Hépatite C et progression de l'infection à VIH

23 Novembre 2009
1 293 lectures
Notez l'article : 
0
 
foie2_v.png

Une analyse de 37 études relatives à la coinfection VIH/VHC, a montré que le fait d'avoir une hépatite C n'accroit pas le risque de progression de l'infection à VIH chez les coinfectés. Cette étude publiée dans la revue Clinical infectious Diseases, indique par contre que le risque de mortalité du fait de la coinfection est 35% plus élevée que chez ceux uniquement infectés par le VIH. Cet écart s'est accentué depuis l'arrivée des trithérapies anti-VIH alors même que ces traitements permettent aux porteurs du VIH de vivre maintenant en bonne santé et bien plus longtemps. En conséquence, depuis l'arrivée des trithérapies, c'est la maladie du foie du fait de l'hépatite qui est la cause majeure de mortalité des coinfectés. Si on savait que l'infection à VIH accélère la progression de l'hépatice C, l'inverse n'est donc pas vrai, selon les conclusions de cette analyse.

 

Commentaires

Portrait de ZONOK

Il peut parfois être plus urgent de se traiter contre le VHC, que contre le VIH...
Portrait de Kaaphar

... mais c'est toujours une bonne chose de mettre une couche sur les hépatites de temps en temps !

-

Donc : le VHC n'a aucune incidence sur le développement du vih, ça on le savait !

En revanche, il me paraît un peu hasardeux d'affirmer que "l'inverse ne serait pas vrai" (que VIH accélérait le développement des hépatites). En effet, il n'y aucun élément MÉDICAL à ce jour pour affirmer ça (ce pourrait même être le contraire puisque le système immunitaire est en partie "responsable" de l'accélération de la fibrose).  Il est vrai que STATISTIQUEMENT beaucoup de co-infectés fibrosent plus vite que les mono VHC/B. Mais ce n'est pas pour une raison bio-médicale mais plutôt pour des raisons "sociologiques".

Une majorité des co-infectés se retrouve parmi les toxicomanes actifs (population complètement silencieuse, voire absente, sur des forums tels que seronet) et sans vouloir entrer dans le cliché du junkie destroy, ces populations ont souvent une hygiène de vie bordeline (mauvaise alimentation, mauvais accès aux soins de bobos bénins et surtout poly-addictions - alcool notamment) ; toutes celles et ceux qui interviennent ou sont intervenus auprès des CPP savent ça ; c'est donc plus cette multifactorialité des lésions hépatites qui fait que STATISTIQUEMENT le coinf fibrosent plus vite en général. A quoi s'ajoute (comme mentionné dans l'article) l'hépatotoxicité des ARV qui, sur un foie déjà lésé par un VHC ou un VHB, vont accélérer les lésions hépatiques par addition - cumul - des hépatites (virale + alcoolique + médicamenteuse) ; ce qui est aussi vrai pour les mono-vih qui risquent plus de mourir d'une hépatite médicamenteuse que de leur sida.

-

Je vais encore radoter :

Il est beaucoup question en ce moment d'incitation aux dépistages VIH (sous quelque forme que ce soit), au fait qu'un dépistage précoce vih permet une meilleure prise en charge de la personne elle-même et s'inscrit dans une logique globale de RDR, on est d'accord ! Mais je crois qu'il faudrait profiter de ce mouvement général pro-dépistage VIH pour y inclure les dépistages VHC/B ; car une hépatite C décelée en phase aiguë guérit en 6 mois de traitement dans quasiment tous les cas !

-

@+ Kaaphar (radoteur)