Retravailler mais à quel prix?

Publié par Dahanne le 12.06.2008
1 574 lectures

Bonjour à tous, dur dur de se lancer,mais en ce moment il y a bien un sujet particulier qui me tracasse énormémént: devrai je retourner travailler? séropo depuis fin 92 reconnus travailleur handicapé en 95 et un parcour professionnel en dent de scie; j'ai bosser dans la restauration cusinier ,serveur, peintre en batiment,auxilière dans la pharmacie d'un CHR, jardinier. Après un parcour du combatant j'ai obtenu il y a  3 ans, l'AAH et je bénéfici d'un complémént de l'assédic ASS, ce qui me fait un revenu que j'estime correct pour vivre.

 

 Je n'ai plus d'activité salarié depuis 3ans. Afin de me sentir un peut utile et de partager mon expèrience de vie je suis devenu volontaire à Aides. C'est quelque chose d'enrichissant d'un point de vue personnel, cela m'a aussi permis de retrouver un rythme de vie un peut plus cadré cependant je suis régulièrement taraudé par l'idée que je suis un poid pour la sociétée je me sent redevable de quelque chose.

 Mon état de santé est stabilisé,une trithérapie éfficace mais toujours milles questions m'assaillent, pas envie de reprendre un métier que j'ai déja exercé plus vraiment d'intéret pour ces expèriences passées, mais pas plus d'idées quand au secteur d'activité vers le quel me diriger. J'ai l'impression de me cacher derrière ma maladie, d'ètre un peut paresseux pourtant pas envie de faire n'importe quoi et surtout pas à n'importe quel prix.

 

 En effet si je reprend le boulot je perd tous mes droit chèrement acquis sans aucune certitude d'etre repris en charge en  cas de problème. Reprendre une formation, oui mais laquelle, à 38 ans,  3 CAP, un BAC Pro en poche et  peur aussi de perdre du temps inutillement de ne pas faire le bon choix, réaprendre un nouveau métier et se retrouver sur le marché de l'emploi sans expèrience ou à l'issue ne pas etre embauché,bref beaucoup de questions de freins de blocages et pas vraiment le début d'une piste. J'ai tenter un suivit individualiser avec bilan de compétence mais pas vraiment probant, encore une impasse. Au moin l'été arrive et si l'anpe ne me fait pas trop de misère avec les nouvelles lois de Sarko je pourrai proffiter un peut de la plage et du soleil.

Voila ce que je souhaitais partager avec vous et si vous avez envie d'en discuter ce sera avec plaisir.

Dahanne

Commentaires

Portrait de cierva54

Salut Dahanne,

moi j'ai un peu près le même parcour, j'était serveur quand j'ai appris ma séropo, plus tard je ne pouvais plus travailler à cause de complications de santé, alors on m'a mis travailleur handicapé pour l'avenir.

Une fois rétabli, comme toi je ne voulais pas être un point pour la société et pour mes proches, alors j'ai fais une formation de fleuriste (CAP obtenu), mais problème, de nouveaux soucis de santé et maintenant je me retrouve après 3 ans environ à ne plus trouvé dans ce domaine (trop vieux, pas assez d'expériences...).

Mais le pirs, c'est que l'Etat fait pression pour nous remettre au travail, alors comment je fais, serveur plus possible vu ma capacité amoindrie, fleuriste mon CAP ne me sers à rien puisque je n'ai jamais travaillé donc les employeurs ne me font pas confiance, quoi faire?

Refaire une formation, franchement plus envie comme toi j'accumule les diplômes qui ne m'aide pas dans mon C.V., alors je ne travaille plus et je me suis fais une raison, je te rassure je bosses quelques week-end en tant que serveur (chut). En fait je me suis construit une vie qui me plais, alors pourquoi détruire ce que j'ai mis si longtemps à batir.

Voilà, je voulais te faire partager mon expérience.

Bisous

Cierva54 

Portrait de Kaaphar

salut à tous,

 

moi aussi je ne bosse et suis à l'AAH et me pose la question de retravailler avec les aléas que ça implique au cas où je sois amené à arrêter le job, pour raison de santé ou autres, et galère pour récupérer l'AAH

 

mais ce qui me fait réagir dahanne c'est ça :

"je suis régulièrement taraudé par l'idée que je suis un poid pour la sociétée je me sent redevable de quelque chose"

 

dans notre beau et riche pays de France, l'AAH est une allocation de SOLIDARITE, elle est donc ouverte à toute personne malade, quelles que soient son ancienne activité professionnelle ou pas, sa nationalité ou sa durée de residence en France.

 

mais dans ton cas, comme dans le mien, les éventuels scrupules citoyens qui t'affectent peuvent être relativisés par le fait que nous avons bossé une bonne partie de notre vie et donc payé des cotisations sociales et des impôts ; et que notre engagement bénévoles au sein d'associations peut être vu comme une contrepartie à cette allocation solidaire - le "donnant/donnant" du p'tit Nicolas !

 

donc pas de scrupules !

 

kaaphar 

Portrait de BESA

Vais-je au bout de mes efforts pour vivre mes passions, pour les partager et les faire reconnaître comme ayant une dimension social.

Alors cette aah serait une vrai opportunité pour faire évoluer l'idée même que l'on se fait du mot travail. Un troque moderne, une revalorisation de l'existence.

Portrait de pascal 44

J e suis en invalidité depuis 2003 ,ayant passé un periode très difficile, nourrit par sonde pendant un an et demi)enfin bref,reconnu en invalidité a 80 % reconnu par la sécurité sociale,apres un traitement hyper efficace,charge indetectables T4  500 ,aujourd'hui j'aimerais rebosser,c'est vrai que j'ai des revenus assez confortables ,avec un complement de pension ,si je retravaille,et si je rechute ,je ,ne trouverais plus ces avantages,mais bon soyons optimiste,je vais me lancer peu etre au risque de tous perdre ces acquis et me retrouver au smic,mais pour le morale bosser serais aussi avantageux pour moi.mais bon ! les moi sont dure,donc j'y je gagnais plus peu etre que......