L’observance à la loupe

Publié par le 06.05.2008
972 lectures
Notez l'article : 
0
 
Qu'est-ce que l'observance ? Pourquoi est-ce si important ? Comment faire au quotidien et comment aider les gens à prendre scrupuleusement leur traitement ?... Retour sur l'essentiel des données concernant l'observance.

L'observance est un élément majeur du succès thérapeutique. Primordiale dans les maladies chroniques (diabète, hypertension...) elle revêt, pour le VIH, une importance tout à fait unique pour éviter l'apparition et la transmission de virus résistants aux traitements.

 

Qu'est-ce que l'observance ?
C'est le fait de suivre scrupuleusement la prescription de votre médecin, c'est-à-dire de prendre l'ensemble des médicaments prescrits, tous les jours, en respectant les écarts entre les prises (12 h ou 24 h) et les conditions de prise (avec nourriture ou non). On parle aussi parfois d'adhésion au traitement. Pour être bien pris, il faut en quelque sorte "adopter" son traitement, se l'approprier, réussir à vivre avec. Or pour adopter un traitement et le suivre scrupuleusement, il est indispensable de bien en comprendre les enjeux.

Pourquoi est-ce si important ?
La réponse est simple : pour éviter l'apparition de virus résistants contre lesquels le traitement deviendrait inefficace. C'est notamment le cas lorsque le traitement n'est pas suffisamment efficace, par exemple en raison de difficultés d'observance.
Le traitement n'étant pas suffisamment efficace, le virus va se multiplier et créer des centaines de nouveaux virus. La plupart d'entre eux seront semblables au virus d'origine, mais d'autres seront légèrement différents et parfois totalement insensibles au traitement (virus résistants au traitement). Ce nouveau virus va donc prendre le dessus et remplacer le virus d'origine dans tout l'organisme. D'une efficacité insuffisante, le traitement deviendra alors totalement inefficace !
À l'inverse, si le traitement est efficace avec une bonne observance, le virus ne se multiplie quasiment plus. Aucun virus résistant n'est fabriqué, aucune résistance n'est sélectionnée...

Entre efficacité et toxicité
Toute la difficulté réside donc dans la prescription d'un traitement efficace, sans être toxique.
Si l'on a des difficultés à prendre son traitement en suivant la prescription médicale (problèmes d'observance), la quantité de médicament dans le sang risque d'être insuffisante. Mais si la concentration en médicament (quantité de médicament) est excessive (interaction avec d'autres médicaments ou bien prescription de dosages trop forts par le médecin), on risque alors des effets secondaires toxiques parfois importants...
Il faut donc trouver la « posologie idéale » [le dosage et la fréquence des prises de médicaments adaptés, ndlr], qui permette d'avoir suffisamment de médicament dans le sang... mais pas trop non plus !
Pour cela, il est parfois nécessaire d'avoir recours à un dosage des concentrations en médicament au moyen d'une prise de sang.

Que faire en cas d'oubli ?
Vous pouvez prendre votre traitement jusqu'à 4 heures avant la prochaine prise prévue (que ce soit un médicament à prendre toutes les 12 heures ou toutes les 24 heures). Au-delà, il faut attendre la prise suivante et continuer son traitement normalement sans doubler les doses.

Ce que proposent les associations
Depuis des années, certaines associations françaises ont mis en place des actions d'information et de soutien aux personnes séropositives dans le domaine de l’observance.
C’est le cas du Kiosque Info Sida à Paris (01 44 78 00 00), d'Act Up qui publie régulièrement sur cette question (1), ou de Aides qui propose des ateliers santé (réunions d'informations et de discussion sur les traitements), des permanences dans les hôpitaux, des entretiens individuels et des groupes de parole d'aide à l'observance. L'association propose aussi des week-ends santé et organise des universités des personnes en traitement qui permettent notamment d'échanger sur le vécu des traitements au quotidien.
Renseignements : www.aides.org (rubrique Près de chez vous) ou au 0 820 160 120 (0,12 euro/mn).
(1) Protocoles n°49, janvier 2008 et infos sur www.actupparis.org (rubrique Observance).


Retrouvez l’intégralité du dossier dans Remaides n°67 (mars 2008)