Nous ne devons pas avoir peur d’être engagés

Publié par Bruno Spire le 10.07.2013
5 662 lectures
Notez l'article : 
3
 
0
InterviewEuropride 2013

Régional de l’étape (eh oui, il est marseillais), Bruno Spire, président de AIDES, a prononcé, mercredi 10 juillet, un discours en ouverture de l’EuroPride 2013 qui se déroule jusqu’au 20 juillet dans la cité phocéenne. Le voici… en attendant les reportages que Seronet consacrera à cet événement LGBT qui devrait faire un part belle aux enjeux de santé et notamment à la santé sexuelle.

C’était avec une grande excitation que j’attendais ce lancement, enfin, de l’Europride à Marseille. Cette Europride, elle va avoir une saveur très particulière. Parce que c’est Marseille, ville si chaude, accueillante, sanguine et tellement vivante… "Assise aux portes de la France, comme pour accueillir ses hôtes dans [ses] eaux" comme l’écrivait Lamartine. Car Marseille, c’est aussi cette capitale européenne antique, ce lieu d’échanges entre les civilisations et les personnes.

Saveur particulière ensuite parce que depuis ce mois de mai, nous, lesbiennes, gays, bis et trans, nous sommes égaux, enfin, aux yeux de la République. Quel plaisir de nous réunir ici pour célébrer, pour dire notre fierté d’être, mais aussi pour revendiquer encore, pour la France, mais aussi pour et avec nos frères et nos sœurs d’Europe. Alors oui, pour AIDES, première association européenne de lutte contre le sida et les hépatites, cet événement a une saveur inédite : c’est un moment militant, mais aussi un moment de fête, de solidarité, de rencontres, de plaisirs. C’est le sens de notre mot d’ordre : Safe, sex & drugs !

Si les militants de AIDES sont présents nombreux à Marseille, c’est pour ça, pour les plaisirs de tous, pour la jouissance à moindre risque.
Besoin de préservatifs ? Nous sommes là ;
Du  matériel pour consommer à moindre risque ? Nous sommes là ;
D’un test rapide du VIH ? D’informations sur les hépatites ? Sur la drogue ?  Les militants de AIDES sont là.
D’une certaine manière, nous sommes des facilitateurs de plaisir. Nous sommes ici pour parler de sexualité, de santé et de santé sexuelle d’une manière trop osée pour certains, par le biais de la jouissance. Les militants de AIDES ne sont pas médecins ni prescripteurs, et ne seront jamais porteur de jugements… Les militants de AIDES, c’est moi, c’est vous, ce sont les participants de l’Europride 2013, tous ceux ici qui luttent contre le VIH et les hépatites car ils sont les premiers concernés, car ils appartiennent aux marges, aux communautés exposées par leur différence, par leur environnement et leurs pratiques. Et c’est en tant que membres de ces communautés que nous avons légitimité à agir … C’est de là que vient la force de nos actions, de cette dimension communautaire, c’est parce qu’elles ne sont pas porteuses de jugements mais, au contraire, en proximité directe avec les personnes, leurs vécu et leurs attentes.

C’est ce AIDES fait au quotidien, c’est ce qui est au cœur de notre combat, et c’est ce que nous ferons ici pendant les deux prochaines semaines. Pour cette Europride 2013, AIDES a organisé un dispositif ambitieux, une présence dont, je dois l’avouer, je suis très fier. Pendant deux semaines, Marseille va devenir un laboratoire, un lieu où vont se rencontrer à grande échelle des personnes, des plaisirs, et une offre de santé sexuelle large, adaptées aux besoins et pratiques de tous.

AIDES sera sur les lieux festifs pour permettre d’échanger, de s’informer ou de proposer des dépistages. Nous organisons des conférences, Thémagay, ouvertes à tous sur lien entre sexualité, plaisir et santé. Nous faisons en sorte que chacun puisse s’informer pour mieux connaitre ses besoins et devenir un acteur de sa propre prévention. Enfin, nous mettons au cœur de toutes ces actions une part de plaidoyer. Nous sommes ici pour célébrer ce que nous sommes, notre diversité,  mais aussi pour porter un message politique, pour transformer nos sociétés, pour transformer l’Europe.

Si nous avons eu de belles victoires en France, dans de trop nombreux pays européens, nous, nos couples, nos familles ne sont pas reconnues. C’est à partir du rejet et des ravages de l’homophobie et de la transphobie que les épidémies se sont développées, c’est en condamnant les personnes à la clandestinité qu’on crée un lit si propice au VIH et aux hépatites. Oui, il reste beaucoup à faire en Europe pour les droits des lesbiennes, des gays, des bis, des trans, séropos, séronégs et séro-interrogatifs, il reste beaucoup à faire pour lutter efficacement contre sida. Dans ce combat, AIDES assume son rôle dans la Coalition PLUS. Mais là encore, c’est la diversité des associations au même titre que la diversité de nos communautés qui fera notre force.

Nous ne devons pas avoir peur d’être engagés. Cette Europride 2013, c’est la dernière avant les élections européennes de 2014, alors profitons-en pour envoyer un message politique fort, pour dire que nous sommes là, fiers, que nous avons des droits et que nous saurons les revendiquer.

Commentaires

Portrait de bernardescudier

C'est oû Thémagay, ouvertes à tous sur lien entre sexualité... ?

Portrait de Sophie-seronet

Bonjour Bernard,

On va comparer l'Europride à un festival gay et lesbien et comme souvent les festivals, il y a un droit d'entrée. Bien là c'est pareil, ni plus ni moins et sans doute pas une occasion suffisante de revenir sur 3 espaces différents du site sur le même sujet.

C'est quand même étonnant de borner l'Europride à cette seule fixation. On fera sur Seronet un maximum de retours afin que tout le monde puisse aussi en profiter.

Bonne soirée sous le soleil ! Sophie

Portrait de bernardescudier

 

Merci pour ces infos. Comme Bruno indiquait que c'était libre et accessible pour tous, j'espérais pouvoir en profiter.

 

De fait, je n'irai pas dépenser de l'argent pour un pass et pour avoir des info sur le sida ou pour écouter des débats payants.  Nous n'aurons pas l'occasion de nous rencontrer. C'est dommage !

 

Suivant tes conseils, je suis en train de préparer mon pique nique pour le Mont Rose avec mon copain grec ... une bonne baignade loin de la chaleur marseillaise.

 

Une bise à toi, tout de même. Et à tous  !

 

Ps - Puisque je t'ai en ligne, je t'informe que l'un des ingenieurs de recherche du laboratoire du Pr Lamblotte, responsable des Hiv controllers et des codex extremes m'a précisé au téléphone, ce jour, qu'il a apprécié le forum sur les Hiv controllers. Merci encore.