Le sexe, Indécent !

Publié par Rédacteur-seronet le 08.06.2021
584 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
SexualitéIndécent

Chemsex, vie avec le VIH, séduction, autant de sujets souvent délaissés par les médias traditionnels que le journaliste Dimitri Jean aborde dans son podcast. En n’ayant peur ni des mots, ni des tabous, Indécent explore les sexualités avec des histoires personnelles, parfois d’inconnus-es, mais aussi de personnalités comme Giovanna Rincon (directrice d’Acceptess-T), Sœur Rose de Paname, du couvent de la Perpétuelle indulgence, etc. Interview.

Pouvez-vous vous présenter ?

Dimitri Jean : je suis journaliste pigiste, âgé de 30 ans, spécialisé dans le son et anciennement dans la photo. Je touche à tout, mais j’aime particulièrement traiter des sujets de société. Je suis d’ailleurs souvent en contact avec des associations, notamment AIDES avec laquelle j’ai milité. Il y a deux ans, j’ai créé un podcast qui se nomme Indécent.

Qu’est-ce qu'Indécent ?

Sur mon site, j’aime bien l’expliquer comme l’enfant de Mac Lesggy (1) et Bianca Del Rio (2). Dans le sens où j’aime ne pas prendre de pincettes avec les sujets aussi importants que sont les sexualités. Indécent, c'est un podcast qui parle de tout ce qui touche aux sexualités, de près ou de loin. J’aime bien prendre l’exemple des IST. On parle très souvent des modes de transmission de ces infections, mais peu fréquemment de pourquoi on se contamine. Alors qu’il y a beaucoup de raisons pouvant l’expliquer, comme le manque d’information, parfois dû à la religion, ou même le fait de ne pas savoir s’il faut se renseigner sur ces sujets. Je veux donc aborder ces questions le plus largement possible. Dans ce podcast, je veux aussi parler des relations interpersonnelles, de la relation à son propre corps. Mais également de l’environnement et de l’alimentation, qui ont tous les deux une influence sur la sexualité.

Comment avez-eu l’idée de créer L’Indécent ?

Je l’avais déjà en tête quand j’étais chez AIDES. Mais, c’est lors d’une permanence de santé sexuelle (3) (PSS) que l’idée s’est précisée. Une dame est venue et lors de son entretien individuel, j’ai perçu son inquiétude quant à son statut sérologique. Elle avait eu des relations sexuelles non protégées avec son compagnon, qui avait récemment admis la tromper. Je l’ai rassurée comme j’ai pu en lui disant que quoi qu’il arrive, on sera là pour l’accompagner. Ensuite, j’ai laissé un militant formé effectuer un Trod (test de dépistage rapide à orientation diagnostique du VIH). Lors du débriefing (4) de la permanence, le militant qui l’a accompagnée nous fait savoir qu’elle a laissé son adresse et son numéro de téléphone. Elle avait envie de rendre la pareille un jour, d’aider les autres comme nous avons pu l’aider. Cela m’a provoqué quelques émotions d’avoir pu me rendre utile rien qu’avec une discussion. C’est là que je me suis dit qu’il fallait faire ce podcast. Je voulais aider les gens, comme j’ai pu aider cette dame, en dehors des PSS.

Comment les sujets sont-ils choisis ?

Pour chaque épisode, j’ai une idée générale en tête avant de le faire. Mais les sujets se précisent quand je réalise mes interviews. Il m’arrive parfois de me retrouver avec des heures de discussion, je les utilise donc sur différents épisodes. Par exemple, l’entretien avec Boris a duré 1h30, je ne pouvais pas me contenter d’utiliser uniquement la partie sur le chemsex, au vu de la grande diversité de notre conversation. Je l’ai donc aussi utilisé pour l’épisode Vivre avec le VIH. Même chose pour l’entretien avec Giovanna Rincon, grande figure du militantisme parisien, dont l’interview a également été utilisée pour l’épisode sur la séduction. Spoiler alert : ce n’est sans doute pas la dernière fois qu’on l’entend dans Indécent.

Comment traitez-vous les sujets ?

Je ne voulais pas traiter d’une « sexualité ». Je voulais traiter de toutes les sexualités, au même niveau. Dans Indécent, il n’y a pas de minorités sexuelles. Je parle de tout le monde de la même façon, pour rétablir un certain niveau d’information. Giovanna Rincon disait que le VIH a fait beaucoup pour l’avancement des droits des LGBTI+, mais que ce sont surtout les « G », les gays, qui en ont bénéficié. Encore aujourd’hui les gays ont le droit de se marier, mais les lesbiennes n’ont toujours pas la PMA. Pendant longtemps, on en est resté au même niveau. J’essaie de court-circuiter cela, en anglant mes sujets plus sur l’expérience que sur le sujet lui-même et en interviewant des personnes diverses. Je rencontre ces personnes partout, que ce soit en manif, dans le milieu associatif ou ailleurs. Et finalement, l’angle vient plus des propos des personnes que j’interviewe que de moi-même.

Propos recueillis par Evann Hislers

Indécent est disponible gratuitement à l’écoute sur Apple Podcasts, Spotify, Deezer et Sound Cloud. Pour suivre le podcast sur les réseaux sociaux : @IndecentLePodcast sur Facebook et @indecent.le.podcast sur Instagram.

(1) : Le présentateur Mac Lesggy anime E=M6, une émission de vulgarisation scientifique diffusée sur M6 depuis les années 1990. En 2011, en s’appuyant sur sa notoriété, la marque de produits dentaires Oral B en fait l’une de ses égéries publicitaires.
(2) : Drag queen américaine ayant remporté la sixième saison de RuPaul’s Drag Race.
(3) : Permanence permettant de discuter de sexualité et de prévention, dans le non-jugement et la confidentialité.
(4) : Temps d’échange pour savoir ce qui a fonctionné ou non pendant une action.

Commentaires

Portrait de jl06

Faut bouculé les culs bénis , bien trop longtemps qu,ils nous imposent leur façons de vivre .....de pensé ,

nous sommes toutes et tous des indécent  ici aux yeux de la société .... (ne pas l,oublié ) ,

 

mes textes - Lézardes Et Murmures