Élargissement de la vaccination

8 Janvier 2021
361 lectures
Notez l'article : 
0
 

« Amplifier, accélérer, simplifier ». Voici le nouveau mantra du ministre de la Santé, Olivier Véran. Il a annoncé (5 janvier) un nouvel élargissement de la vaccination contre la Covid-19, notamment aux plus de 75 ans qui ne sont pas en Ehpad, face aux critiques sur la lenteur du démarrage de cette campagne. Le gouvernement va permettre « dans les prochains jours » aux Français-es qui souhaitent être vaccinés-es de s'inscrire pour prendre rendez-vous, a également indiqué le ministre de la Santé sur RTL. Cette inscription se fera « sur Internet, par téléphone sans doute, et pourquoi pas par l'application TousAntiCovid. Avant la fin du mois de janvier, nous autoriserons la vaccination des personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas en établissement, qui sont en ville, à la maison. Ça fait cinq millions de personnes », a précisé le ministre de la Santé. Il a également annoncé l'élargissement aux pompiers et aux aides à domicile de plus de 50 ans, pour le moment réservée aux résidents-es des Ehpad et aux soignants-es d'au moins 50 ans. « Je vais également amplifier les commandes au niveau européen de vaccins pour pouvoir augmenter le rythme et l'intensité de livraison des dotations pour la France et pour l'Europe. Le rythme de croisière de la vaccination » en France va « rejoindre celui de nos voisins dans les prochains jours », a-t-il promis. Selon le ministre, 100 centres de vaccination destinés à la ville « en plus des hôpitaux » seront développés rapidement pour atteindre 500 à 600 d'ici fin janvier. Ce nouveau changement de stratégie est la suite de diverses critiques et pressions tant politiques que de la part de la société civile. Le 4 janvier, France Assos Santé est montée au créneau pour demander une accélération « avec ordre et méthode » de la vaccination. Le collectif demande « l’accélération sans délai de la vaccination, avec la mise en œuvre avancée de la phase 2 afin de protéger rapidement les populations les plus fragiles, les plus vulnérables et les plus exposées ». Et de rappeler : « Les plus vulnérables, quel que soit leur âge, risquent leur vie avec des formes graves plus fréquentes. La HAS l’a rappelé dans sa recommandation du 18 décembre 2020, mais l’information n’est pas passée, ni auprès des personnes concernées, ni auprès de leurs médecins. L’Assurance Maladie doit jouer un rôle majeur dans la diffusion de ces messages, notamment au moyen des comptes Ameli. Ne pas accélérer la campagne en se donnant tous les moyens nécessaires, c’est mettre en danger le fragile équilibre sanitaire de la nation et son équilibre économique ». « Cette mobilisation doit s’accompagner d’une garantie de disponibilité des doses en nombre suffisant et s’adapter si besoin en considérant tous les moyens possibles pour gagner la bataille décisive qui s’engage dès maintenant. Les usagers-ères de la santé attendent des actes forts et rassurants de la part des pouvoirs publics », conclut France Assos Santé.

Commentaires

Portrait de fil

Avis de l’ANSM concernant la seconde dose du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNtech - Point d'Information (ANSM 7/1/21)

Avis de l’ANSM concernant la seconde dose du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNtech - Point d'Information
Dans un contexte européen de déploiement de la campagne de vaccination contre la Covid-19, plusieurs états se mobilisent pour accélérer l’accès aux vaccins, notamment pour les personnes les plus fragiles. C’est dans ce contexte que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) donne un avis concernant la seconde dose du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNtech.

Le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech est autorisé en Europe depuis le 21 décembre 2020. Son schéma d’administration repose sur deux doses espacées d’au moins 21 jours.

Selon les données disponibles et après analyse, l’ANSM considère que :

• Il est nécessaire de maintenir l’administration de deux doses de vaccins aux personnes vaccinées.
• Le délai d’administration de la 2nde dose peut être envisagé entre 21 et 42 jours au vu des circonstances actuelles spécifiques, afin d’élargir la couverture vaccinale des personnes prioritaires.

 

https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Avis-de-l-ANSM-concernant-la-...

Portrait de jl06

Avec le temps nous allons nous apercevoirs que les volontaires à la vaccination se bouscules .... temps mieux parcque

  l'immunité collective viendra de la ! 

restons optimistes