allègement

Échec d'allègement en auto-médication sans suivi

Bonjour,

Des personnes ayant vécu un échec après un allègement en auto-médication sans suivi pourraient-elles partager leur expérience : coment l'échec a-t-il été vécu, reprise du même traitement 7/7 ou changement de traitement, aveux au médecin et sa réaction, à partir de quel niveau d'allègement, sous quel traitement, etc. ?

0
Les molécules ayant des demi-vies longues et des barrières génétiques importantes permettent, en matière de stratégies thérapeutiques, de limiter la...
0
L’association Act Up Sud-ouest est intervenue (12 octobre) lors de la réunion plénière du Congrès de la SFLS qui s’est déroulé à Reims. Dans un...
Publié par Florence Thune le Vendredi 12 Octobre 2018 - 10:24
Directrice générale de Sidaction, Florence Thune, femme qui vit avec le VIH et militante de la lutte contre le sida, a été invitée à prendre la parole à l’occasion du congrès de la SFLS à Reims sur la question de l’allégement.
Mots clés  : allègementTriumeq

VIH et Triumeq 1 jour sur 2 ?

Bonjour à tous. 

 

Je tiens déjà à dire que je consulte ce site et ce forum depuis plusieurs mois. J'ai beaucoup appris à travers lui, les membres et l'équipe qui s'en occupent sont génials. Bravo à tous et toutes.

 

Tout d'abord j'ai été diagnostiqué S+ en septembre 2017, sur une fatigue intense et énormément de fièvre (environ 40). Mon médecin m'avait fait tout un tas de sérologie, toute négative hormis CMV et VIH. Sur ça j'ai été hospitalisé en service de maladie infectieuse où une charge virale et un Western Blot de contrôle ont été fait. Conclusion : Western Blot négatif et charge virale > 10 millions de copies/ml. J'étais en primo infection avec CD4 aux alentours de 200. J'ai été mis sous Truvada et Tivicay. J'ai eu un contrôle un mois plus tard. CD4 a environ 500 et charge virale indétectable ! Pareil en décembre avec des CD4 en augmentation à plus de 700. Mais voilà. J'étais toujours fatigué, épuisé même. Je dormais mal la nuit, je faisais des cauchemars. J'étais d'une humeur déplorable avec les gens et surtout mes proches. Je n'avais aucune envie, aucun projet. Je perdais mon appétit. Déjà que je suis un poids plume (1m73 pour 49kg). J'ai tenu au maximum. J'en avais parlé à mon infectiologue mais j'ai l'impression que ça lui passait par dessus. Mes bilans sanguins étaient parfait, elle était contente. Fin janvier, las de tout cela et après avoir lu et relu de nombreuses choses sur la puissance du Tivicay,  j'ai décidé d'expérimenter la mono Tivicay. Je suis resté 2 mois en mono, conscient du  risque. Mais peu à peu je me suis senti revivre. J'étais comme avant. J'avais retrouvé ma joie de vivre, et tout le reste. Mais mon infectiologue en mars ne l'a pas entendu dede cette oreille. Elle m'a passé sous Triumeq d'office, sans attendre la charge virale qui s'est pourtant révélé indétectable, CD4 stable à plus de 750, cd8 encore haut à 2600 mais stable depuis septembre.   Cela fait un peu plusplus d'un mois que je suis sous Triumeq. Je recommence à mal dormir, à avoir une très grosse fatigue. Je sais que ICARRE 4/7 fonctionne mais psychologiquement j'aurais préféré passer à 1 jours sur 2 de prise. Le résultat est le même et ça m'éviterait de rester 3 jours de suite sans traitement. Est-ce loufoque comme idée ou réaliste ? Par ailleurs, mon taux de Cd8 encore élevé est il plus le résultat de la primo de septembre ou est il le témoin d'une activité virale dans les réservoirs ? Merci par avance aux personnes qui auront pris de la temps pour lire et/ou répondre à ce post.