génériques

Mots clés  : combosgénériques

Géneriques obligatoires et combos ARV

j'ai une question : 

Si les génériques sont devenus obligatoires depuis le 01/01/2020, cela veut dire que toutes les tri comme eviplera truvada etc .. ne sont plus commercialisables en france ..

Pour les tri comme eviplera on passe donc d'un comprimé par jour à 2 comprimés par jour.. 

alors que nous avançons dans le futur .. on a l'impression de régresser .. c est halucinant .. enfin bref plus rien ne m'etonne dans ce pays..

Mots clés  : génériques

ARV et génériques : vos retours et avis

Depuis le 1er janvier2020, la grande marche des Génériques c'est renforcée, nous amenant vers un univers inconnu qui suscite des interrogations.
"Un générique" est la version  moins onereuse mais tout aussi performante que le médicament d'origine. Comme me disait un ami, "il n'y a quand France où l'on doute de tout , tant on n'est sur de rien"...

Comme nombre d'entre nous, une prescription de générique risque, un de ces mois à venir, de nous confronter à cette situation (le doute  suprême mais incontournable now....).
Peut-être est-ce déjà le cas pour certains ?

Il serait intéressant de communiquer sur ce site , afin de collecter differentes expériences à travers differents générigues de differents labos, utilisés pour une même action.
Je résume en clair, mon idée :

Exemple : TRUVADA du labo  GILEAD -  Résultat d'analyse > efficace : 10/10 / effets indésirables : 3/10
.....................................................labo Mylan -      Résultat d'analyse > moyen : 7/10 / effets indésirables : 5/10
.....................................................labo Biogaran - Résultat d'analyse > bon : 8,5/10 / effets indésirables : 3,5/10

Les analyses permettant de vérifier l'action au bout de 2 mois environ ou moins  si probleèmes (à voir avec son médecin, pour envisager un changement en cas d'échappement).
Il  y a  d'autres labos (EG, Zentiva, etc.) qui participent à la commercialisation de ce générique (7 pour le moment).

Chacun de nous réagira à sa façon à un générique, toutefois en vous suggérant cet exercice d'info, et très égoistement, je serais enclin à accorder plus facilement ma confiance à un remède après avoir consulté un panel d'avis d'utilisateurs, afin d'orienter mon pharmacien vers un générique certes, mais vers une version qui me paraitra la plus adéquate.

Merci pour votre attention et éventuels avis .....................Amicalement ThryInnocent

Mots clés  : génériques

Les ARV boostent les génériques en France

L’histoire de la lutte contre le VIH/sida, en plus de 35 années, a permis de réécrire tout un pan de la médecine, de la recherche clinique, de l’éthique médicale, des soins palliatifs, de l’annonce des maladies chroniques ou mortelles, de la biologie moléculaire, de la santé sexuelle, de la relation soignants/soignés, etc. Il est possible que dans un même mouvement, la lutte contre le sida modifie en profondeur l’image des génériques qu’ont prescripteurs et patients.

En France, pays phare de l’exceptionnalisme, les génériques sont en train de devenir un enjeu politique et associatif, notamment en ce qui concerne la Prep.  Ainsi, le sujet est très discuté dans le groupe Facebook d’information autour de la Prep modéré par des membres de l’association AIDES, PrEP’dial. Les animateurs et les membres — qui sont plus de 11 000 — y mettent en avant le recours aux spécialités génériques du Truvada®. Le groupe, qui ne se veut pas un lieu de débat sur la Prep mais bien un lieu d’information et d’échanges d’expériences de terrain autour de la prévention biomédicale, s’avère même assez critique envers les opposants au générique.

L’utilisation du générique dans la Prep est devenue un véritable enjeu de démocratie sanitaire, plus encore que cela ne l’avait été pour le traitement du VIH dans les pays riches, où il y a eu jusqu’à présent peu de prises de position en faveur des génériques, tant de la part des médecins que des associations. Le retour de la question génériques dans les milieux de la lutte contre le VIH/sida s’explique par deux logiques, toutes deux convergeant vers une utilisation accrue des génériques : celle d’une santé au moindre coût et celle de la lutte contre «BigPharma», après plusieurs scandales sanitaires, de l’affaire du Médiator à celle du Levothyrox, en passant par des augmentations soudaines de certaines spécialités pourtant amorties. La critique des laboratoires ne cesse de prendre de l’ampleur accompagnée en parallèle de la dénonciation des conflits d’intérêts du corps médical. 

Vincent Leclercq, militant de Aides et modérateur du groupe, explique que sur PrEP’Dial, les activistes ont « fait beaucoup de bruit sur l’utilisation des génériques » : « C’était stratégique face à la politique tarifaire de Gilead en général. Mais on constate que beaucoup de gens sont fiers de prendre des génériques dans le cadre de leur Prep. » Il ne constate pas la même chose chez toutes les personnes vivant avec le VIH : « Le générique du Truvada est utilisé par les personnes VIH+, mais pas par les personnes qui prennent le STD (Single Tablet Regimen, les médicaments qui combinent plusieurs molécules en une seule pilule) contenant du Truvada. » Lui-même a pourtant fait ce choix – « politique », dit-il – de casser son traitement « une pilule une fois par jour » pour pouvoir prendre le générique d’une spécialité. « J’ai dû demander à mon médecin de refaire l’ordonnance, parce que le pharmacien ne voulait pas me fournir les molécules sous une autre forme que celle indiquée : il y avait pourtant la dénomination commune internationale (DCI) sur l’ordonnance mais pour le STD, avec les 3 molécules ensemble. »

Cet exemple illustre les difficultés pratiques que peuvent rencontrer les personnes qui pourraient autrement bénéficier de génériques : la prescription doit être précise pour autoriser la substitution. 

Les discussions autour des génériques de la Prep peuvent-elles influencer les usages thérapeutiques des personnes vivant avec le VIH ? Ce n’est pas impossible, les deux populations s’étant rapprochées grâce à la prévention biomédicale : « Sur PrEP’dial, constate Vincent Leclercq, les séronégatifs sous Prep et les séropositifs indétectables sous traitement, et qui du coup n’utilisent pas forcément de préservatif, ont trouvé un espace de discussion commun. Leurs besoins de santé sont les même : dépistage des IST, exposition face au VHC, risques en cas d’oubli de prise, etc. »

La suite ici :

https://vih.org/20190923/les-antiretroviraux-boostent-les-generiques-en-france/

0
Dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2019), le gouvernement a prévu de réguler et clarifier les modalités de recours à...
0
La Commission européenne a présenté le 28 mai dernier une proposition de règlement visant à permettre le développement de médicaments génériques et...
0
L'organisation non gouvernementale Public Eye a lancé une campagne pour faire baisser le prix des médicaments, indique une dépêche ATS. Comme c’est...
0
La Food and Drug Administration (FDA, l’agence américaine du médicament) a décidé de marquer le coup en publiant, fin mai, une liste des laboratoires...
0
Des pays en voie de développement vont avoir accès à de nouveaux antirétroviraux génériques, notamment une combinaison associant : ténofovir,...
0
Le 23 août dernier, le laboratoire pharmaceutique Gilead a annoncé qu’il autorisait l’importation de versions génériques de ses médicaments contre le...