VHC

0
Leur statut tabagique pourrait mettre en échec thérapeutique les personnes porteuses du VHC. C’est l’hypothèse d’un court article paru dans le "...
0
Neuf pays pourraient éradiquer l'hépatite C d'ici 2030, selon des données diffusées lors du deuxième Sommet mondial sur les hépatites virales, qui s'...
0
Les progrès sont frappants. Durant la dernière conférence européenne sur le sida (EACS), une présentation est revenue sur les avancées fulgurantes de...

AAD : mêmes taux de guérison pour la co-infection

L'utilisation de traitements antiviraux à action directe a montré des taux élevés de réponse virologique soutenue pour l'infection par le virus de l'hépatite C chez les patients avec et sans infection par le VIH comparativement aux taux de patients mono-infectés par le VHC, selon les résultats publiés dans Hepatology . 

En raison des faibles taux de réponse virologique prolongée associés aux thérapies à base d'interféron, de la progression accélérée de la maladie hépatique liée au VHC et des obstacles au traitement, la FDA a identifié les personnes infectées par le VIH et la co-infection par le VHC comme spécifiques. », a déclaré Cameron Sikavi, un résident de troisième année du département de médecine de l'Université Harbour de Californie au Los Angeles Medical Center. «Avec l'avènement des thérapies [AAD], le traitement du VHC a entraîné des taux de guérison plus élevés avec une courte durée de traitement comparativement aux traitements à base d'interféron pégylé et de ribavirine, en plus de meilleurs profils de sécurité et de tolérabilité. 

Des recherches antérieures ont montré que le traitement DAA peut améliorer l'espérance de vie et les taux de RVS. À l'aide de bases de données cliniques, les chercheurs ont examiné systématiquement le traitement de l'infection chronique au VHC chez les patients infectés par le VIH afin de déterminer si l'utilisation d'agents AAD répondait à un besoin médical non satisfait et entraînait des taux de RVS similaires à ceux des personnes mono-infectées. Dans leur revue, les investigateurs ont inclus des études datées entre janvier 2004 et juillet 2017, recherchant les mots clés «hépatite C», «VIH», «coinfection» et «antiviral à action directe». 

Les patients ayant une co-infection par le VHC et le VIH traités par des traitements à base d'interféron présentaient des taux de RVS nettement inférieurs à ceux observés chez les patients mono-infectés par le VHC. Les personnes mono-infectées qui ont commencé à prendre des agents DAA avaient des taux de RVS similaires à ceux des personnes co-infectées, avec une RVS supérieure à 93%. En comparaison avec les régimes à base d'interféron, il a été démontré que les médicaments DAA ont amélioré la sécurité, l'efficacité et la tolérabilité chez les patients co-infectés et mono-infectés. Sikavi et ses collègues notent également que les médecins doivent être conscients des médicaments antirétroviraux contre le VIH avant de commencer un traitement contre le VHC, et des comorbidités qui peuvent avoir un impact sur la RVS. 

"Compte tenu du succès de la thérapie DAA, il est impératif que la recherche future vise à identifier les programmes et les interventions qui réduisent le risque de réinfection au sein de cette population", a écrit Sikavi et ses collègues. "Les cliniciens doivent rester vigilants, particulièrement en ce qui concerne l'identification des interactions médicamenteuses, les prédicteurs négatifs ou la RVS, et les obstacles aux soins. Ce faisant, les améliorations des taux de RVS accordées aux AAD peuvent répondre à un besoin médical non satisfait parmi la population coinfectée, avec des implications cliniques significatives. » 


https://www.healio.com/hepatology/hepatitis-c/news/online/%7B5a07ee82-9a...

0
La plupart des enfants infectés par une hépatite virale ne sont pas diagnostiqués ni soignés de façon efficace, a affirmé dans un communiqué Raquel...
0
L’Egypte a longtemps abrité le niveau de prévalence de l'hépatite C le plus élevé au monde, une épidémie déclenchée dans les années 1950 à cause d’un...
Mots clés  : hépatite CVHC

Dépistage universel de l'hépatite C

À une semaine de ses journées annuelles qui se tiendront du 4 au 7 octobre à Nice, l'Association française pour l'étude du foie a renouvelé son appel pour la mise en place du dépistage universel des infections pour le virus de l'hépatite C 

L'accès universel aux nouveaux traitements de l'hépatite C n'est une réalité en France que depuis le début de l'année 2017. C'est en effet au début de l'année que les nouveaux traitements sont accessibles à l'ensemble des patients, quel que soit leur stade de fibrose, et que les réunions de concertation pluridisciplinaire ne sont désormais sollicitées que pour les cas compliqués (patients coïnfectés, cirrhotiques, en échec thérapeutique, dialysés, etc.). 

« Il faut maintenant renforcer la prévention et le dépistage », affirme le Dr Hélène Fontaine (hôpital Cochin, AP-HP), coordinatrice de la cohorte Hepater et trésorière de l'AFEF. Il est nécessaire de recourir plus largement au test rapide de diagnostic et d'orientation diagnostic (TROD) et accompagner les personnes exposées au risque. » 

Un projet pilote pour 2018 

Pour améliorer le dépistage, l'AFEF prévoit de lancer, en 2018, plusieurs sites pilotes où des médecins généralistes pourront, sur une semaine, proposer un parcours de soins visant à dépister l'ensemble des pathologies hépatiques d'un patient. « Faire des sérologies isolées n'est peut-être pas très "rentable" d'un point de vue de santé publique », explique le Pr Christophe Bureau (service d'hépato-gastroentérologie du CHU de Toulouse) secrétaire général de l'AFEF. Le Collège de médecine générale, l'agence Santé publique France et le réseau Sentinelle sont les partenaires de l'AFEF sur ce projet. 

Environ 15 189 patients ont été traités en 2015 et à peu près autant en 2016. On estime que 2 500 personnes meurent chaque année en France des conséquences de leur hépatite C, pour une prévalence nationale de 0,42 % bien inférieure à la prévalence mondiale qui est de 3 %. La dernière estimation fiable du nombre de malade date de 2011 : 192 000 patients. On estime en outre que 74 000 patients ne sont pas diagnostiqués. 

Dépister, traiter… et ensuite ? 

Pour le secrétaire général de l'AFEF, le Pr Christophe Bureau, 3 éléments doivent être pris en compte chez les patients guéris de leur hépatite C : « Le risque de réinfection, le risque de cirrhose plus important que dans la population générale et le risque de pathologies du foie en général. C'est pour cela que l'on doit être attentif à la consommation d'alcool, et à l'hygiène de vie en général. » 

Le 7 décembre 2017, l'AFEF émettra des recommandations spécifiques concernant le suivi des patients débarrassés du virus de l'hépatite C. « La prise en charge doit être globale : recherche du diabète, recherche des triglycérides, mesure du cholestérol et éventuellement travail sur les problèmes sociaux », résume le Pr Bureau. 

Au cours du premier trimestre 2018, la société savante va également actualiser ses recommandations de prise en charge de l'hépatite C, avec des schémas thérapeutiques plus simples et un accent mis sur les combinaisons de traitement (Harvoni, Exviera et Viekirax) qui peuvent être pris en 8 semaines au lieu de 12 dans la plupart des cas. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

0
Gratuité des tests de dépistage du VIH pour des diagnostics plus rapides, lutter contre la résistance aux antimicrobiens dans le cadre de la lutte...
0
Au Vietnam, les personnes usagères de drogues injectables constituent la population la plus touchée par le VIH/Sida et l’hépatite C. L’ANRS et le...
0
Les antiviraux à action directe (ADD) ont depuis trois ans révolutionné la prise en charge de l’hépatite C chronique, permettant d’obtenir une...