ça explose je donne pas cher de moi, certaine fois je veut arréter de travailler mais je continue car si je me met en arrèt maladie je vais sombrer pour de bon.

Mon medeçin généraliste veut me prescrire un anxiolitique mais je m'y refuse comme j'ai jamais fais de dépression de ma vie, j'ai peur que ça m'en déclenche une ce genre de médicament donc je crois que la seul solution pour moi est d'aller me reposer quelques part.

Je sais que demain j'aurais honte de lire ce message que j'écrit, moi qui suis d'habitude d'un naturel joyeux et constant dans mes humeur, moi qui prends tout avec de la distance et du détachement comme on me l'a appris en formation, mais en ce moment je craque, je pleure en écrivant ce message tellement j'en ai marre, tellement je voudrais dormir et tellement je souffre a l'intérieur je ne veut plus pleurer comme ça c'est horrible, je ne sais plus quoi faire, je me sent mal, j'arrive plus a me retenir de pleurer en ce moment, je suis si fatigué. je peut plus continuer comme ça. je dis tout le temps a mon medeçin que je suis fatigué et il me dit que c'est pas le traitement que c'est mon rythme de vie mais je suis sur que c'est un tout c'est pas normal à 30 ans d'être autant à bout. il est 05h47 et j'ai pas fermé l'oeil de la nuit !!! hier pareil et avant hier j'ai dormis 2 heure.

La par exemple je travail vendredi, samedi et dimanche matin et je suis angoissé a l'avance car je sais pas comment je vais tenir j'ai atteint mes limites physique je crois.

J'avais pensé partir sur Paris pendant 3 jour mais c'est compliqué car ma meilleur amie ne veut pas venir avec moi car elle a sa fille a la maison en ce moment et j'ai pas envie d'y aller tout seul, si c'est pour visiter les musée et les rue de Paris seul c'est pas la peine, certe ça me ressourcerais mais je préfèrerais aller dans ce lieux dont vous parlez.

Est on obligé de dire que l'on est séropositif dans ce lieux ? Peut t'on y aller en train jusqu'à cette maison  ou train  +  bus ?

Merci à toi.

Nath.

Portrait de frabro

Les Soeurs de la Perpetuelle Indulgence organisent des séjours de resosurcements partout en France, je n'y suis jamais allé mais j'ai plusieurs amis qui l'ont fait et m'en ont tous dit beaucoup de bien.

Peutêtre pourrait-il y avoir un lien qui oriente les séronautes vers leur site pour faciliter les contacts ?

La maison des Amis de Bonneuil est un lieu indépendant comme dit plus haut par Did94, mais l'adresse du site à changé :

http://www.maisondebonneuil.org/

Nathanaël, il n'y a aucune à honte à avoir lorsqu'on est dans une mauvaise passe sur le plan psychologique et il faut je pense te faire aider par un spécialiste. Tu ne pourras pas tenir très longtemps sans dormir, demande à ton généraliste ou à ton infectiologue une orientation sur un médecin psy qui pourra utilement te prendre en charge et te prescrire le cas échéant le bon traitement.

Portrait de maya

et c'est un vrai accueil d'amour que nous réservent les soeurs ...grain de folie, confidences, massages, changement d'air , esprits ouverts rien que du bonheur comme on dit..

j'y retournerai volontiers lors d'une prochaine session

comme autre endroit de ressourcement il y a aussi la maison de carpentras (créee par stéphanie de monaco) je n'y suis jamais allée mais il parait que c'est aussi très bénéfique ...le seul hic : interdiction de fumer des substances illicites ;-)

chez les soeurs c'est permis !

bzz bzz

maya

Portrait de CAROLE

deux séjours là bas, et de l'amour de l'amour de l'amour, je tiens à préciser que ce lieu de ressourcement est ouvert aux hétéros aussi, sur mon espace perso vous trouverez quelques photos. Nous avons partagés des moments inoubliables, chants, danse, rigolade à faire pipi dans sa culotte oups et moi je me suis même mariée là bas (mariage platonique hi hi, organisé par les soeurs) (pour de rire et pour la vie) avec Igor. Amitiés renforcées, pleurs et rire, partage et bonheurs au quotidien. Des amitiés pour la vie et je vous rends à tous et toutes hommage. Jepeux vous envoyer des photos de la maison et piscine et sauna par mail si vous voulez, (les soeurs sont ok) bisous

Portrait de Chichou

Je suis malade depuis 1986, je prend des tratement depuis 1989. Depuis janvier on s'est apercu que j'ai perdu un rein,, il y a un calcul de 2cm qui l'a secher. et j'ai deux ensembles de calculs environs 2 cm au rein gauche.Depuis j'ai subie trois opérations sur le rein gauche et vendredi 24, c'est l'opération du rein droit. Cela fait 3 traitements que je change depuis. Aujourd'hui je prend Endurant et il m'attaque les muscles. Je souhaite arrêter mes traitemeents pendant un temps mais je ne connais pas les risques. J'aimerai trouver un endroit pour me ressourcer et faire un travail sur moi même. Et pourquoi pas chez les soeurs.

Portrait de Chichou

Hier j'ai vu mon medecin et je lui ai parler pour arreter mes traitements de tritherapie,. Il me l'a deconseiller et m'a rappeler que dans mon casje ne le pouvais pas. EN faite en 1997 je suis   parti en vacances au Maroc chez mon amie d'enfance. A 

cette epoque je prenais du crixivan. C'est un medicament a prendre 2heures apres manger ou 1 h avant et toujours toutes les8 h. Je devais donc demander de manger a telle heure. Mais en vacances on prend son temps pour passer a table. du coup j'ai arretter mon traitement. Apres etre rentrer je ne tenais plus sur mes jambes, j'avais des symptomes de la vache folle. on m'a alors presqui un irm. mon medecin de l'epoque, le chef de service et le professeur sont venu m'annoncer apres avoir vu les resultats que j'avais attrapper l'encephalite spontgiforme. Il venais de faire une ponction lombaire et je devais rester hospitalise. DU coup, je me suis habiller et je leur est dit Que ce n'etait pas possible que le bon dieu est laisser faire cela car j'avai deja le sida. conclusion n'arreter pas votre traitement tout seul.

DOnc c'etait le virus qui etait monter au cerveau. j'ai vraiment eu peur d'etre handicape de mes jambes.