Quel est mon état d'esprit à l'approche des fêtes ?

18 Décembre 2018
1 086 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les fêtes de fin d’année peuvent parfois se résumer à une frénésie d’achats, d’obligations, de retrouvailles orchestrées... mais c'est aussi des villes illuminées et des décors féériques qui font rêver petits et grands. Le rythme semble s'accélérer, plus encore cette année avec les mouvements sociaux qui ont ponctué novembre et décembre pour rappeler que tout le monde ne serait pas de la fête. Plus sombre encore l'attentat de Strasbourg au coeur du marché de Noël. Les fêtes de fin d’année ont une importance particulière dans notre pays, c’est sans doute l’un des plus grands événements de l’année, l’un des plus fédérateurs. Comment vous sentez-vous à quelques jours de Noël ? Quel est votre état d'esprit ? Qu'allez-vous faire à cette occasion ? C’est autour de ces questions qu’on vous propose d’échanger mardi 18 décembre à partir de 21 heures pour le dernier chat thématique de l'année 2018, animé par Diane-Seronet.

Commentaires

Portrait de Tom Sawyer

Diane-seronet
Le chat est consacré aux fêtes de fin d'année :
Comment abordez-vous et vous sentez-vous à l'approche des fêtes de fin d'année?
Pourquoi de nombreuses personnes ont un "coup de blues" à cette période? Comment tirer alors meilleur parti de cette période?
Pensez-vous que cette période met en exergue le manque de lien social et la solitude de certains?
Pourquoi certains passent Noël en famille et le jour de l'An entre amis? D'où vient cette habitude?
Que vous soyez croyants ou pas, que représentent les fêtes de fin d'année pour vous?

louplyonnais
Noël, comme d'habitude : chez ma mère avec ma fille, je ne suis pas très inspiré pour les cadeaux. Noël est toujours un huis-clos (familial) destiné aux enfants, et la fin de l'année c'est avec les amis. Tous les événements de la bible dont on octroie un jour férié c'est pour aller à la messe et être en famille, on fait pareil à la Toussaint ou à Pâques. Jésus serait né 6 ou 7 ans plus tôt mais les papes se sont trompés. Une autre erreur de calendrier il n'y a pas eu d'an zéro de l'an -1 on est passé a l'an 1. Avant les 30 glorieuses on était en guerre alors les parents à l'époque ne pouvaient rien trouver dans les commerces.

Elian
Le réveillon de Noël avec mon pote et deux voisines, le 25 à midi en famille. Le 31, restaurant et hôtel avec mon pote, on ne change pas c'est la troisième année que l'on réserve. C'est plutôt calme, au restaurant que des couples et nous n'avons aucun problème, au contraire ils nous estiment bien. Le Noël d'avant en famille n'a plus rien à voir de nos jours, certains enfants sont trop gâtés, d'autres enfants n'ont rien. Enfant, je n'ai jamais eu de cadeaux : juste une brioche, une mandarine, 2 boules de chocolat et 2 fondants.

cbcb
J'appréhende pas très bien les fêtes de fin d'année, toujours un coup de blues, même si je sais que je vais passer un bon moment. Certes de nos jours les fêtes de fin d'année sont très commerciales, mais nous ne sommes pas obligés de suivre cette surconsommation. Je passe Noël en famille, inviter le pauvre à table, je le fais au jour de l'an. Le jour de l'an cette année, ce sera avec des indiens, des albanais et des bretons. Noël est devenu une fête traditionnelle pour les enfants, la dimension religieuse m'importe peu.

Big Bad Badaboum
Noël en famille, mais on ne se fait plus de cadeaux entre adultes depuis des années.
Noël et le jour de l'an c'est une profusion de faux semblants (les lumières, les scintillants) face à une réalité parfois bien triste (l'absence des uns, la détresse de ceux qui n'ont rien, etc..) et une volonté de nous pousser à une sur-consommation en oubliant l essentiel, la chaleur humaine. Qui, de nos jours, pense encore à mettre l'assiette du pauvre à la table de Noël, et qui ose y inviter Le pauvre ?
Mon plaisir, bien égoïste, de Noël, est la vision des enfants à cette occasion, la joie que cela leur procure, leurs yeux qui pétillent, leur impatience à ouvrir leurs cadeaux. Du coup, lorsque les enfants ont grandi et qu'il n y a pas encore la relève des suivants, mon seul plaisir est le partage d'un bon moment en famille, comme cela peut être pour d'autres occasions. Pour moi Noël c'est important, le jour de l'An je m'en balance.
Pas facile de changer les mauvaises habitudes : repas trop copieux et trop riches en calories, hausse du cholestérol après les fêtes, sans oublier les kilos en plus. Ma femme voulait qu'on fasse un repas Thaï cette année, mais comme on est invités alors c'est raté.
Avant Noël c'était en famille (probablement un résurgence religieuse), le jour de l'An c'était entre amis.
On célèbre soit disant la naissance du Christ, mais il n'est pas né à cette date. L'église à ses débuts, a eu l'intelligence de se caler sur la date d'une fête païenne. Pourquoi le 25 décembre pour la naissance du Christ ? Le jour exact de sa naissance n’est pas connu. Toutefois, les chrétiens célèbrent traditionnellement la naissance de Jésus le 25 décembre. Avant 354, il faut savoir qu’une fête de la Lumière existait déjà en 239 avant Jésus Christ. Le calendrier grec de Canope indique la célébration, au solstice d’hiver, d’une fête de « la lumière qui croît, de la naissance du Soleil ».
Noël représente pour moi des souvenirs d'enfance et aussi le partage. L'héritage des trente glorieuses : avant, on se contentait de peu, mais après, on a tous eu envie de faire un max plaisir aux enfants, et oui, souvent c'est trop. Enfants trop gâtés : trop de jouets bien souvent, surtout dans les familles de classe moyenne.
 
JPH
J'aborde Noël et le jour de l'An bien même si je suis un peu angoissé. C'est une période où l'on fait le bilan et quand on voit que l'on a pas trop avancé dans la vie alors ça décourage. De voir qu'on est toujours au même stade alors que d'autres membres de la famille ont plus ou moins atteint leurs objectifs, ça peut déprimer. C'est vrai que voir les démunis dans la période des fêtes ça fout un coup de blues. Il y a aussi les personnes âgées dans ce cas là. Noël met en exergue le manque de lien social. Je rejoins ma famille mais on va également donner un coup de main aux services qui s'occupent de la distribution des repas.
Pendant longtemps nous avons faisions le 25 et le 31 en famille. Mais je crois que Noël avec la signification religieuse que cela apporte nous amène à le fêter en famille. Je viens d'une famille pratiquante du coup la dimension religieuse est importante pour moi. Noël c'est le temps des retrouvailles en famille, la bonne nourriture, du début du bilan de l'année, faire ce qui nous plaît, servir l'autre, voir le sourire d'une personne qui est dans le besoin, parler avec la famille ou ses proches.

Pour conclure
Les fêtes de fin d'année, un moment compliqué pour certains pour différentes raisons, mais aussi d'un moment de joie d'être en famille, d'échanger, d'être là aussi pour celles et ceux qui sont démuni-e-s. Pour certains d'entre vous l'aspect religieux de Noël a son importance, pour d'autres non.

Merci à tout-e-s pour votre participation à cet chat thématique. Je me joins à Diane pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année en famille et entre amis. Pour les cadeaux, Sophie n'a pas eu le temps de nous en acheter cette année ... tant pis! Faudra pas oublier de lui le rappeler l'année prochaine.

Diane et Tom.

Portrait de Tom Sawyer

Les fêtes de fin d'année me laissent indifférent : c'est bien si je fais un truc, si je fais pas c'est pas grave. Un truc que je supporte de moins en moins et que je perçois ainsi c'est cette "pression" que notre entourage et amis nous mettent si on ne fête pas (ce qui est mon cas cette année pour des raisons gastriques : donc faut laisser le tube digestif tranquille quelques temps et c'est pas une bonne idée de rajouter des gastros et compagnie par dessus). "Tu ne vas pas passer Noël tout seul ? Vraiment tu ne fais rien ? C'est pas bon de passer Noël seul. etc .. " Et le reste de l'année ????? Vriament on aurait dit que je vivais un drame.

Je rigole, même si ca me gonfle un peu, mais j'ai un ami qui a connu par le passé des drames à la période de Noël, qui pour cette raison déteste cette période et ne veut pas fêter. Mais m'a confié que c'était pénible lui également la façon dont les gens lui forçent la main pour fêter, alors qu'il a juste envie de se retrouver seul à cette période.

Alors je pense qu'il y a la façon de faire : pourquoi insister sur le fait que la personne va se retrouver seul-e? Pourquoi ne pas dire simplement : ben si tu ne fais rien tu peux venir passer Noël avec nous.

Je trouve cette formulation moins "agressive" je dirai.

Si des personnes ne souhaitent pas fêter à ce moment,  il faut le respecter, ce n'est pas une obligation.

Je remarque que même pour Noël je n'ai pas droit aux apostrophes,  enfin je dis ca je dis rien.

C'est l'avis de .... Tom.

Portrait de cbcb

Bonjour et merci pour ton CR Tom .

Noël .... Noël .... je tiens à te préciser qu'avec certains membres de ma famille, nous ne voyions plus depuis plusieurs années, ce sont des circonstances douloureuses qui nous ont rapprochés (mon frère, ses filles, ma tante, mes cousins, etc) et Noël est devenu un moment de retrouvailles, donc important pour moi.
En plus je vais revoir mes enfants que je n'ai pas vu depuis plusieurs mois !!!
Pour le jour de l'an, ça s'est décidé comme ça (trop long à expliquer !)
Mais, je suis d'accord, la frénésie de Noêl, c'est vraiment devenu du n'importe quoi !

 

Portrait de Dakota33

Je suis un peu d'accord avec JPH pour moi Noêl c'est toujours un peu angoissant, ce moment ou on se réunit en famille car ça met en avant les échecs ou absence d'évolutions dans sa propre vie où le fait qu'on vive une vie qui n'est pas tout à fait celle des autres. 

Dans ma famille c'est depuis toujours chez mon père et c'est quelque chose d'immuable, la famille évolue d'années en années, les grands parents ne sont plus la, chacun a fondé sa famille et fait des enfants qui grandissent,  et eux aussi deviennent parents, cette année il y aura une nouvelle génération avec un petit de 4 mois... Et moi toujours en éternel célibataire comme débarqué d'une autre planête, pas d'évolution, sans enfants, sans conjoint et depuis deux ans le compagnon vih qui m'accompagne clandestinement comme une cerise sur la buche. Bien sur il y a le plaisir de se retrouver tous ensemble,  partager un moment en famille, un bon repas, j'essaye de me focaliser sur ça mais il y a toujours aussi beaucoup d'amertume pour ma part et j'attend souvent avec beaucoup d'impatience le 2 janvier pour  enfin passer à autre chose. Pour autant et c'est paradoxal je ne me vois pas passer les fêtes en dehors de ce cadre...  Et bien entendu je sais qu'il y en a qui subissent le fait de passer noel seuls quand d'autres en réverait... Mais ma famille je préfère toujours la voir en dehors de cette période où on nous fout une pression pas possible.

Bonne fêtes de Noel à tous.