Sac de noeuds

Mots clés  : prêt immobilierVIH

Prêt immobilier + VIH

Bonjour à tous,

J'ai fait une demande de crédit via une SCI avec mon père. La banque accepte le credit, tout allait bien.

Jusqu'au moment où la banque refuse d'assurer mon père (trop agé), et donc de m'assurer moi. Pourtant il s'occupe des 3/4 du financement.

Est venu le fameux questionnaire. J'avoue avoir répondu à non partout. Je pensais pas que mon VIH poserait problème. 
J'etait soulagé....jusqu'au mail m'obligeant à faire des examens sanguins (vih, la totale quoi) + électrocardiogramme etc.

Pris d'une réelle panique et d'une sensation d'impuissance, sous anxyolitiques depuis hier. Je le vis extrêmement mal. 

On m'a parlé de l'AREAS, etc. Mais la promesse de vente s'est terminée le 10 octobre, la banque a donné son feu vert final le 8...done pour moi tout allait bien. 
Je ne voulais pas mentir ni trafiquer mes analyses. 

Je suis désemparé, triste, déprimé au plus haut point. 

Si vous avez des conseils, des pistes...

Merci à tous, bonne soirée 

 

Étudiant étranger et prise en charge

Bonjour, 

Je viens en France dans le cadre d'un Master, j'ai 30 ans, et j'ai commencé une tritérapie il y a 8 mois. Je pense pouvoir récupérer un mois de plus sur moi de traitement avant d'arriver en France, mais je n'ai aucune idée sur comment se fera ma prise en charge. 

J'ai appelé sida info line on m'a demandé de me diriger vers un hôpital, sauf que je ne suis pas sûr des délais de traitement des dossiers. Je suis trop frustré pour les délais d'avoir un numéro provisoire de sécurité sociale et trouver le medecin traitant et déclarer l'ald (ce que j'ai compris que cest indispensable pour avoir les médicaments non?). Est-ce que je dois payer quelque chose à l'hôpital? 

Si vous avez un retour d'expérience, merci beaucoup 

Mots clés  : prêt immobilier

Prêt relais impossible ?

Bonjour,

Je déprime sec à la lecture des témoignages sur le site.
Je suis proprio et j'ai trouvé un bien plus spacieux que ma cage à lapin actuelle.
Le bien convoité implique que je fasse une demande de prêt relais. Et donc avant de réinjecter les bénéfices de ma revente je suis sur un shéma qui m'amène à 47 ans à un prêt qui momentanément s'étendrait sur 25 ans et donc 72 ans.
Etant déjà proprio je n'ai pas droit à l'aide de l' Ile de France.
Je présume que j'aurai des tests santé obligatoires et je vais donc déclarer ma séropositivité.
Je suis enseignant, donc fonctionnaire. 

Quelqu'un ici a t il eu ce cas de figure à vivre? Je ne sais pas vers quoi ou qui me tourner pour bien évaluer mes risques de refus. Je passe mon temps à taper ' assurance crédit et VIH' sur le net mais ça ne m'avance pas tant que ça sur mes probabilités de refus.

Je précise que je suis prêt à payer la surprime pour avoir ce bien, tout ce que je veux c'est un accord.

Mots clés  : emprunt

Être séropo et acheter une maison ?

j'ai une question qui me taraude.

j'ai besoin d'acheter mon premier bien ici en France , mais avec ma situation séropositive hiv charge virale indétectable , je suis auto-entrepreneur et je gagne 2500€
vous pensez qu'on peut m'accorder un crédit pour achat de maison ? si quelqu'un a déjà été dans le même cas informez moi svp 

Cordialement 

Mots clés  : Aeras

Convention Aeras : nouvelle grille de référence

Mars 2021 restera pour les personnes porteuses du VIH comme le mois qui a allégé les critères d’accès à l’assurance et au crédit. La convention AERAS a en effet approuvé la révision de la grille de référence : une avancée en adéquation avec la réalité médicale des patients séropositifs. Cette victoire n’en cache pas moins de fortes disparités entre les maladies chroniques. Le combat est loin d’être fini pour que cessent toutes les inégalités.

La vie devant soi. C’est peut-être ce que les personnes porteuses du VIH ont pensé, le 12 mars dernier, suite à l’assouplissement et à l’élargissement des critères d’éligibilité à l’assurance et à l’emprunt, qui jusqu’alors leur étaient quasiment inaccessibles, à moins d’en passer par un authentique parcours du combattant. Ce jour-là, la commission de suivi et de propositions de la Convention AERAS – s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé – a validé une nouvelle grille de référence, plus favorable aux personnes séropositives. Grâce à cette évolution, 30 % des patients concernés pourront désormais bénéficier des nouvelles dispositions.

Saluée comme une avancée importante, cette révision a été possible grâce à une mobilisation d’ampleur, aiguillonnée par Dominique Costagliola, épidémiologiste et membre du conseil d’administration de l’association Aides. Son expertise sur l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine et son réseau, via notamment ART-CC, une collaboration internationale de traitement des données de cohortes de personnes vivant avec le virus du sida , ont été ses deux cartes maîtresses.

Des contributions bénévoles :

« En janvier 2020, j’avais travaillé, pour un colloque, sur la grille de référence, et présenté, à cette occasion, les 4 points principaux qui devaient être amendés pour faire avancer les choses, raconte-t-elle. J’ai donc repris cette présentation, mais, pour consolider mon argumentaire, j’ai demandé fin décembre à mes collègues d’ART-CC d’actualiser les données sur l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH, ce qu’ils ont fait bénévolement. »

Chiffres à l’appui, Dominique Costagliola a ainsi pu montrer que les critères surévaluaient le risque que ces personnes feraient courir aux assureurs. « L’espérance de vie des personnes qui vivent avec le VIH est désormais très proche de celle de la population générale, développe-t-elle. Le grand changement a été de dire qu’au fond, ce qui compte, ce n’est pas ce qui s’est passé, mais où en sont ces personnes aujourd’hui. »

Un sentiment de double peine :

De fait, de nombreuses personnes atteintes d’une maladie chronique mènent une existence presque normale. « Elles vivent très mal de se voir imposer des surprimes ou des refus, qui ne correspondent pas à leur vécu, constate Marc Morel, directeur général de France Assos Santé et membre de la Commission de suivi et de propositions de la Convention AERAS. En outre, accéder à un crédit, c’est une manière de s’intégrer dans la société, que ce soit pour investir dans l’immobilier ou dans du matériel professionnel. »

Selon le dernier rapport de Santé Info Droits, la ligne de France Assos Santé, les questions d’accès à une assurance et à un emprunt figurent à la 4e place des sujets évoqués, toutes thématiques confondues, « signe d’un enjeu fort pour les personnes malades ou l’ayant été », écrivent les auteurs du rapport. Et d’ajouter : « C’est à une double peine que restent encore bien souvent condamnés nos interlocuteurs ».

Un recueil national des données :

Pour apprécier une maladie à son juste niveau, et espérer faire bouger les lignes, faut-il encore pouvoir produire des données récentes et solides. Or c’est là que le bât blesse, car peu de pathologies en disposent, faute d’études épidémiologiques. « Il n’existe pas de données, par exemple, en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires qui sont pourtant fréquentes en France, indique Marianick Lambert, du conseil d’administration de France Assos Santé. L’association Vaincre la mucoviscidose a dû, elle-même, effectuer une étude pour pouvoir faire avancer la cause des patients atteints de cette maladie. »

Il y a de grandes disparités entre les pathologies et, donc, les associations de patients. Toutes ne peuvent pas s’appuyer sur des agences ou instituts de renom, comme l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) ou l’Institut national du cancer (INCa). « L’un de nos combats consiste à convaincre les pouvoirs publics de financer une structure qui permettrait de recueillir un maximum de données sur toutes les pathologies », déclare Marc Morel.

Un système imparfait, mais protecteur :

Reste la solidarité. Dominique Costagliola prêtera main forte, et surtout ses compétences, aux représentants des patients qui présentent des troubles de la coagulation, en vue d’intégrer l’hémophilie dans la grille de référence AERAS. Pour l’épidémiologiste, qui a participé à la sa mise en place, en 2005, il est important pour une pathologie d’y figurer. « Il n’est évidemment pas normal que ce soit aux patients eux-mêmes de trouver les données, alors que les assureurs ne fournissent jamais les leurs, pour justifier le surrisque, mais il faut être pragmatique : on arrive quand même à obtenir des avancées », explique-t-elle.

« La Commission permet que les patients, experts médicaux, assureurs se parlent, et ça, c’est important, renchérit Marc Morel. Cela permet de sensibiliser les médecins conseils des assureurs. » Enfin, rappelle Marianick Lambert, « cette grille de référence a été imposée parce que le droit à l’oubli, qui s’est appliqué au cancer, ne pourra jamais s’étendre à l’ensemble des maladies chroniques ». Dehors et dedans : le travail continue pour davantage d’équité et de justice.

Ce qui change pour les personnes séropositives :

• Le critère portant sur la consommation de drogues illicites a été abandonné
• Le critère exigeant l’absence d’un stade sida est remplacé par l’exigence d’une absence d’infection opportuniste en cours ;
• La condition d’un compte de lymphocytes CD4 supérieur au seuil de 350/mm3 tout au long de l’historique thérapeutique est abandonnée. Elle est remplacée par la nécessité de démontrer un contrôle strict de la charge virale (indétectable) 12 mois après le début du traitement, ainsi qu’un taux de CD4 supérieur ou égal à 500/mm3 dans les 24 mois précédant la souscription, avec maintien d’une charge virale indétectable ;
• Le plafonnement à 27 ans de la durée maximale entre début du traitement et fin du contrat d’assurance est porté à 35 ans, avec limitation de la durée de couverture du prêt à 25 ans.

https://www.france-assos-sante.org/2021 ... -patients/

Mots clés  : capsulitecure thermale

Quid d'une cure thermale pour capsulite ?

Bonjour,

Je me traine une capsulite vraiment invalidante et je ne suis pas certain que je vivrais bien le fait de devoir rester prisonnier chez moi encore probablement plus d'un an à cause d'elle, aussi je me demande si il n'y aurait pas moyen de réduire la période de guérison tout en changeant d'air via une cure thermale.

Oui mais... comment procéder?

Et aussi... qu'en sera-t-il sur le plan financier sachant que je ne dispose d'aucune complémentaire santé?

Attestation de sortie, couvre-feu et handicap?

Bonjour, sur la nouvelle attestation de sortie dérogatoire pour la période de couvre-feu figure le motif suivant:

"Déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant"

Cela signifie-t-il qu'une personne ayant une carte d'invalidité peut bénéficier d'une dérogation de sortie durant le couvre-feu?

Mots clés  : Canada

Canada, visa de travail et séropositivité

Salut tout le monde, 

J'espère que tout va bien pour vous et vos proches pendant cette période de Covid. 

Je viens vers vous pour chercher quelques infos utiles et conseils.

Je suis en train de préparer ma candidature pour un poste scientifique au québec, mais j'ai lu quelques infos sur la politique de visa de long séjour de Canada, il semble que le séropo rencontra probablement des problèmes en termes du visa et du bilan de santé sur place... Est-ce que c'est du vrai? Y a-t-il quelqu'un qui a eu les expériences similaires que moi? 

Merci! 

Bisous! 

Mots clés  : assuranceprêt immobilier

Assurance prêt : mentir, quels sont les risques ?

Bonjour à tous,

J'écris aujourd'hui car j'aurais besoin des lumières de ceux qui sont déjà passés par le chemin que je m'apprete à prendre, à savoir l'emprunt immobilier et l'assurance qui va avec.

Pour info j'ai 30 ans, séropo depuis 12 ans et traité et indétectable depuis 10 ans. J'ai trouvé le bien qui me plait, j'ai l'accord de crédit de la banque et d'après mes recherches et les témoignagnes de beaucoup de gens sur ce forum, j'ai déjà décidé de ne pas révéler ma séropositivité, le risque de refus étant important... 

Ce que je souhaiterais savoir c'est dans le cas où je tomberais malade (quelque chose de bénin comme un mal de dos qui m'empeche de travailler, ou un truc plus grave comme un cancer), l'assurance peut-elle prendre connaissance de ma séropositivité ou est-ce que tout est bien cloisonné ? 

Egalement, dans le cas où elle l'apprendrait, quels sont les risques encourus ? J'imagine qu'ils me lacheront au niveau de l'assurance, mais est ce qu'il peut y avoir des poursuites, une demande de remboursement du prêt par la banque, ou autre ? 

Etant donné que mentir est une fraude, je comprends bien que le risque 0 n'existe pas, mais j'aimerais évaluer le bénéfice/risque.

Merci par avance pour votre aide ! :)