Retour Atelier santé sexualité barebackers Paris Mars 2009

Publié par vincent58 le 16.03.2009
3 179 lectures

Compte rendu atelier santé sexualité BBK du jeudi 5 Mars 2009
15 participants pour cette 4ème rencontre. Participation de 3 garçons du Québec de passage à Paris.

Un compte rendu light (désolé) car j’ai oublié de prendre des notes !
Nous avons accueilli deux nouveaux participants dont un est séronégatif.  Son témoignage au sein du groupe a permis d’échanger sur le regard porté sur les BBK séronégatifs mais aussi sur la RDRs et les moyens qu’il utilise lui pour réduire ses risques. Il est conscient des risques mais est obligé de se débrouiller avec le peu de messages qu’on lui donne. Pour lui de toute façon il est clair qu’il pourrait devenir séropositif mais que si un mec lui plait la question de la capote et du statu sérologique ne sera pas primordiale, il estime qu’il est essentiel pour lui d’avoir des échanges avec ses partenaires et de discuter de charge virale indétectable, et d’infos pour réduire les  risques.

Point 1 : Echange sur les outils de communication en cours d’élaboration
Nous avons débattu sur différents sujets qui sont abordés au sein de la plaquette, du journal, des messages que nous pourrions y apporter.
Pour la plaquette d’information sur le BBK (Les objectifs sont dans le précédent compte rendu) nous essayons d’être le plus objectif possible afin de  permettre une acceptation large.
De ce projet de plaquette ou nous n’arrivions pas à tout aborder est née l’idée d’un mini journal d’infos en direction des BBK et des gays qui baisent sans latex. NOK numéro 0 serait un journal d’infos permettant d’avoir (enfin) des messages de réduction des risques, des témoignages, conseils santé et infos diverses.
Le travail est bien avancé et il ne reste plus qu’une réunion pour finaliser, élaborer une note d’accompagnement afin de proposer ces outils aux élus de la délégation Aides 75 afin d’avoir un avis et voir s’ils sont diffusables et si l’association accepte de soutenir le travail du groupe.

Point 2 : Les psys se penchent sur notre cas !
Un courrier envoyé par « l’association des psys gays » à AIDES  est arrivée dans nos mains. Nous aurions apprécié d’avoir également été destinataire de ce courrier mais bon nous ne sommes à priori que des « patients en puissance» et donc pas suffisamment intéressant pour eux.

Ce courrier indique que suite à la mise en place des ateliers santé BBK ils ont senti le besoin de se réunir pour réfléchir au sens de notre démarche.

Et de la ils se lancent dans une analyse de l’imagerie de l’affiche que nous avions réalisé pour annoncer en Novembre dernier les ateliers. Cette affiche qu'ils estiment détournée de son contexte (comparaison avec le film Brokeback Mountain et le cow-boy dans sa botte de foin). Le cow-boy de l’affiche des ateliers a bien rigolé en lisant qu’il était selon eux  ’…chargé libidinalement, comme si son objet reposait essentiellement dans la recherche de son plaisir…’’   A priori les psys gays n’ont donc jamais vu la version bareback mountain !!

Les reproches qui sont faits sont un peu les même que ceux qu’Act up a déjà fait…  ‘’Il n’est pas possible d’associer le fait de vouloir prendre soin de sa santé ET rechercher le plaisir dans une  sexualité sans latex’’.

Cette association de psy est donc inquiète car « nous déplaçons la norme ».

En rajoutant qu’ils «... connaissent très bien les passages à l’acte de leurs patients, qui expriment plus de contradictions qu’une simple volonté d’accéder a un maxi plaisir, allant jusqu’au plaisir de s’ autodétruire dans un fantasme de toute puissance ...»
A la lecture de ce courrier qui a atterré les participants nous comprenons désormais qu’en allant voir ce genre de psy nous prenons le risque de nous voir juger et remettre dans le droit chemin… comme quoi faire le choix de médecins ou psys gays n’est pas toujours la meilleur chose à faire.

Point 3 : Echanges avec nos amis Quebecquois sur la vie gay à Montréal, les Poz partys, le vécu des séropos de Montréal. A noter, que au Canada du point de vue de la loi, toute personne séropositive a l’obligation légale de divulguer sa séropositivité avant de s’adonner à une activité sexuelle qui comporte un risque de transmission du VIH telle qu’une pénétration anale non protégée. Il n’y a pas de débats sur le barebacking et la dernière plaquette édité par l’association séro zéro montre une discussion dédramatisé sur le sujet.

Point divers :
- retour sur l’AG sur la pénalisation d’Act up de Mars dernier et échanges autour de ce sujet.
- Le direct live sur Séronet avec jean Yves Le Talec avec pour thème le bareback et la RDRs.

Prochain atelier le jeudi 2 Avril à partir de 19 h dans les locaux de AIDES75 (Rencontre et échanges constructifs sur le regard que nous portons, nous barebackers sur la prévention, outils utilisés et techniques d'approches, avec des acteurs de prévention du SNEG et de AIDES)

merci

vincent58/atelier BBK Paris

Commentaires

Portrait de maya

Salut Vincent,

 

 Les barebackers seronegatifs ?????.ca sonne comme  une cuisson crue ....un désert humide, c'est antinomique !

plouf une nouvelle variante de bbk, !!! deja quon y comprend rien ... 

 ne te vexe pas mais c'est nimporte quoi : ca n'a plus aucun sens.!!

ya un truc que je capte pas la. 

 

sinon :

tres Bonne idée le petit  "guide de la RDR". vous allez traiter ça comment ? l prévu des rubriques selon pratique (seropo/seropo seropo/seroneg ) .

L'affiche dont tu parles  elle est visible ICI,?

 Je ne crois pas que le bbk soit la norme, est-ce une réalité chez les gays aujourd'hui ??? La majorité des gays est seroneg quand même ! ( je ne parle pas des seropos en couple concordant car c'est un tout autre abord pour moi )

Le quebec prevoit quoi si la personne tait sa seropositivité" en cas de malheur"? 

uN Psy a aussi un rôle "moral" en tant que médecin assermenté par l'état vis à vis de la santé publique , à un moment ou à un autre l'aspect moral  va rejaillir forcément et vu l'éventail que comprend le bareback (dont ne sont pas exclus les séropos qui mentent sur leur serologie et se moquant total des autres ça doit exister même si je ne crois pas ttrop en revanche à ceux qui veulent contaminer )

 mille mercis pour tes CR , très intéressant.

 ps radoteuse : je persiste à m'entêter à ne pas être ok du tout pour une appellation commuune de pratiques si différentes en termes d'état d'esprit et qui qqpart contribue à la non acceptation de certaines situations de choix responsables.

bizz bzz 

Portrait de panam75019

Je ne vois pas en quoi dire qu'il y a des barebackers seroneg est étrange, la pénétration sans préservatif n'est pas obligatoirement contaminante, elle comporte un risque de contamination si il n'y a pas d'echange entre les partenaires, oui les partenaires d'une relation sexuelle sont je l'espère deux adultes responsables oui ils échangent autre chose que des fluides je l'espère en tout cas bref en tout cas je souhaite et j'espère que la voie ouverte par ce participant à votre atelier sera suivié par d'autres seroneg pour élargir notre point de vue, nous éclairer et nous permettre d'interagir, en tout cas merci vincent pour tes cr toujours lu avec grand interêt.
Portrait de maya

ce que signifie barebacker pour eux... Dans l'imaginaire collectif il s'agit de séropos;
S'il s'agissait de seronegs y aurait-il cette polemique depuis X années ?

 

 

Portrait de maya

 

un guide des reductions des risques à l'usage de ceux qui n'utlisent plus la kpote pour x ou y raison( ou qui narrivent pas à être observants ) afin de leur permettre de minorer au maximum les risques encourus par chaque partenaire ca passerait mieux (en+court ct pour develop.idée) qu'un guide du safe pour barebackers..

je crois que les gens peuvent entendre ça (les gens = la société) ,

en revanche l'aspect proselyte du"jouir sans entraves" dont le coté provoc peut être entendu comme un jemenfoutisme des autres, dans l'inconcience totale.

pour faire avancer certaines choses,  parfois il faut les amener de façon un peu plus subtile non?

Vous avez laissez entendre que ele bbk est une majorité/norme ? est ce le cas ???

Ya des études la dessus? 

 

aDApter un rdr à destination d'une minorité de personnes à qui la capote pose un pb ce n'est pas changer la norme du safe sex qui reste la capote. 

bref peut être qu'il y a des choses que je ne comprends pas, maitrise pas évidemment le sujet gay donc  si tu veux m'éclairer vincent, mille mercis à toi 

  

----------------------------------------------------------------------------------------

je releve à retardement un extrait des propos de vincent : guide en direction des BBK et des gays qui baisent sans latex.  

qui contredit le mot "barebacker seroneg"  

bizdusoir 

Portrait de vincent58

Il n'est pas inscrit dans le compte rendu que le BBK soit une norme ou que nous souhaitions que cela le devienne !!!

Nous questionnons les psys qui estiment que la norme dans la sexualité est aujourd'hui le préservatif et que notre discours et notre désir déplace cette norme !!

Notre question : les gays sont donc"condamnés" a vivre éternellement avec un bout de latex sur la bite ?? 

Et oui après la punition divine qui t'a fais naitre gay tu sera aussi puni dans tes pratiques sexuelles ....

sniff il n'y a plus que la mère boutin pour nous comprendre :o) 

Portrait de maya

Notre question : les gays sont donc"condamnés" a vivre éternellement avec un bout de latex sur la bite ?? 

ce ne sont pas les gays qui sont condamnés au plastok mais les séropos gays (et autres héteros en passant puisque tu les zappes joyeusement) mais la nuance est énorme.

que pensent les 80% de gays seronegs?

Qu'ils doivent porter le poids de la maladie des autres ?

le raisonnement que tu tiens t'expose forcément à ce genre de retours.

n'est ce pas aux gens qui se savent touchés de faire attention à leur communauté ? Le coté victimisme"ne pas stigmatiser les seropos"  plutot que les responsabiliser face à leur pathologie est aussi en partie faire subir à tous ce qui ne pourrait s'appliquer qu'à eux sous pretexte de jouir sans entrave...je ne sais pas jusqu'ou ira cette solidarité gay , je questionne.

et la tes arguments sont peu convaincants même si au départ je suis pour les ateliers que tu proposes : apprendre la rdr à ceux qui n'arrivent pas à se protéger de façon classique.

Portrait de vincent58

pourquoi penses tu que les seronegs soient libres de bzer nokpote ??

Que non ! la norme s'impose a tout les gays....sinon ce serait trop facile :o)

(je met a part les hétéros exprès puisque ce débat de la norme concerne avant tout les gays dans la lettre....)

en ce qui concerne la solidarité gay je te rassure elle est probablement chez ceux qui sont seroneg dans le fait de vouloir majoritairement imposée la capote à tout les séropos !

au fait sur la rdr"....a ceux qui n'arrivent pas à se protéger...." non non a ceux qui ne veulent pas qu'on leur impose de se protéger !

Portrait de maya

je pense que les seronegs sont libres de bzer ss capote parce qu'ils ne risquent pas de tranSmettre le sida.

C'est le monde à l'envers ta présentation des choses: Nous séropos sommes les agents par qui la contamination peut passer, nous le savons, ca nous donne une responsablité dans notre comportement sexuel puisque c'est par ce biais que se fait la transmission.

L'histoire de la responsabilité partagée c'est du pipeau ca n'a jamais  marché et c'est normal ca ne tient pas la route .

L'idée de départ était de ne pas stigmatiser les seropos.On a vu en 25 ans que cette forme de prévention ne marche pas. 

Le sida reste bien présent et avec la prévalence qu'on saait chez les gays. Les backrooms d'evidence sont un lieu qui favorise ça.

aadopter dans son couple serodiscordant des pratiques non protégées avec l'accord des deux partenaires reste totalemnet différent que baiser avec des mecs à qui tu ne dis pas ce que tu as et sans prendre de précaution. 

Pourquoi veux tu faire subir à toute une communauté le poids du sida qui n'en concerne qu'une minorité ? C'est totalement injuste !

 

 

 

Portrait de skyline

Salut Vincent58!

Encore merci pour ce CR, on attend la plaquette avec impatience. De ce côté de l'Atlantique, on attend aussi le CR de l'atelier d'avril et ce qu'on pu dire les représentants en prévention de Aides et du Sneg! Le Sneg serait-il en train de comprendre que la RDR sexe n'est pas l'ennemi de la capote? Wouah... du progrès, le Sneg va peut-être arrêter de ne faire que de la prévention primaire (des fois j'ai envie de dire primale) pour diversifier enfin ses cibles et ses propos. Car moi, en tant que non-barebacker séroadapteur, j'en ai marre des caricatures du genre de leur dernière campagne "plan à 3" (ça me blesse).

En tout cas, le succès de votre Zone NoK nous donne à plusieurs des idées de copiage pour la capitale québécoise! A suivre...