Le dossier médical personnel se lance… enfin

15 Décembre 2010
4 516 lectures
Notez l'article : 
0
 
dmp_0.jpg

C'est parti pour le dossier médical personnel (DMP) indique Le Figaro (13 décembre). "Dans les jours qui viennent, chaque médecin pourra proposer à ses patients de leur ouvrir un dossier médical personnel (DMP). Ce dossier virtuel en ligne, qui pourra être consulté par tous les professionnels de santé autorisés par le titulaire, doit faciliter la coordination des soins et éviter les examens inutiles", explique le journal. Ce lancement intervient trois ans et demi après la date prévue. Cette mesure figurait dans la réforme de l'Assurance-maladie en 2004.

 

Commentaires

Portrait de philchaps

g pas envie de ce dossier! je ne veux pas tout dire et que certaines choses se sachent!
Portrait de chris69002

Personnellement je ne crains pas... Si cela peu permettre une meilleure coordination entre les différents médecins et services qui me suivent ... De toute façon avec l'informatisation dans les hôpitaux ,les nouvelles cartes vitales... C une évolution normale... On ne peux pas être contre les nouvelles technologies dans le cas de notre suivi de santé ...je pense que nous avons tout a gagner de ce coté Mais je suis curieux de lire votre avis... Chris-Kiss
Portrait de philchaps

je dis pas aux dentiste que g le hiv et pas envie! c ken meme mon dossier!
Portrait de Chaak

Je suis moi aussi curieux de voir vos avis...à plus d'un titre. Travaillant sur le dossier patient informatisé au sein d'un CHU, je suis partagé sur ce projet. Il va s'en dire que ce procédé permet une meilleure prise en charge du patient, je le vois tous les jours. MAIS, j'ai dernièrement été confronté à 2 problèmes qui me font réagir sur son implication... Tout d'abord, même si toute personne au sein d'un hôpital est soumise au secret professionnel, je suis LIBRE de décider à qui je veux faire part de ma maladie, de mon histoire. Toute personne avec un compte d'accès peut voir tous mes RDV, y compris au SMIT... Jusque là pas trop gênant même si cela m'emm.... légèrement.. Mais passons. Ce qui me dérange le plus : en lançant une requête sur ce logiciel, je me suis aperçu qu'une collègue était allée dans mon dossier pour "regarder" un compte rendu (en l'occurence de radiologie) Cette personne n'avait aucune raison, si ce n'est de la curiosité à faire cela (je me chargerai de son "cas" personnellement à mon retour! et j'espère ne pas avoir une autre surprise car étant en arrêt maladie, je serai étonné que d'autres personnes n'aient pas fait la même chose, et dans ce cas ma colère risque d'être grande... Actuellement il n'existe pas de "logiciel passerelle" entre l'informatique interne du SMIT (donc les données sensibles sont toujours protégées et accessibles aux seuls médecins du SMIT, c'est aussi le cas pour d'autres pathologies) et cet énorme logiciel qui à terme va en remplacer des dizaines... J'ai bien sûr informé les médecins du SMIT, ils vont y être vigilants. Mais, qu'en sera t'il dans quelques années? Je suis certain que tous les logiciels y seront déversés (logique comptable). Et là, sans "garde fou" (mais j'ai quelques doutes car tous systèmes informatiques a ses failles..) nous nous dirigerons certainement vers des procès. Deuxièmement, nous avons il y a quelques mois, été victime d'une attaque virale (lol) Je peux vous garantir que l'ensemble du système informatique était sur le pied de guerre afin de la contrer. Ce qui a rapidement été fait. Mais qui en était l'auteur? Dans quel but? Ceci à une "petite" échelle. Comment cela va être organisé à "grande" échelle au niveau d'un pays? On nous annonce que ce dossier patient sera pour le moment effectif sur le "volontariat". OK. Mais faut pas non plus nous prendre pour des demeurés. L'objectif final du gouvernement est de faire des économies (et il y en aura) donc là aussi (je ne veux pas être parano, mais...) je parie qu'il deviendra obligatoire. Donc pour le moment, et en l'état de mes connaissances et expériences, je reste toujours partagé sur ce dossier patient informatisé, et je doute donner mon accord dans l'immédiat.
Portrait de francis20250

pour moi je ne vois pas d'inconvénient , que l'on soir hetéro ou gay peut importe il faut assumer , de toutes façons je pense que ca peut être que bénéfique en ce qui concerne la comparaison entre tous
Portrait de philchaps

je vois pas pourquoi mon kiné par exemple verrai que g des hémo! ('exemple)lol
Portrait de eris

C'est que, pour être remboursé normalement, il faudra donner l'accès à son DMP puisque la Sécurité Sociale le verra ( le médecin étant chargé de dire si le patient a donné son accord pour voir le dit dossier). Mais les conditions d'accès au dossier restent assez floues ( code secret ou simple autorisation du patient via sa carte vitale et la carte du professionnel de santé?) Dans l'absolu, cela peut éviter des erreurs de prescription ( ça m'est arrivé l'été dernier avec mon médecin traitant pourtant, qui m'a prescrit un médicament contre indiqué avec les ARV). Mais on voit bien aussi le désir de "flicage" de l'état sur nos parcours de soins. Certes cela peut être utile pour notre santé mais à la fois dangereux si les données hébergées sont mal sécurisées et on peut se poser la question légitime à qui cela va profiter...

« Le but est le chemin lui-même » Soyons nous-mêmes, en toute circonstance.

Portrait de philchaps

ca me fait penser de plus en plus a ce roman le monde dans lequel nous vivons..
Portrait de sonia

Extrait du discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la santé et des sports lors du déplacement à l’Agence régionale de santé de Bordeaux le jeudi 22 juillet 2010 :

  • "Concrètement, ce DMP sera d’abord une présentation du dossier médical sous forme de documents, qui s’enrichira au fur et à mesure avec : les médicaments délivrés, grâce au dossier pharmaceutique ; les comptes-rendus de radiologie, les résultats des analyses de biologie, les comptes-rendus hospitaliers les actes importants réalisés en ambulatoire. Ce dossier médical permettra également d’emblée une représentation du parcours de soins du patient, une gestion des droits d’accès, des services d’alerte en cas d’arrivée de nouveaux documents dans le DMP, que le médecin traitant pourra ou non activer pour certains de ses patients, le recueil de la volonté du patient en matière de don d’organes, etc. Tous ces services seront complétés progressivement dès 2011, grâce à une structuration progressive des données. Un service de correspondance sécurisée entre le patient et les professionnels de santé qu’il aura autorisés sur son DMP sera également expérimenté. Chaque patient pourra ainsi accéder à son propre dossier médical et chaque professionnel de santé pourra créer un DMP pour ses patients, l’alimenter et le consulter. Il suffira à nos concitoyens, informés de manière claire et complète, d’exprimer leur consentement à l’ouverture puis à l’usage de leur DMP auprès de l’accueil des établissements de santé et des professionnels de santé. Ce consentement sera dématérialisé et attesté par le professionnel, préparant ainsi la capacité qu’auront les patients à ouvrir eux mêmes leur DMP dans une phase ultérieure
  • En contrepartie, l’accès des malades à leur dossier médical, qui est un droit mais un droit encore souvent bien difficile à mettre en œuvre, va, avec le DMP, grâce à un simple clic, enfin devenir réalité.
  • Mais je veux aussi et surtout développer de nouveaux services, qui feront pour certains l’objet d’expérimentations en région. Parmi ces services pourront notamment figurer : pour les patients : des rappels automatiques de vaccins, de dépistage, d’examen ou de prévention de complications ; et des services de promotion de l’autosurveillance (comme celle de leur glycémie pour les diabétiques) ;
  • pour les professionnels de santé : la capacité pour les hôpitaux de prévenir les médecins traitants en cas d’entrée ou de sortie de l’hôpital de leurs patients ;
  • Seront également expérimentés le DMP de l’enfant, le suivi des malades diabétiques, la prise en charge coordonnée des cancers, ou encore la prescription électronique. "

http://www.sante-sports.gouv.fr/discours-de-madame-roselyne-bachelot-narquin-deplacement-a-bordeaux-dossier-medical-personnel.html