Réforme des ALD :

Publié par HumblePenguin le 06.02.2010
2 944 lectures

Le gouvernement annonce en tout sérenité son intentions de faire des économies sur les malades atteint d'ALD.

"Trois années de rigueur pour la dépense publique"
- "Christine Lagarde détaille, à Bruxelles, son plan pour les années 2011 à 2013"
Le Monde, 3 février 2010, Claire Gélaud
*
"Un tour de vis supplémentaire est justement prévu pour l'Ondam (Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie): il devrait progresser à un rythme inférieur à 3 % par an. Cet objectif très ambitieux imposera probablement de revoir le régime des affections de longue durée (ALD) et de continuer à mettre à la charge des ménages une partie de leurs dépenses de santé."
*
Quel montant de la somme va rester à "à la charge des ménages": 200 euros 500 euros 1000euros? Nous n'en savons rien pour le moment.
*
En tout cas ce qui est nouveau c'est que l'on s'entoure plus de justifications ou même d'explications, c'est comme ça et pis c'est tout.
*
Les financiers piccolent et les assurés sociaux trinquent.

Commentaires

Portrait de nathan

et/ou par conséquent des mutuelles...
Portrait de fabinette

Une grande mobilisation pour arreter les dégats.

Ok Nathan les mutuelles à titre privé elles ne couvrent malheureusement pas grand chose et sont excessivement chères, tout le monde ne travail pas forcèment pour des grosses boites ou dans l'administration.

Portrait de HumblePenguin

Et pas conséquent paient la mutuelle plein pot?

Une mutuelle ou une tirelire c'est le même chose.

Portrait de nathan

C'est vrai que j'ai été laconique sur ce coup-là. Ce que je voulais dire avec le "et/ou", c'est qu'en fin de compte les cotisations des mutuelles vont à nouveau augmenter et donc ce sont les ménages qui paieront de toute façon. D'autre part, les mutuelles ont commencé à revoir leur politique de remboursement dans cette perspective et souvent cela ressemble à de super usines à gaz qui font apparaître un moindre remboursement ou une moindre participation pour un progrès. C'est le cas avec la MGEN qui par exemple depuis juillet participe financièrement beaucoup moins à la prise en charge de l'aide à domicile pour les retraités cotisants qu'auparavant. C'est même la grosse culbute. Mais l'argument de progrès, c'est que les actifs qui auraient besoin d'une aide ménagère temporaire au retour d'une hospitalisation par exemple bénéficient eux d'une participation financière plus importante qu'auparavant. Evidemment, les actifs ne sont pas ceux qui ont le plus besoin d'une aide ménagère. En réalité, globalement, la participation de la Mgen au titre de l'aide ménagère connait depuis juillet une véritable coupe sombre. Et les retraités doivent donc mettre davantage qu'auparavant de leur poche. Je pourrai citer d'autres exemples qui vont dans ce sens.

Ce qui est en train de se passer en fait, c'est une privatisation rampante de l'assurance sociale. Et en effet il faut se mobiliser car j'ai rappelé sur un forum que la sécurité sociale créée par le Conseil National de la Résistance en 1945 (c'est la première décision prise par ce Conseil) est le pilier du pacte républicain et de l'identité nationale. Le remettre en question c'est faire exploser le contrat social.

C'est pourquo, OUI, il faut une grande mobilisation nationale car il y va du sort de la République.

Portrait de HumblePenguin

Tes infos et ton commentaire, Nathan.

*
Jusque là les mutuelles étaient gouvernées par la solidarité.
Cette logique est remplacé par le marketing et l'exclusion.
En gros, on s'occupe de l'individu moyen qui travaille (la ménagère de moins de 50 ans), pendant qu'on laisse tomber les autres
Comme cette logique prévaut aussi dans les médias, une nouvelle comme la réforme des ald est vite étouffée.

Portrait de nathan

bonjour humblepenguin,

Pour poursuivre sur l'aide ménagère, les retraités qui voient la participation financière de la mutuelle baisser drastiquement se tournent vers le Conseil Général pour demander l'Apa ou vers les caisses de retraite. Ils vont grossir les rangs des demandeurs de plus en plus nombreux du fait du vieillissement. Mais les budgets ne sont pas extensibles, encore moins avec la crise (les conseils généraux avaient souvent placé leurs réserves dans des fonds douteux). Donc les moyens accordés par le Conseil général ou les caisses de retraite diminuent pour l'ensemble des personnes âgées et ne permettent pas de répondre aux besoins réels. Le discours qui enveloppe ce phénomène de la part du Conseil général ou des caisses de retraite, c'est "demandez à vos enfants". Et donc tout cela est renvoyé à la solidarité familiale et donc aux ménages à nouveau ce qui grève leur budget et le grèvera plus encore à l'avenir. Et si pour l'instant, c'est informel, à terme, c'est la notion juridique d'obligation alimentaire qui imposera aux familles deprendre en charge financièrement leurs parents âgés de plus en plus. C'est un recul de plus de 50 ans.

Pour les ALD, le même effet domino se produira. En touchant au régime des ALD, c'est l'ensemble du système d'assurance maladie qu'on va faire trembler...

Portrait de nathan

Pour mémoire, la "Révolution nationale", c'est le régime de Vichy dont la devise était Travail, famille, patrie.

La devise de la République, c'est Liberté, égalité, fraternité.

Quand je dis qu'en touchant à la sécurité sociale créée par le Conseil de la Résistance, on attente à la République, regardons-y de plus près.

Une phrase-clé du programme de Sarkozy, c'était "Travailler plus pour gagner plus". Dans les faits, qui doit travailler plus ? Ce sont généralement les salariés dont la première activité ne leur permet pas de vivre, en particulier les femmes. On assiste à un phénomène croissant : celui des salariés cumulant plusieurs activités par nécessité. Et les emplois occupés alors ne sont guère valorisants. J'ose le mot, ils sont le plus souvent aliénants. Le "travailler plus pour gagner plus" remet en cause le principe de Liberté.

J'ai montré plus haut comment on était en train de substituer à la solidarité nationale, la Fraternité, la solidarité familiale, la Famille.

La question de l'identité nationale + les propos déplacés de Sarko à propos des banlieues et de ses ministres tels Hortefeux à propos des minorités, c'est le retour à une certaine idée de la Patrie, une patrie inégalitaire avec des citoyens et des sous-citoyens. Il y a un phénomène inquiétant actuellement qui rappelle de mauvais souvenirs : on demande à des Français ayant des noms à consonance étrangère, quand ils veulent renouveler une carte d'identité par exemple, de prouver que leurs parents et leurs grands parents étaient bien Français. Ca ne vous rappelle rien ? Et c'est arrivé aussi à des "célébrités" ce genre de mésaventure. Au principe d'Egalité se substitue donc le principe de la Patrie et de l'appartenance prouvée à celle-ci.

Et le tour est joué. On substitue progressivement à la devise de la République Liberté, égalité, fraternité, celle de la "Révolution nationale" : Travail, famille, patrie. C'est donc bien la République qui est menacée. Evidemment tout cela se fait par un renforcement de la répression à tous les niveaux. La problématique actuelle des gardes à vue est assez symptomatique de cela. Mais pas seulement. Et aussi grâce à un renforcement de la propagande qu'aujourd'hui on appelle "communication".

Portrait de HumblePenguin

Cette comparaison, quoique brillante, a ses limites, dans la mesure où les "ordres" que Mme Lagarde va chercher à Bruxelles et pour lesquelles elle est prête à sacrifier les français malades, n'ont rien de vraiment nationaux ni-même de vraiment démocratique.