Matignon contre les centres d'injection supervisée

24 Août 2010
14 487 lectures
Notez l'article : 
0
 
seringue.png

Il y a quelques semaines, Roselyne Bachelot s'était exprimée en faveur des centres d'injection supervisée ; le cabinet ministériel vient d'en décider autrement. Jeudi dernier, AIDES et le Collectif du 19 mai étaient reçus à Matignon pour discuter de l'ouverture de centres d'injection spécialisée ; des centres qui seraient l'assurance d'une meilleure prise en charge des usagers de drogues et qui permettraient, notamment, la distribution de seringues stériles. Conclusion des deux associations au sortir de la rencontre : "déception et incompréhension". Allant à l'encontre des arguments scientifiques, tels que le rapport de l'INSERM (26 juin 2010) qui se positionne en faveur des CIS, le cabinet ministériel aurait reconnu les risques et les besoins des usagers de drogue mais n'aurait pas validé l'intérêt des "salles de consommation". Le même jour, Arnaud Wasson-Simon de AIDES, rappelait pourtant dans l'Express que "la politique  française vis-à-vis de la drogue est un échec flagrant" et qu' "il existe un consensus quant à la remise en cause de cette politique répressive". La Déclaration de Vienne, signée le mois dernier lors de la 18e Conférence internationale sur le VIH/sida, a en effet rassemblé les experts autour d'un constat : en marginalisant les consommateurs, la "guerre à la drogue" participe à la propagation du virus.

 

Rectificatif du 25 août : AIDES qui soutient le Collectif et qui a signé le communiqué de presse commun, n'était pas présent à la réunion à Matignon contrairement à ce qui est indiqué dans cette brève.

 

Commentaires

Portrait de maya

des fois que ça marche ....ce serait ballot ... grrrr pfffttt onomatopées colèriques en recherche "les français ne comprendront pas qu'on aide les gens à se droguer" mais est-ce que les 53% qui eux ont compris la finalité du truc en matière de santé publque comptent pour du beurre.... quel pays de vieux cons !
Portrait de Ferdy

Puisque les services en charge du dossier à Matignon n'ont aucun argument scientifique à opposer au rapport de l'INSERM, institut national peu suspect d'encourager la toxicomanie, même le bon sens comptable (économique) n'intervient pas dans cette décision gouvernementale. Peut-être verrons-nous un jour des associations se constituer partie civile sur ce dossier afin d'assigner les responsables, coupables à l'époque des faits de non-assistance à personnes en danger, sous couvert de visées électoralistes évidentes. La démesure des moyens mis en oeuvre pour une grippe que personne n'a vu laissera, en termes d'épidémiologie, des ravages considérables, notamment en ce qui concerne la crédibilité des pouvoirs publics à anticiper et à gérer une situation de crise. Le mépris avec lequel ce gouvernement a cru répondre en évacuant les CIS, comme si seule une majorité de gauche serait bien avisée de s'en inspirer, démontre si besoin est l'espèce d'incapacité où ce gouvernement actuel se complaît dans la gabegie et l'ignorance. Tout semble fait actuellement afin de laisser aux successeurs des dossiers pourrissants qui seront, le moment venu, et vu leur nombre, rendus parfaitement insolubles. On ne dirige pas un Etat avec des sondages d'opinion, mais avec quelques convictions et beaucoup d'audace. Il n'y a qu'à se souvenir de ce qu'il a fallu comme opiniâtreté à Mitterrand et Badinter, même au sein d'une partie de leurs propres rangs pour faire abroger, en 1981, la peine de mort pour s'en convaincre.
Portrait de Jérôme Martin

Bonjour Aides n'était pas présente au RDV de jeudi 19 août, RDV obtenu après un zap phone-fax d'Act Up-Paris (action qui consiste à appeler sans relâche les bureaux d'une administration). Étaient présent-es Françoise Barré-Sinoussi, et pour le collectif du 19 mai Jean-Pierre Coutteron, président de l'ANITEA, et Pierre Chappard (co-président d'Act Up-Paris et membre d'ASUD). Un communiqué inter-associatif commun a été envoyé le lendemain de ce rendez-vous, dont on peut trouver le texte ici : http://www.actupparis.org/spip.php?article4161 Le rapport de l'INSERM est disponible ici : http://www.inserm.fr/index.php/thematiques/sante-publique/expertises-col... Un extrait concernant les salles, ainsi qu'un courrier de soutien du président de l'IAS de l'époque a été analysé par le collectif du 19 mai : http://www.actupparis.org/spip.php?article4137 Cordialement
Portrait de frabro

En matière de lutte contre les idées reçues, les préjugés, la politique sécuritaire, l'obscurantisme, seule l'union de tous les acteurs peut gagner ce combat. La division entretenue au sein du mouvement associatif par le "collectif du 19 mai" qui a volontairement choisi d'écarter certaines associations est en elle-même une erreur de stratégie profonde dont nos adversaires n'hésitent pas à se servir. L'invention hier du profil ci-dessus uniquement dans ce but me laisse perplexe... Mais puisqu'il est de bon ton sur seronet de vanter d'autres association, il me semble utile d'informer les séronautes de la tenue des "troisièmes rencontres nationales de la réduction des risques" qui se dérouleront à Montreuil (93) les 14 et 15 octobre prochain, à l'invitation de l'AFR et avec la participation de tous les acteurs et usagers de la RDR qui le souhaitent. Les inscriptions sont ouvertes et vous pourrez trouver le programme et les bulletins d'inscriptions en cliquant sur le lien ci-dessous : http://rdr2010.a-f-r.org/ Le salles de consommations seront au coeur du débat, ainsi que la "loi de 70" qui en est le thème transversal. J'espère vous y voir nombreux. Solidairement, François
Portrait de maya

frabro tu dis : la division entretenue au sein du mouvement associatif par le "collectif du 19 mai" qui a volontairement choisi d'écarter certaines associations est en elle-même une erreur de stratégie profonde dont nos adversaires n'hésitent pas à se servir.

tu peux nous éclairer ? qui écarte qui ? Parce que hors assoces on est pas très informés et ça filtre pas vraiment médiatiquement ces guerres du clocher vih ..ou j'ai 'zappé' qq chose ... est-ce l'éternelle lutte aides VS actup ?

Portrait de frabro

Qui effectivement ne sont que d'éternelles guerres de clocher, il s'agît de la mise à l'écart de ce collectif de l'Association Française de Réduction des risques et sans doute de Aides. J'ai toujours regretté et dénoncé les rivalités d'associations et encore plus celles des personnes qui entrainent ce genre de division aussi malsaines qu' improductives. Sur le fonds du débat, la situation semble pour le moment bloquée par l'opposition de Matignon. Des moments forts comme les "rencontres nationales de la RDR" sont importants pour montrer notre détermination collective à aboutir sur l'ensemble des revendications, dont les salles de consommation sont le point médiatique à la mode, mais qui regroupent aussi la révision de la Loi de 70, la dépénalisation de l'usage privé, l'élargissement de la palette des traitements de substitution, l'héroïne médicalisée, la substitution injectable, les lieux d'hébergements adaptés, la RDR en milieu carcéral... Je suis bien sûr partisan de l'ouverture des salles de consommation, mais je regrette que l'on ne parle plus que de cela et qu'on omette tous les autres points que je viens de citer.
Portrait de izeline

Petite travailleuse du social ! Cela fait un certain temps que nous constatons que la politique concernant les personnes en difficulté en a pris un sacré coup! Ce ne sont plus des valeurs humanistes ou sociales qui président aux réflexions sur les actions à mettre en place !

Nous sommes maintenant de plus en plus soumis à la politique du rentable maintenant, qui bien sûre s'oppose à celle d'une réelle volonté d'accompagnement sur le long court.

Et quand je dis "réflexion ", j'extrapole car il n'est plus trop question de réflechir à ce que nous faisons... il n'y a plus le temps pour le faire .. les temps de réflexions se réduisent au profit de temps de bla bla écrit mais joli qu'on doit presenter aux familles et autorités de tutelles ( DASS; Justice ... ),  pas terrible !

Avant de memer une politique d'aide efficace à l'égard des plus marginaux il faut déjà être capable de passer outre le "politiquement ou moralement " correct du moment ! Les CIS ne doivent pas l'être et si en plus ils coutent des sous ( maintenant ), cela ne va pas plaire à l'electorat que vise Sarko & C°

Cette politique touchent TOUTES les personnes en difficulté ! On voir revenir au grand galop les valeurs "travail famille ... " pour les autres ? allez ! peut être encore  un peu de charité !

Je ne sais pas si les assocs cherchent à diviser pour régner, par contre dommage qu'un certain corporatisme y règne, car si rassemblement il doit y avoir il devrait je pense rassembler tous les malmenés d'aujourd'hui ! 

Portrait de Jonas Le Bail

Fabro, c'est toi qui divise. Le commentaire de Jérôme Martin ne faisait que corriger une fausse information et en donner d'autres, notamment en mettant un lien vers un communiqué de presse interassociatif, signé entre autres par Act Up, AFR et AIDES... Peut-on dire que l'article initial n'est pas diviseur puisqu'il réduit tout à une seule association, quitte à mentir aux séronautes. Union = hégémonie et mépris ?

Voici ce qui a été publié sur lemonde.fr :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/19/les-associations-decues...

Au travail maintenant, et ça tombe bien car sur ce sujet tout le monde est d'accord.

Portrait de maya

de savoir qui est à l'origine de ou le plus véhément ou xxx ? au jour d'aujourd'hui ça n'améliore la situation de personne... et en tant que seronaute en galère de substitution licite perso j'en ai ras le bol de ces divisions, ce sont elles qui nous dégoutent aussi de nous bouger le cul on a assez d'emmerdes d'existence avec les virus et la dépendance sans en plus alimenter ce gloubiboulga associatif...
Portrait de brw40

le soucis aussi Maya c'est que c'est un peu un passage obligatoire, il faut passer par un organisme quel que soit son statut, les associations permettent aussi d'etre un peu plus indépendante qu'un organisme d'état, la distribution ne pouvant se faire en libre choix ... et comme partout il y a des batailles d'ego interne, externe et entre assos qui plombe le truc !!! tient un nouveau inconnus frais du jour qui connait tout le monde , bon je me tais ca va encore jaser :) !
Portrait de Jérôme Martin

Bonjour Fabro, je ne sais pas d'où tu tiens que l'AFR ou Aides ont été sciemment mis à l'écart : c'est faux. Nous avons été une poignée à suivre cela en pein mois d'août, il fallait être réactif et il a été plus facile de bosser avec les associations du collectif qui suivent ce dossier depuis de nombreux mois, qui ont rencontré le cabinet de Bachelot, Nadine Morano, etc. Quand on construit ensemble un lobby sur plusieurs mois, c'est plus facile ensuite de réagir dans l'urgence. Plus facile, car nous savions qui était dispo en plein mois d'août et qui ne l'était pas. Nous avons quand même pu organiser, en plein mois d'août, un zap le lendemain de l'annonce du refus de Matignon : se rend-on compte du boulot que cela demande ? Nous avons sacrifié nos vacances à cela, c'est pas que j'ai envie qu'on nous construise un autel, mais un minimum de compréhension sur les conditions du militantisme bénévole serait le bienvenue avant de lancer soi-même les engueulades qu'on prétend ensuite condamner. Je fais partie d'Act Up depuis 12 ans. Je bosse et ai bossé avec Aides sur de nombreux sujets. Je me suis engueulé avec Aides sur d'autres. Je ne savais pas qu'il y avait la moindre "dispute de clocher" avec l'AFR. Le sujets d'union, comme celui des salles, sont très largement supérieurs au reste. Mon mail avait simplement pour but de corriger une erreur de l'information initiale, et pas de déclencher une nouvelle crise - très clairement inutile pour tout le monde, à commencer, comme le dit Maya, pour les usagErEs de drogues concernéEs. Que la news publiée hier soit l'occasion de parler des rencontres nationales de la RDR organisées par l'AFR ou des EGUS, tant mieux. Il y a un énorme travail d'information et de pédagogie à fournir, par exemple par l'organisation de réunions d'informations locales pour briser les fantasmes entretenus par la MILDT sur les salles de conso, par la mobilisation communautaire comme avec les rencontres de l'AFR, par la pression médiatique et politique constante (je pense que travailler dans le sens de la responsabilité pénale d'un Fillon est une piste à creuser). Je pense donc que nous avons tous et toutes mieux à faire que de nous inventer des engueulades.
Portrait de Jonas Le Bail

Maya, je suis d'accord avec toi sur le fait que la majorité des usagerEs de drogues n'en a pas grand chose à faire de qui de quoi fait avancé leur accès aux soins et tutti. Et même si pourtant ce serait mieux qu'il y ait plus d'usagèrEs de drogues à défendre leur droit à la santé, c'est une des raison pour lesquelles je me demande à quoi ça sert d'aller inventer que Aides à été un rendez-vous alors que c'est faux...

Par contre je ne comprends pas pourquoi tout à coup ça ne t'intéresse plus alors qu'il y a à peine un peu plus de 2 heures tu écrivais à Fabro : "Tu peux nous éclairer ? qui écarte qui ? Parce que hors assoces on est pas très informés et ça filtre pas vraiment médiatiquement ces guerres du clocher vih ..ou j'ai 'zappé' qq chose ... est-ce l'éternelle lutte aides VS actup ?"

Mais bon, je dois bien dire que tout cela est bien anecdotique à côté du fait qu'au ministère c'est silence radio !

Ah oui, j'ai oublié de signaler un problème de référencement sur Séronet : quand on clique sur tag "usagers de drogue" de l'article, on dirait qu'il n'y en ait pas d'autres...

Portrait de maya

je me demandais juste si comme d'hab il y avait lutte d'assoces, dont on est fourni ici avec régularité..(bbq vs la science fiction) et c'est ce qu'a confirmé frabro en qq sorte, j'espérais sans doute une réponse qui nierait on peut rêver non ? alors oui personnellement je suis lasse de vous voir, vous les associatifs qui nous représentez en tant que porteurs de virus ou toxicomane vous étriper... Respect pour votre travail de militants bien entendu n'exclut pas de se poser des questions en tant que Poly concernéE je rêve d'une union sacrée, utopiste que je suis c'est pas "par hasard "que je suis tombée dans la came...aussi malgré mes agacements je tente de suivre ce qui se passe en 'haut lieu' ...c'est mal ? et je confirme que l'info sur l'usage de drogues est ici souvent zappée au sens propre..-heureusement ya le site d'asud-

 j'ai fait la remarque lors de Vienne déja....mais la encore c'est une affaire de point de vue ...

Portrait de Farfadet

Bonjour à tous, c'est bien joli le droit de se défoncer dans un cadre pris en charge et exempt de risques sanitaires en principe ... mais aucun contrôle sur la quantité/qualité ou la pureté des produits injectés, de plus bonjour la joie pour un gérer un usager sous crack !! 30 minutes pour la prise de produit + 15 ensuite de contrôle avant et ensuite la personne peut partir du centre MAIS si overdose, embolie arrêt cardiaque donc décès à l' hospital QUI prend en charge la responsabilité ? à méditer ....
Portrait de Jérôme Martin

Il n'y a pas eu d'engueulade sur ce sujet !!! Arrêtons de voir des disputes là où il n'y en a pas, Fabro est juste mal informé.
Portrait de Jérôme Martin

Sur le contrôle des produits : c'est une chose sur laquelle il faut arriver à bosser. Dans certains centres étrangers, il y a du testing (mais pas pour tous les produits), il y en a aussi dans certaines interventions (en milieu festif), etc. Donc cela ne me semble pas impossible qu'il y en ait (enfin, le jour où il y aura des centres) Je ne comprends pas ta question sur la responsabilité. La prise en charge se fait à l'hosto (comme pour une overdose qui a lieu en extérieur), mais elle est prise en charge plus tôt par les personnes du centre (de façon préventive, ou s'il le faut de soins). Tu parles de responsabilité pénale ? Ou de prise en charge financière ?
Portrait de olivier-seronet

AIDES qui soutient le Collectif et qui a signé le communiqué de presse commun, n'était pas présent à la réunion à Matignon contrairement à ce qui est indiqué dans la brève ci-dessus. Une petite erreur de notre part.

Olivier

Administrateur Seronet

Portrait de frabro

Que toutes les associations concernées aient signé un communiqué commun est évidemment une bonne chose et je m'en réjouis. J'espère que ce sera le signe de la poursuite d'un effort collectif au delà de la simple actualité médiatique. Informons nous donc réciproquement, si Seronet peut être utile pour cela tant mieux aussi.
Portrait de sonia

Lors de ma dernière visite au local de Aides38, j'ai évoqué la question du plaidoyer sur le shout libre. La responsabilité du travailleur social (salarié ou bénévole) est engagée si l'usager de drogues fait une over dose ou/et décède , c'est sa responsabilté civile ; Aides sera là en "SOUTIEN" pour le militant, (je n'ai pas osé demander la signification du mot soutien..) par contre, si le programme salle de shout s'effectue dans le cadre d'un protocole de recherche communautaire avec l'aval de l'Anrs, agence nationale de recherche sur le sida, et que là, il y a un problème avec un usager, od ou mort, le référent associatif sera dégagé de toute responsabilité. Je pense que c'est cette difficulté de gestion du "risque" qui a freiné Matignon , mais pas que ça?
Portrait de Meliah

Très intéressant ton message ,mais il ne faut pas que nos amis Séronautes pensent qu'il s'agit d'une pièce où l'on HURLE ,mais d'une salle où les toxicomanes se font un "SHOOT" ,surveillé . Mais la responsabilité du surveillant est certes bien engagée si problème il y a ....Aval de l'ANRS ? j'y crois pas trop .... Bonne soirée à toi .Bises Meliah