Génération Titanic

Publié par Ferdy le 09.11.2011
177 lectures

bonsoir m'sieurs dames excusez-moi vous dérange, je pensais à un truc comme ça en passant,

toute cette histoire, la faillite, la chute d'un A dans les agences de notation, la dette, la crise et tout le bazar, c'est vrai qu'à la fin, c'est effrayant, la rigueur, l'horrible austérité, la crainte de perdre tout ce qu'on n'a pas, qu'on aura jamais, ni nos enfants, ni leurs successeurs, 

c'est triste un bateau qui coule la nuit,

nous avions tout pour être heureux, le gaz à tous les étages, une couverture sociale que le monde entier nous enviait, un climat tempéré et des vaches normandes, que demander de plus ? il a fallu que cette saloperie de crise financère mondiale vienne tout dérégler,

et ça c'est pas sympa,

avant on était heureux, quand j'écris avant je sais que je me réfère peut-être à une époque que je n'ai jamais véritablement connue, avant, c'est avant, quand c'était mieux,

la plupart des révolutions prétendent agir pour le bien du plus grand nombre, pour que ça puisse aller mieux après, 

malheureusement, il n'existe aucun moratoire prévu entre le passé et le futur enchanté, en attendant, il nous faudra morfler, suer, saigner et trembler des membres car les caisses sont vides actuellement ;

toutes les images qui se superposent à cet instant de la lecture devraient laisser apparaître un coffre débarrassé de son contenu, le corps d'un SDF dans la nuit froide, bref, se connecter à Tf1 un jour de pluie,

avant on était heureux parce qu'on le savait pas,

alors, cette crise qui contraint la plupart des peuples à de nouveaux sacrifices, c'est vrai que c'est pas la planète qu'on aurait espéré, déjà à moitié recouverte de déchets, dans un état assez lamentable si on devait en faire l'état des lieux, et voilà que leurs transactions financières menacent de s'effondrer.

on aura rien réussi, pas même ce stupide challenge qui consistait à produire de la richesse avec de la richesse, ce n'était tout de même pas très compliqué cette affaire, ça marchait depuis l'Antiquité, mais non, il a fallu que ça s'emballe, que ça fasse l'acquisition de produits toxiques, que ça achète sans verser un euro, que ça se rétribue au nombre d'opérations effectuées, que ça dérégule les places financières, que les Etats empruntent en toute opacité, etc. pour que la planète commerciale tremble au moindre sursaut de cette création humaine, effrayante.

j'ai parfois l'impression d'assister à un film catastrophe, aussi dégagé que si je regardais l'énième replay de Titanic, en pensant qu'il serait plus à propos d'exiger aujourd'hui une bouée de sauvetage qu'un parachute, fût-il doré.

Commentaires

Portrait de romainparis

au peuple qu'il fait naufrage, plus on lui laisse penser qu'il n'y aura pas de canots de sauvetage pour tous et qu'il faut que certains se sacrifient.  Il y a seulement une donnée réellement inconsidérée par les vautours : la panique a justement pour essence de ne pas être contrôlable ! Il existe une manoeuvre politicienne vieille comme le monde, utilisée notamment par les religions : créer un fléau et prétendre détenir l'antidote.

Est-ce que sauver les banques c'est sauver la démocratie ?. Eh bien non, c'est sauver les banques.

Mais Ké ki dit ? Bah, rien au final. Tu avances tu recules comment veux-tu que je t'....... 

Portrait de Ferdy

je connaissais bien la fin du couplet de ce célèbre aria de Scarlatti, oeuvre de jeunesse, toujours aussi chanté, mais ce n'est pas pour cela que je reviens vers le clavier, ma piscine en quelque sorte, ou plutôt mon bassin,

tu auras pu constater, comme moi Romain et comme tant d'autres, que les nouveaux leaders européens sont tous ex-banquiers, experts en faillites diverses, éminents économistes qui ont conduit des peuples droit dans le mur, dont on a réglé une partie de l'argent de poche dilapidé dans des investissements douteux et toxiques, depuis 2008 au moins, car avant cette date, il semblerait qu'il y ait amnésie généralisée sur la gouvernance des finances européennes et internationales,

donc, afin de poursuivre ce changement de casting à la tête des Etats de l'Union, la prochaine étape attendue en France serait de confier Bercy aux agences de notation, Standard & Poor's de préférence, et nommer à Matignon un gestionnaire d'infortune, à mi-temps (économies obligent),

mais la projection du naufrage, ne vous déplaise cher ami, semble devoir s'imposer aussi sûrement qu'un tsunami, dans l'imaginaire collectif, et à grands renforts d'une dramatisation subliminale mais constante, 

pendant que nous nous heurtons au poids de la dette, on se déleste avec d'autant plus de facilité des charges aussi superflues que la liberté, l'égalité et la fraternité,

on ignore si ce climat de peur agira longtemps encore comme un frein à la réaction populaire, ou s'il n'en sera pas son principal détonateur,

Clin d'oeil romain, au passage, tu sais j'apprécie bien ce que tu as suggéré, je sais ce n'est pas l'endroit, mais j'ai la flème de repartir dans les rubriques, forums et tout le bazar, le sida nous aime tous,  plus sérieusement, je vais tenter de rattraper le fil en cours que j'apprécie.