Marches des fiertés : quelles revendications ?

Mardi 28 Mai 2019 - 21:00 au 22:30
1 940 lectures
Notez l'article : 
0
 

C’est la période des Marches des fiertés LGBTI+ (que certains-es s’obstinent encore à appeler Gay pride). Chaque week-end de juin se déroulent une voire plusieurs marches accueillant des dizaines de milliers de personnes et même des centaines de milliers parfois. Des milliers de personnes qui s’efforcent de trouver un équilibre entre convivialité et engagement militant, manifestation politique et carnaval. Ce mélange des genres n’a pas toujours été le cas. Les premières « Gay pride » en France étaient surtout des actes politiques de visibilité et servaient de tremplins à des revendications : dépénalisation, lutte contre les discriminations et le VIH, reconnaissance de l’égalité des droits (PaCS, puis mariage pour tous…), droits des personnes trans, parentalité… Cette année l’Inter-LGBT, qui organise la marche parisienne, a retenu comme slogan : « Filiation, PMA : marre des lois a minima ». De son côté, AIDES qui participe également aux différentes marches hexagonales a décidé de mettre en avant l’enjeu des discriminations dans la hausse des cas de VIH : « LGBTIphobies = sida ». Dans les faits, la Marche parisienne met en avant SA thématique politique et les associations participantes y déploient leurs propres mots d’ordre ; façon d’illustrer ainsi la grande diversité d’aspirations des LGBTI+. Pour vous quelles sont les revendications importantes ? Vous retrouvez-vous dans les mots d’ordre retenus cette année ? Si vous étiez organisateur-rice de cet événement sur quoi mettriez-vous l’accent ? Quelles seraient les priorités politiques pour les LGBTI+ ? Que porteriez-vous sur le VIH/sida à cette occasion ? C’est autour de ces questions qu’on vous propose d’échanger pendant le chat thématique mardi 28 mai à partir de 21 heures en compagnie de Diane-Seronet.

Commentaires

Portrait de Tom Sawyer

Portrait de Tom Sawyer

LE REGARD DES FRANÇAIS SUR LA GAY PRIDE

A l’occasion de la Gay Pride, appelée désormais « Marche des fiertés lesbiennes, gays, bi et trans », qui se déroulera à Paris ce samedi 27 juin, l’Ifop a réalisé pour le magazine Qweek une étude sur le sentiment des Français vis-à-vis de cette manifestation et de ses revendications. Il en ressort que leur regard est plutôt positif dans l’ensemble même s’il varie fortement avec l’âge. 

Un sentiment de sympathie majoritaire dans l’opinion : 55% des personnes interrogées éprouvent de la sympathie à l’égard de ce type de manifestation.

Les Français partagés à l’égard des revendications politiques : Lorsque l’on leur demande s’ils partagent les revendications politiques exprimées lors de la Gay Pride, l’avis des Français est plus partagé : 52% des personnes interrogées déclarent ne pas les partager, contre 48%.

Encore de la réticence à participer à la Gay Pride : 42% des personnes interrogées ont déjà ou s’estiment disposées à participer un jour à la Gay Pride (7% déclarent l’avoir déjà fait).

Une fête qui plait avant tout pour son caractère festif : Parmi ceux qui pourraient participer ou ont déjà défilé, c’est avant tout le caractère festif de la manifestation qui est mis en avant (53%) pour justifier leur participation avant le caractère revendicatif (29%), 18% de l’échantillon mettant ces deux arguments sur un même plan