Quand la rumeur court...

Publié par jfl-seronet le 12.08.2020
579 lectures
Notez l'article : 
5
 

Que dira-t-on dans le futur de la façon dont nous avons réagi à la crise sanitaire majeure que nous connaissons (et subissons) aujourd’hui ? Comment analysera-t-on les idées folles qui seront passées par la tête de quelques-uns-es d’entre nous ? Bien sûr, on remarquera que certaines rumeurs ne sont pas spécifiques à la Covid-19 et que nous les avions déjà entendues à propos du VIH. Évidemment, on trouvera des explications savantes au phénomène. Certainement, expliquera-t-on la singularité de cet événement par l’effet démultiplicateur des réseaux sociaux, à la fois vaste entonnoir et chambre d’écho des racontars les plus saugrenus. Autant le dire : depuis quelques-mois, nous sommes gâtés-es. Florilège.

Attention aux « fausses informations » sur la Covid-19 circulant sur les réseaux sociaux, informe le site de l’institut Pasteur. L’ampleur est telle que l’institut de recherche (dont ce n’est pas le métier) a cru devoir devenir, dès mars 2020, le pourfendeur des rumeurs les plus extravagantes qui agitent les réseaux depuis des mois. Il faut reconnaître que celles et ceux qui en sont les auteurs-rices sont d’une créativité certaine. Si l’épidémie s’est propagée à très grande vitesse, fulgurante aussi aura été la désinformation puissamment relayée sur les réseaux sociaux ou par le biais de plateformes de messagerie comme WhatsApp. Ce qui a incité l’institut Pasteur à agir, c’est d’abord parce que certaines informations sont objectivement « erronées », mais aussi parce que certaines infos sont enrobées d’un vernis scientifique et « s’appuient notamment sur la prétendue expertise de chercheurs-ses de l’institut Pasteur » pour les rendre plus crédibles.

Alors que comporte le catalogue des idées reçues, conneries en tous genres et rumeurs malsaines ? « NON, le Sars-CoV-2 n’a pas été créé en laboratoire à partir du VIH ! », explique l’institut Pasteur, qui doit maudire Luc Montagnier (dont on n’ose plus rappeler qu’il est Prix Nobel !) pour avoir entretenu sciemment cette idée ; démentie par la science. « NON, le coronavirus n’a pas été créé en laboratoire ! », un argument qu’on a déjà entendu pour le VIH. Et l’institut Pasteur d’asséner : « Le coronavirus Sars-CoV-2 n’a pas été créé par l’homme ». « NON, l’Institut Pasteur n’a pas inventé la Covid-19, ni le virus à son origine, le Sars-CoV-2 ! », etc. Ces items assez proches montrent bien la permanence de cette idée qui revient sur une même obsession : le virus ne peut pas être naturel ! Évidemment, parfois on change de braquet… Tant la rumeur est énorme : « NON, l’Institut Pasteur n’est pas informé de la fuite d’une arme bactériologique préfigurant les prémisses d’une 3e guerre mondiale ! ». C’est toujours bon à savoir ! Cette affirmation vise à répondre au contenu d’un message audio largement diffusé sur les réseaux qui évoque une « troisième guerre mondiale » et la « fuite » d’une arme bactériologique chinoise. L’information y est d’ailleurs présentée comme émanant d’une source fiable : « La mère de ma femme, sa meilleure amie travaille à l’institut Pasteur ». Je vous jure que c’est vrai ! « Cette information est bien évidemment fausse », commente encore stoïquement l’institut Pasteur.

L’institut Pasteur n’est pas la seule structure à s’être lancée dans cette mission de salut public : tordre le cou aux rumeurs dingues. Depuis le début de l’année, l’AFP n’a pas ménagé ses efforts pour vérifier certaines affirmations, présentées comme des infos authentiques, et en démontrer la supercherie, la sottise voire l’intention maline. Sa rubrique Factuel, dont une partie ne traite que de la Covid-19, recense pas moins de 200 articles correctifs entre janvier et juillet 2020, sur ce seul sujet. En parcourant la liste, on y voit des manipulations à visée politique, des interprétations erronées qui découlent d’infos, vraies celles-là, des fausses croyances et des volontés de tromper son monde sans vergogne.

C’est tout particulièrement vrai concernant les « recettes » miracle pour guérir de la Covid-19. Ainsi la tisane Covid-organics de Madagascar n’est pas un traitement homologué et Moscou n’en a pas fait d’achats de masse. L’artemisia (une plante) n’a pas démontré d’efficacité contre cette maladie, pas plus que la vernonie (une sorte d’épinard africain qui sert à faire le ndolé) d’ailleurs. La science ne valide pas l’utilisation des feuilles de margousier, arbre également connu sous le nom de neem, en prévention ou pour un usage curatif. Et les gargarismes d’eau tiède mélangée à du sel ou du vinaigre ne soignent pas le coronavirus. Boire de l’eau (qui est bon pour la santé) ne permet pas de se prémunir de la Covid-19, même toutes les quinze minutes, pas plus qu’une solution saline. Boire de l’eau bouillie avec de l’ail ne permet pas de guérir. La cocaïne ne soigne pas le coronavirus. Surprise, la viande de bœuf pas davantage, sans doute une rumeur lancée par le lobby du steak. Mais c’est aussi vrai à propos de vrais traitements en cours d’essais. L’hydroxychloroquine n’est pas réservée aux hôpitaux militaires. Aucun hôpital n’a été brûlé au Kenya parce qu’on y aurait administré des vaccins anti-Covid « empoisonnés ». Et J’en passe.

Des rumeurs, on en lit aussi sur les stratégies et outils de prévention. Ainsi, le 16 juillet, l’AFP démonte une rumeur qui tourne beaucoup depuis le 9 juillet comme quoi « le port trop fréquent du masque placerait l'organisme en insuffisance d'oxygène » et entraînerait un « affaiblissement immunitaire » qui rendrait vulnérable face à la Covid-19. Quelques jours plus tôt, la rumeur sévissait que les tests de dépistage RT-PCR (ceux avec l’écouvillon dans le nez) endommageaient la barrière hémato-encéphalique. Je suis rassuré depuis que je sais que l’écouvillon ne peut pas transpercer la boîte crânienne, endommageant irrémédiablement le cerveau. Les autorités sanitaires n’ont jamais recommandé de se raser la barbe pour se protéger du coronavirus ; ça tombe bien, j’en porte une. Sinon, concernant le gel hydroalcoolique, je suis rassuré de savoir qu’il ne donne pas le cancer et qu’il ne peut pas prendre feu (tout seul) dans un véhicule laissé au soleil ! Placer son masque au-dessus d’une casserole d’eau bouillante ne permet pas de la décontaminer. En revanche, cela permet d’ouvrir facilement le courrier…

Au final, j’ai appris pas mal de choses (merci Factuel !). Je sais qu’un célèbre camping d’Aigues-Mortes n’a jamais fermé à cause du coronavirus. Je sais que des députés-es européens-nes n’ont pas été chassés-es d’une localité en RDC pour avoir apporté des vaccins contre la Covid-19, ni que l’OMS a admis que « tout éventuel futur vaccin » contre le virus « ne marcherait pas ». Je sais encore que le vaccin BCG n’a pas « sauvé » les Tunisiens-nes de la Covid-19.  Je sais encore qu’Emmanuel Macron n'a jamais annoncé une obligation de vaccination pour les ressortissants-es africains-es souhaitant voyager en Europe. Je sais aussi que l’Italie n’a pas trouvé un remède qu’elle garde précieusement pour elle-seule, que l'application StopCovid n’a pas été installée « en douce » sur les téléphones et que le Premier ministre chinois ne prie pas dans les mosquées pour contrer le nouveau coronavirus. J’ai été hyper déçu d’apprendre que les Comores n'ont pas donné 100 euros à la Chine pour lutter contre le nouveau coronavirus. C’est plus ? Déception aussi d’apprendre qu’il n’existe aucune carte qui montre que l’épidémie de Covid-19 est liée au déploiement de la 5G en France.

Reste une curieuse impression à la lecture de cette accumulation de démentis, comme un malaise de voir à quel point nous sommes collectivement pollués par tout cela, comme un malaise à voir la paranoïa et le complotisme qui s’en dégagent. Certaines personnes arrivent à croire ou veulent faire croire à d’autres que la pandémie de Covid-19 serait une prétexte à un « plan de réduction des populations ». Par qui ? Pourquoi ? Peu importe, l’important, c’est que l’idée fasse son chemin, tel le ver dans la pomme.

Bill Gates balaie les théories du complot l'accusant de la pandémie
On ne prête qu’aux riches, dit le dicton. C’est aussi vrai quant aux rumeurs. Le milliardaire américain Bill Gates a balayé, fin juillet, les théories du complot répandues sur les réseaux sociaux, qui l'accusent d'être à l'origine de la pandémie de Covid-19. « C'est une mauvaise combinaison de pandémie, de réseaux sociaux et de gens qui cherchent des explications simples », a-t-il déclaré dans une interview à CNN. De faux articles de presse et des photos trafiquées sont devenues virales sur les réseaux sociaux, partagées dans de nombreuses langues, rappelle l’AFP. Une vidéo accuse ainsi Bill Gates de vouloir « éliminer 15 % de la population » sous couvert de vacciner la population. Elle a été vue des millions de fois sur YouTube. « Notre fondation a donné plus d'argent que tout autre groupe pour acheter des vaccins afin de sauver des vies », a martelé, en réponse, Bill Gates, disant espérer que ces théories du complot ne rendront pas la population réfractaire au vaccin, quand il sera mis au point.  Il a alloué 250 millions de dollars pour la lutte contre la pandémie de Covid-19 et sa fondation a investi des milliards de dollars depuis 20 ans dans le développement des systèmes de santé des pays les plus pauvres.  Depuis le début de la pandémie, les équipes de fact-checking de l'AFP ont débusqué des rumeurs anti-Bill Gates par dizaines, dans de nombreuses langues et sur divers réseaux sociaux, de Facebook à Instagram. Bill Gates, qui appelle à distribuer les médicaments et les vaccins à ceux qui en ont besoin et non aux plus offrants, est accusé d'exploiter la crise pour « contrôler les gens », mais aussi d'un complot d'empoisonnement de masse en Afrique. D'autres assurent qu'il a été interpellé par le FBI pour « terrorisme biologique ». « Je crois profondément au fait que la vérité sera reconnue », et ces théories du complot déjouées, veut croire Bill Gates. Le milliardaire est une des personnalités favorites des trolls et autres théoriciens-nes du complot qui offrent les explications les plus folles à la pandémie.

 

Commentaires

Portrait de Lowie

Je viens de me regarder " vacances d'enfer " des chevaliers du fiel , mes zygomatiques sont au top. En lisant ta " turbulence " je vais devoir me rendre aux urgences .

Comme la plupart des êtres humains j'ai suivi la " saga COVID " . Par force . Je suis humain et potentiellement une proie de ce virus . Par force aussi car , comment , quand toutes les ondes ( journaux , radio , télévisuelles , internet , le voisinage ) n'ont que cet unique sujet 24/24 , aurais-je pu ne pas en entendre parler . 

Avec la COVID , le genre humain actuel a eu une réaction d'homme des cavernes face à des phénomènes qu'il ne comprenait pas . Relisez Rahan, fils des âges farouches pour vous en convaincre . Je me souviens parfaitement lorsque ma tribu et moi-même étions tapi et effrayé dans notre abri sous-roche lorsqu'un orage éclaté ou qu'un volcan entrait en éruption . Chacun y allait de sa " supposée " connaissance , de ses certitudes pour se et nous rassurer . Les phénomènes passés nous vacquions de nouveau aux activités de notre vie . Nous finîmes par connaître ces phénomènes et notre peur disparue . D'autres peurs sont apparues  ; des épidémies qui décimaient nos clans . De nouveau devant l'inconnu , panique et explications en tous genres . Nous sacrifions même aux dieux ; nos enfants , nos vierges  , nos plus valeureux guérriers , nos sorcières . 

C'est qui ce "mec" qui se permet de nous traiter d'homme des cavernes ? Qu'est-ce qu'il fait de touts les progrés que nous avons fait ? Nous sommes allés sur la lune , Nous .

Ta sagesse , si les progrés que tu as fait t'a permis d'en acquérir une , aurait dû te pousser à étudier ce nouvel inconnu plutôt qu'agiter le drapeau de la peur . Je t'accorde que certain(e)s de tes scientifiques ont adoptés cette démarche mais force est de constater que c'est aux " savants fous " que tu as  accordé le plus de crédit . 

La saga est-elle terminée ? Une saga est pleine de rebondissements . Le port du masque ? Certain(e)s élus de certaines villes l'avaient rendu obligatoire sur la voie publique par décrets . Décrets qui par la suite ont été abrogés car non conforment à la loi . Ces décrets abrogés deviennent à nouveaux légaux par la loi et par ces mêmes personnes qui les qualifiées d'illégaux . C'est quoi la " LOI " ?

Pour ce qui est du " plan de réduction de la population mondiale " utiliser la COVID , me semble ,  au regard du faible nombre de victimes , une stratégie des plus hasardeuses . Comme avec le VIH qui était un inconnu , la COVID sera connue et maitrisée . Eradiquée ? Jusqu'à présent , reprenez moi si je suis dans l'erreur , l'homme n'a rien éradiqué si ce n'est quelques civilisations . Si mission d'éradiquer le genre humain m'était confiée je chercherais en tout premier ce qui est commun et indispensable à chaque individu où qu'il soit et quel qui soit . L'eau , l'air sont deux éléments dans ma liste . Peut-on rendre un ou les deux de ces éléments mortel pour l'humanité ? Possible mais disparaitra en même temps la faune , la flore et moi par la même occasion . A quel jour de la création serions-nous ? Ma mission est une réduction pas l'éradication du genre humain et dans l'idéal que je n'y laisse pas ma vie. Nous sommes  dans la mondialisation . Tout circule : les êtres vivants , les marchandises . Je pourrais mettre au point un objet indispensable à tout un chacun . Quand je considère l'expansion de l'usage du portable je me dis pourquoi pas . La première mesure lors de l'apparition du COVID qui a été prise est la limitation de la circulation humaine . L'échange commercial n'a été que très peu impacté . Je n'ai pas encore l'idée de l'objet en question mais il sera abordable financièrement voir même subventionné pour son acquisition . Son usage sera simple et s'adressant à tout public . Le rendre mortel sur commande et distance une évidence lorsque j'aurais atteint le quota ( facile à connaitre avec de bons commerciaux ) de population à supprimer . Scénario totalement fictif . Aller sur la Lune était aussi de la fiction .

Bien à vous. Lohic.