Tabac, ma santé en volutes...

1 Septembre 2015
1 891 lectures
Notez l'article : 
0
 

Avec la présence du VIH, on peut être amené à prendre la décision d'arrêter de fumer ou au contraire augmenter sa consommation de tabac. Quand la moyenne des fumeurs dans la population générale est de 30 %, celle des personnes séropositives avoisine les 60 %. Un chiffre qui se questionne ! Comment le VIH et le tabac interagissent ? Quelles sont les motivations qui vont pousser dans un sens ou dans l'autre : Des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires plus nombreux ; le prix exorbitant du tabac ; la sensation de mieux gérer son stress ; l'envie de retrouver le souffle, le goût, l'odorat ; la convivialité et la fête... Quelle place est donnée à la question du tabac lors de vos consultations VIH ? Quand la décision d’arrêter est prise, les voies sont multiples (patch, gomme, acupuncture, hypnose, Champix, cigarette électronique, méditation, groupe de parole, consultations tabacologiques, etc.) mais la question de la volonté reste le nerf de la guerre. Comment abordez-vous et gérez-vous vos volutes au quotidien ? Venez en débattre mardi 1er septembre de 21h à 22h sur le premier chat thématique de la rentrée 2015, en compagnie d’Ernesto.

Commentaires

Portrait de ernesto-seronet

Quoi que puisse dire Aristote et toute la philosophie, il n'est rien d'égal au tabac: c'est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu, et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien, dès qu'on en prend, de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d'en donner à droit et à gauche, partout où l'on se trouve? On n'attend pas même qu'on en demande, et l'on court au-devant du souhait des gens: tant il est vrai que le tabac inspire des sentiments d'honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent. Mais c'est assez de cette matière. Reprenons un peu notre discours ...

Molière - Don Juan, acte I, scène 1, Sganarelle - (1665).

Portrait de ernesto-seronet

Mardi 1er septembre c'était la rentrée, et dans les cartables du Chat Thématique de Seronet, un paquet de tabacs (naturel, électronique, à chiquer, ...), mais pas un paquet de participants, pour un thème qui n' en a pas vraiment fait un (tabac), puisque 3 à 4 séronautes ont échangé ce soir-là. Mais même boudé, le Salon Thématique, transformé pour l'occasion en fumoir a accueilli des témoignages toujours riches et variés, avec au coeur l'incontournable question de l'arrêt du tabac. Il peut être constitué d'une suite d'arrêts et reprises mais dont chaque étape apporte un enseignement, être conquis définitivement, ou bien, semblant pourtant bien ancré au fil des années, ne pas résister à la survenue d'un événement personnel douloureux. Quelle que soit la méthode (acupuncture, hypnose, gomme à mâcher, cigarette électronique qui semble ne pas régler le problème de l'accoutumance, le patch, plus efficace), c'est dans la tête, et avec la volonté, que s'inscrit la réussite. Un suivi tabacologique peut constituer toutefois un allié précieux : à l'hôpital, avec des bilans, un contrôle du souffle, des questionnaires qui permettent une prise de conscience des progrès, ou plus simplement "on line", facile et gratuit avec Tabac Info Services : le tabacologue devient un partenaire dans le processus, un coach. D'un autre côté, la consultation avec le médecin, l'infectiologue peut être un temps d'information, un moment pour dresser un tableau hyperréaliste des risques de cancer du poumon, de la gorge, liés au tabac, et potentiellement mobilisateur, quand l'infectiologue ne vous entraîne pas avec lui fumer sur la terrasse ... L'arrêt redonne, malgré la crainte possible d'échanger des volutes contre quelques kilos et rondeurs en plus, une sensation de bien-être, permet de retrouver le gôut et l'odorat, de restaurer le souffle perdu. Et si l'absence du tabac peut faire naître la peur de ne pas gérer son stress, c'est en travaillant en amont sur ce stress, en amélioration sa condition physique par des activités sportives par exemple que l'on peut faire diminuer l'envie de fumer. Mais pour prendre la décision, et mobiliser toute sa volonté, il faut être "bien dans sa tête" et avoir pu auparavant régler des problèmes plus matériels, une situation nouvelle de précarité, qui peuvent être au contraire une incitation à la consommation de tabac.

Thème de la semaine prochaine : la fin de l'embargo imposé à Cuba, ses cigares, et le retour de Montecristo.