StopCovid : disponible fin mai ?

28 Mai 2020
386 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'application, destinée à repérer la propagation du Covid-19, va être soumise à un débat et un vote à l'Assemblée nationale et au Sénat cette semaine, avant son application, fin mai. Prévue au départ pour le 2 juin, l'application de traçage StopCovid, destinée à repérer la propagation du Covid-19, pourrait atterrir dans les smartphones des Français-es dès le dernier week-end de mai. Cette application a pour but de permettre à chaque utilisateur-rice qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu'il a croisés dans les deux semaines précédentes pour qu'ils puissent prendre leurs précautions. Un débat et un vote sur le sujet sont prévus à l’Assemblée comme au Sénat. Sous la pression des oppositions, le gouvernement a accepté ce vote, pourtant non obligatoire car l'application sera basée sur une participation volontaire. Le projet est critiqué jusque dans la majorité pour les risques concernant la vie privée des utilisateurs, même s'il est présenté comme ne dérogeant pas à la réglementation sur les données personnelles. « Il y a eu beaucoup de questions légitimes, mais plus nous donnons d'explications, plus les réticences diminuent », a assuré Cédric O, secrétaire d’Etat au Numérique, disant ne pas croire à une division de la majorité. De son côté, la Commission nationale informatique et liberté (Cnil) a donné son feu vert mardi 26 mai à la mise en place de StopCovid. Dans son avis publié mardi 26, la Cnil estime que l'application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée, et formule quelques dernières recommandations pour sa mise en place. L'application StopCovid permettra à un-e utilisateur-rice de garder la trace des autres utilisateurs-rices croisés-es pendant les deux dernières semaines (à moins d'un mètre pendant au moins quinze minutes). Si cet utilisateur découvre qu'il est porteur du coronavirus, il peut prévenir les personnes croisées en notifiant l'application de sa contamination. Dans son avis, la Cnil – qui avait déjà donné un feu vert de principe le 24 avril – constate que les concepteurs-rices de l'application ont érigé un certain nombre de garde-fous pour empêcher les dérives. Elle formule néanmoins quelques observations pour renforcer encore davantage la protection de la vie privée des individus. La Cnil souhaite, par exemple, une « amélioration de l'information fournie aux utilisateurs, en particulier s'agissant des conditions d'utilisation de l'application et des modalités d'effacement des données personnelles », a-t-elle indiqué dans un communiqué. La Cnil souhaite également « une information spécifique pour les mineurs et les parents de mineurs », et la confirmation dans le décret à venir sur l'application « d'un droit d'opposition et d'un droit à l'effacement des données pseudonymisées enregistrées ». StopCovid ne sera disponible qu'à titre strictement volontaire. L'application fonctionne sans géolocalisation, mais sur la base de la technologie Bluetooth, qui permet aux appareils électroniques de communiquer entre eux à courte distance.

Commentaires

Portrait de Aradia

Stop covid est installé à votre insu sur votre téléphone, pour en savoir un peu plus, il faut aller dans paramêtres...puis cliquez sur Google, et là vous voyez l'application en première ligne.

Impossible de désinstaller, sauf que moi j'ai désactivé Bluetooth et géolocalisation, après c'est à vous de savoir si vous voulez cette appli.