Il n'y a pas d'Ajhan Chah

Publié par ouhlala le 05.05.2020
1 580 lectures

Commentaires

Portrait de siouxsie-sioux

Portrait de ouhlala

C'est difficile de s'exprimer avec justesse après Ajhan Chah.

Mais comme je suis aussi bavard, je vais essayer de répondre en restant concentré et sans dire trop de bêtises, ce dont je ne me prive pas non plus à l'occasion.

J'allais le faire en message privé, pour te dire que je n'avais aucun mérite, que tout le plaisir est pour moi, que ça ne m'a coûté que quelques clics, ce qui n'est pas faux, que j'espère que ceci, que j'espère que cela...  Mais faire preuve de trop d'humilité est un signe d'orgueil. Alors je réponds ici, parce que tu as pris la peine de le faire, et que même si j'échappais aux regards extérieurs je n'échapperai jamais à mon propre regard.

En même temps... ni orgueil ni humilité. S'il n'y avais pas ces paroles d'Ajhan Chah, il n'y aurait rien à partager. S'il n'y avait pas des blogs et des personnes pour les lire, il n'y aurait rien à partager.  Je ne peux juste pas faire autrement que de les partager, c'est sûrement la meilleure appréciation.

Parfois il est bon de partager, parfois il est bon de rire, parfois il est bon de danser, souvent il est bon de se taire. Je n'en rajouterai donc pas davantage.  Silence ou pas, il y aura des réactions, des non-jugements, de l'indifférence, certains s'en réjouiront, d'autres penseront que tout cela est du délire, ne sert à rien, du temps perdu, de la vaine masturbation intellectuelle... Je suis à peu près sûr que si ces derniers viennent à s'exprimer, nous aurons tous les deux la même pensée au même moment :  Mais qui sont les vrais fous ? C'est cela qui me réjouit beaucoup.

Ton lien est déjà dans mes favoris.

Que toutes les situations, quelles qu'elles soient, nous soient favorables.

Portrait de jl06

Vaine a-t-on dit ,est l,angoisse de l,homme ,

et son labeur quotidien  ,

en vain ses caravanes traversent le desert du temps eternel.

Epaisse et persistante le nuit s,offre devant toutes ses lumineuses envies ,

Sombre et la faux de la Mort qui fauche comme moisson ses armées et ses multitudes .

Si même toute la vie a échoué ,doit-il donc y avoir l,echec a jamais ?

N'y a -t-il pas encore devant  nous les âges pour un plus grand effort?

N,avons -nous pas à l,entour dans un  monde dangereux l,ensorcelante Beauté,

Le courage incitant nos pas et la pensée appelant à l,Infinité ?

 

Poéles de Sri   AUROBINDO ( AUROVILLE  cité utopique  ou pas  ? ) , Ashram , expérience qui date de 1985 .....Pondichéry  ,

Portrait de ouhlala

@siouxsie : une meilleure formulation aurait été "J'ai aussitôt mis ton lien dans mes favoris". la confusion guette au détours de chaque phrase.

@jl : Bien que Sri Aurobindo est largement au-dessus du lot, j'ai beaucoup apprécié "La vie divine", il faut rappeler qu'il était hindouiste, auquel le bouddhisme s'est opposé du fait de sa conception théiste voire polythéiste, ainsi que de l'organisation sociale en castes, ce que le bouddhisme réprouve. Néanmoins c'est un très beau poème. Il y a des choses très intéressantes dans l'hindouisme.

Portrait de ouhlala

sur hindouisme et le bouddhisme, et pas des moindres...

Alors que l'hindouisme est polythéiste, le bouddhisme est athé. Dans l'hindouisme une phrase clé est "Je suis Cela", il prône une transcendance de l'individu qui doit s'identifier et se fondre dans la divinité, processus qui s'envisage au long de mulitiples existences, la réincarnation ou transmigration. C'est le règne de l'individualité et de la permanence.

Le bouddhisme pourraît à la rigueur être qualifié de matérialisme mystique.

Il ne reconnaît aucune substance à l'individu, c'est un agrégat de causes et de conditions, de déterminations physiques, matérielles, mentales, culturelles. Dans les ensegnements originels du Bouddha, il n'y a aucune mention de la réincarnation, qui s'est gréffée sur des courants ultérieurs du bouddhisme. Le bouddhisme parle d'un salut dans cette vie, la seule à considérer, et qui consiste à se libérer de la souffrance, abandonner la notion de Soi et renoncer aux déterminations, il est d'ailleurs plutôt question du non-soi, très loin de l'individualisme hindouiste carrément élitiste d'ailleurs. Dans le bouddhisme, à la mort tout disparaît (si ce ne sont les effets de nos actes et de nos paroles et pensées).

Il est bien question d'une forme de réincarnation dans le bouddhisme mais pas celle qu'on imagine d'ordinaire, quelque chose de plus subtil et difficile à expliquer, qui tient d'un flux mental incessant qui est portée par les générations d'êtres vivants qui évolue, favorablement ou défavorablement, en fonctions de la multitude d'actes et de pensées qui les précédent. Nos actes et nos pensées vont influer les conditions de vie, les pensées et les actes des générations à venir. En outre, comme il n'existe pas d'individualité propres ni stables, vacuité de toute chose, on peut même imaginer, du fait du nombre fini des déterminations et conditions, qu'un "moi" semblable apparaîtra un jour, et qu'il bénéficiera ou pâtira des mes actes et pensées (comme de ceux de tous les autres êtres vivants), qui influent sur le devenir de la société et de l'état mental collectif. Il peut être question à ce titre du kamma collectif (en pâli, équivalent linguistique du karma sanskrit hindouiste). C'est une conception de la réincarnation fondamentalement différente de celle de l'hindouisme, même si ce terme a été dénaturé et corrompu au fil du temps dans le bouddhisme, tant est puissant la peur du non-soi et l'espoir de survivre à tout prix à la mort.

Il n'y en a pas moins quelque chose d'éternel et incorruptible, c'est la bouddhéïté, l'esprit de Bouddha, qui est présent dans toutes formes de vie animale voire végétale, même à l'état embryonnaire, une sorte de conscience pure, pure attention silencieuse et présence impersonnelle, dépourvue des attributs catégoriels qui discriminent les êtres.

C'est pourquoi il est plus juste de parler de philosophie plutôt que de religion bouddhiste, même si elle s'est scindée avec le temps en courants parfois incompatibles doctrinalement, mais c'est le cas de tous les courants de pensées, philosophies ou religions. Le bouddhisme theravada est le courant qui prône une fidélité sans faille aux enseignements initiaux, c'est celui auquel appartient Ajhan Chah La philosophie bouddhiste a inspié et inspire toujours nombre de philosophes, et aussi de scientifiques, physiciens comme psychologues.

Portrait de jl06

 Que pour moi j,ai vaicu une exprience unique ,avec un pote qui y vas   chaque année , lui et de confession juive ; !

le but de cet Ashram , et de réunir les pays du monde entier ,dans le partage des tâches pour le faire vivre , tu à des moment de silence collectif ou de solutide ,

tu ne perçoit aucun argent ,mais tu  ne paye rien ... 

Après la religion ,je suis arriver Chrétien et j,en suis reparti Chrétien ....bien  sur je suis tombé sous le charme  des cérémonies mais qui ne mon jamais convaincu , disont que tu et pris par l,ambiance locale, 

c,était qu,une étape dans mon circuit en Inde , en passant par Bénarés ,  (Calcutta   la tu à la claque de ta vie) , jusqu'au Népal et retour à Bombay ....faut quand même dire que tu

n' en ressort pas tout à comme avant de partir , 

j,ai vaicu la transcendance du peuple indoue à l,ocasions de cérémonie nocturne , le sacré et le profane ,

 tentative de comprendre le Tentrisme le serpent lové dans la colone vertrébrale , qui doit monté au sommet du crane la ou siége çiva , c,est que la premiere voie , l,autre voie et beaucoup plus érotique ....je doit dire que cele ci m'a fait tilt , 

surtout les exercises ...

Pour le Bouddhisme , un peut déssus de l,attitude des moines  , l'ors d,un voyage en Birmanie ....J'y est vu un peuple affamé dans les campagnes  ... pas eux ! bien beau de prié toute la journée le ventre plein , moi j,au vu des enfants à te faire peur de la malnutrition 

cela remonte loins déja ....

au final il me reste des souvenirs ,et avec le recul je regrette dit être allé ,( 3 mois ) , pour satisfaire ma curiosité ! 

 

Portrait de ouhlala

Si je ne m'intéressais pas aux différentes cultures, crois-tu que j'écrirais ce billet ?

J'ai de la tendresse pour tousles hommes et toutes les cultures. L'Inde c'est une claque c'est sûr. Mais crois-tu que la pauvreté, le délaissement, l'élitisme de caste, le combat que les femmes y ménent chaque jour pour faire respecter leurs droits et leur dignité, la mendicité des enfants au moins aussi malnutris qu'en Birmanie, l'oppression des musulmans, l'arrogance des riches et de la plupart des brahmanes,  aient quelque chose à envier au comportement des moines birmans et à la pauvreté du peuple birman ? Ne crois-tu pas que la caste birmane au pouvoir, qui oppresse aussi les musulmans, ait surtout à en porter la responsabilité ? Quand à la solidarité organique des indiens, on la retrouve généralement chez tous les peuples en souffrance.

Il n'est pas question là de bouddhisme, qui est né en Inde, d'hindouisme ou de quoi que ce soit d'autre, je ne défends pas une culture ou une religion contre une autre. Il est juste question d'humains et de faiblesse.

Portrait de jl06

Bien  sur que si tu es currieux de la vie tout t,intérésses sur la terre ...

mais cela n,empéche pas  que  la souffrance n,est pas forcément un but de voyage , dans d,autres pays d,Asie tu ne ressent pas la souffrance pareillement , disont qu,elle et surrement caché ....

j,ai pu voir les filles comme des gars , allé voir leur bouddha ,avant de faire une passe ....ça aide surrement !

Et ne crois pas que du coté Chrétien (amérique du sud) les choses Vont mieux ....non ! 

l'armé contôle les passes ,pas besoins d,être grand reporter pour le voir ....les passe faite par des gamin,nes  avec les touristes US , 

je me suis baladé dans les favélas  ils ne sont pas plus dangeureux  , qu'ailleur (,attention pas de provoc ) tong , bermudas ,T-shirt, photocop du passeport ,10 doillard  et basta ...rien qui brille ....

Ha j ,ai voulue voir le Monde .... et bien pas terrible ! mis à par les souvenirs de carte postalles ...Un truc qui ma beaucoup marqués se sont les crémations dés  l,aube que se soit à Bénares ,ou  katmandou , la tu reprend un gigle 

Mais dans tous les cas ,leur  religions les fait tenir , nous ont cherche  à comprendre la philosophie de leur coyance ,   Eux la survie  ! 

J'ai la chance de pouvoir aller  dans le Mercentour avec des potes , les Chamois , les Aigles, les Marmottes , hermines ...

je me contente d' endroit  soft ...et surtout plus de religions ,déja que j,ai du mal avec la mienne ... 

Houlala  ce fut un plaisir  ,

JL

 

 

 

Portrait de siouxsie-sioux

ouhlala wrote:

sur hindouisme et le bouddhisme, et pas des moindres...

Alors que l'hindouisme est polythéiste, le bouddhisme est athé. Dans l'hindouisme une phrase clé est "Je suis Cela", il prône une transcendance de l'individu qui doit s'identifier et se fondre dans la divinité, processus qui s'envisage au long de mulitiples existences, la réincarnation ou transmigration. C'est le règne de l'individualité et de la permanence.

Le bouddhisme pourraît à la rigueur être qualifié de matérialisme mystique.

Il ne reconnaît aucune substance à l'individu, c'est un agrégat de causes et de conditions, de déterminations physiques, matérielles, mentales, culturelles. Dans les ensegnements originels du Bouddha, il n'y a aucune mention de la réincarnation, qui s'est gréffée sur des courants ultérieurs du bouddhisme. Le bouddhisme parle d'un salut dans cette vie, la seule à considérer, et qui consiste à se libérer de la souffrance, abandonner la notion de Soi et renoncer aux déterminations, il est d'ailleurs plutôt question du non-soi, très loin de l'individualisme hindouiste carrément élitiste d'ailleurs. Dans le bouddhisme, à la mort tout disparaît (si ce ne sont les effets de nos actes et de nos paroles et pensées).

Il est bien question d'une forme de réincarnation dans le bouddhisme mais pas celle qu'on imagine d'ordinaire, quelque chose de plus subtil et difficile à expliquer, qui tient d'un flux mental incessant qui est portée par les générations d'êtres vivants qui évolue, favorablement ou défavorablement, en fonctions de la multitude d'actes et de pensées qui les précédent. Nos actes et nos pensées vont influer les conditions de vie, les pensées et les actes des générations à venir. En outre, comme il n'existe pas d'individualité propres ni stables, vacuité de toute chose, on peut même imaginer, du fait du nombre fini des déterminations et conditions, qu'un "moi" semblable apparaîtra un jour, et qu'il bénéficiera ou pâtira des mes actes et pensées (comme de ceux de tous les autres êtres vivants), qui influent sur le devenir de la société et de l'état mental collectif. Il peut être question à ce titre du kamma collectif (en pâli, équivalent linguistique du karma sanskrit hindouiste). C'est une conception de la réincarnation fondamentalement différente de celle de l'hindouisme, même si ce terme a été dénaturé et corrompu au fil du temps dans le bouddhisme, tant est puissant la peur du non-soi et l'espoir de survivre à tout prix à la mort.

Il n'y en a pas moins quelque chose d'éternel et incorruptible, c'est la bouddhéïté, l'esprit de Bouddha, qui est présent dans toutes formes de vie animale voire végétale, même à l'état embryonnaire, une sorte de conscience pure, pure attention silencieuse et présence impersonnelle, dépourvue des attributs catégoriels qui discriminent les êtres.

C'est pourquoi il est plus juste de parler de philosophie plutôt que de religion bouddhiste, même si elle s'est scindée avec le temps en courants parfois incompatibles doctrinalement, mais c'est le cas de tous les courants de pensées, philosophies ou religions. Le bouddhisme theravada est le courant qui prône une fidélité sans faille aux enseignements initiaux, c'est celui auquel appartient Ajhan Chah La philosophie bouddhiste a inspié et inspire toujours nombre de philosophes, et aussi de scientifiques, physiciens comme psychologues.