Un Eté 2011 (# 04)

Publié par Ferdy le 20.07.2011
2 423 lectures
Notez l'article : 
0
 
C'est la belle saison des Festivals...
Op__ra.jpg

J'avais quitté le Kerala avec un sentiment partagé. "C'est beau, mais je préfère l’Écosse", comme se plaisait à le répéter Georges Perec, au dos de ses cartes postales adressées à ses amis, de n'importe quel coin du monde. Ma valise s'était égarée lors de l'escale à Francfort. Une occasion pour vous rappeler qu'il est vivement conseillé de garder ses médicaments en cabine. Ma valise a mis plus de 48 heures avant de parvenir à mon domicile. Et dans quel état !

Enfin de retour à la maison. Indemne. Ou presque. Quelques piqûres de moustique sans gravité, mais la digestion d'un curry d'agneau encore assez délicate.

Ici, à Aix-en-Provence, le Festival international d'art lyrique a déjà commencé. Je dois tout de suite reconnaître que je ne suis pas particulièrement féru d'opéra. L'avantage, c'est que cet événement se tient à deux pas de chez moi. Dans la cour de l'Archevêché. La rédaction a consenti, non sans mal, à me rembourser une consommation sans alcool à l'entracte. Pour le billet, je me suis lié d'amitié, la veille, avec un jeune sapeur-pompier aux beaux yeux bleus qui m'a promis une place assise dans les gradins.

Au menu, ce soir, nous avons La Traviata, opéra de Giuseppe Verdi, mis en scène par Jean-François Sivadier, avec Natalie Dessay (Violetta), Charles Castronovo (Alfredo), Ludovic Tézier (Giorgio). Le London Symphony Orchestra étant placé sous la direction de Louis Langrée.

Dans ma folle jeunesse, mes parents me traînaient régulièrement à l'opéra. J'aimais voir ces grosses dames se dandiner sur scène, faire des mimiques amusantes, quand j'écoutais sur mon walk-man Deep Purple ou les Doors.

Le protocole a bien changé, l'uniforme des festivaliers s'est simplifié, les hommes ne sont plus contraints de porter l'habit et les femmes se contentent d'une simple petite robe en lin, agrémentée d'une étole en soie légère et de quelques rangs de perles.

Tout le monde connaît l'intrigue, empruntée à La dame aux camélias, d'Alexandre Dumas Jr. La jeune Violetta, la dévoyée, ivre d'insouciance, volage, sachant ses jours comptés par la phtisie (à l'époque, l'appellation était plus romantique que tuberculose), s'éprend d'un dandy qui lui promet le mariage. Mais le père de celui-ci s'oppose à cette union. Il est venu à Paris chercher son fils afin de le ramener en Provence. Violetta, sans s'avouer totalement vaincue, renonce à l'amour comme pour mieux se précipiter vers la mort. Toute sa rhétorique tourne autour du thème de la joie et d'une jouissance funeste.

La mise en scène joue astucieusement sur la volatilité du somptueux rideau de scène, la symbolique du vêtement et de vastes projections d'images participent à créer tantôt l'illusion d'un cabaret parisien, tantôt un univers champêtre impressionniste sous un ciel ennuagé. Et puis, Natalie Dessay, si elle est belle et chante merveilleusement, joue aussi avec un naturel déroutant. Le duo Violetta/Alfredo dépoussière cette œuvre convenue pour nous propulser vers un amour tragique dont l'issue funeste est précédée des grands airs qui en ont fait un succès mondial.

Marie-Chantal, près de moi, s'inquiétait du ciel menaçant. L'orage se serait-il permis de déranger une si belle distribution ? A la fin de la représentation, j'avais encore les larmes aux yeux.
Parfois le ciel peut attendre.

Pour plus d'infos.

Prochaines représentations les : 20, 22 et 24 juillet (contrairement au discours promotionnel en vigueur, c'est pas donné : places de 30 à 240 €).

Le spectacle a été retransmis en direct, samedi 16 juillet, sur Arte. Vous pouvez le retrouver jusqu'au 23/07, sur leur site (durée : 170 mn).

Commentaires

Portrait de maya

et à priori pas ma tasse de thé mais je n'en sais rien, comme festival j'adorais Montreux , mélange de jazz et pop jazzfunk l'été, le lac...souvenirs

Portrait de jako44

Jusqu'au jour ou l'on m'a invité a voir " La flûte enchantée" de Mozart à L'opéra de Lyon. Nouvelle mise en scène et la voix de Natalie Dessay m'ont enthousiasmé ..C'est un spectacle complet...Le son ( l'acoustique), l'orchestre, les voix, sans micro, la mise en scène ( épurée, pas du carton pâte ), moderne et de très bon goût, les changements de décors durant lesquels dans le silence total, on n' entend pas le moindre grincement , la pluie, la neige, sur la scène, et un ténor qui descend chanter dans la salle....j'ai vraiment été conquis et au final je considère avoir vu ce soir là un des plus beaux spectacles de ma vie. C'était d'un très haut niveau professionnel sur le plan artistique ..Ceci dit je n'ai jamais été amené, hélas, à réitérer l'expérience ..   

Portrait de brw40

La mise en scene lyrique a pris un coup de jeune ces dernieres années grace au progrés technologique et aux jeux de lumiére informatisé. Tout ça a permis de faire des merveilles pour les yeux sans exploser le budget du spectacle. Le classique a l'avantage de pouvoir s'habiller de beaucoup de maniére. Les chorégies d'orange dernierement diffusé a la television en est la bonne demonstration.

j'ai eu la grande joie de decouvrir le classique et l'opera trés jeune en y baignant depuis ma petite enfance et j'avoue que j'y puise mes plus grandes emotions en musique ... même si je ne boude pas (loins de la)  tout autre concert moderne.

Portrait de alsaco

tu sais quand je suis arrivé a marseille j 'ai trouvé un boulot comme figurant a l 'opéra .

de là nouvelles impressions de la musique dite classique .les répets, la costumière , la générale et enfin les représentations Et des voix et des choeurs . depuis je suis fan de l 'opéra . Meme si la norma me fait craquer a chaque fois - combien de fois elle m 'a accompagné dans mes moments de blues et d 'alcoolisations . 

Je suis resté a l 'opéra pendant une année faisant office de figurant ou de 1er figurant selon le metteur en scène  !!

mais en ce moment fip  avec de la musique de tous les genres ou radio classique  : c 'est idéal pour la sieste 

a samedi 

dany

Portrait de frabro

J'ai toujours aimé la musique classique, et j'ai assez vite découvert l'opéra à travers les enregistrements sans jamais y etre allé. Puis, ayant la chance d'habiter alors près d 'Orange, je suis allé pendant quelques années au moins une fois par an lors d'une représentation des chorégies dans le théatre antique. Le lieu est magique, le choix des oeuvres et des interprètes de qualité, les spectateurs sont en principe des amateurs éclairés et respectueux. Je vous souhaite d'y aller au moins une fois malgré le prix prohibitif des entrées (en tous cas pour être bien placé).

Pourquoi ne pas organiser à l'automne une sortie en groupe à l' Opéra Bastille pour ceux que ça intéresse ? Ce serait l'occasion pour certains de découvir cet art complet pour le plaisir des yeux et des oreilles.

Portrait de Ferdy

Les Chorégies. J'y suis allé une seule fois, pour assister à La Forza del Destino, dir. Michel Plasson (orch. Toulouse), 4ème rang centre, un vrai bonheur. Un conseil : imiter les habitués en apportant son petit coussin pour les fesses, la pierre est dure ! et une petite laine...

Oui, c'est vraiment un spectacle complet. J'espère que ton initiative Frabro sera entendue, c'est le cas de le dire.